AccueilPortailFAQS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Si tout était à refaire... Le ferais-tu ? [PV L'Ombre]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
L'Ombre
.: Jouet de la Fondatrice:.

.: Jouet de la Fondatrice:.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 521
Age : 24
Date d'inscription : 28/08/2008

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Si tout était à refaire... Le ferais-tu ? [PV L'Ombre]   Mar 16 Juin - 7:27

[T'mexcuse la qualité médiocre, j'arrive pas rep sur ça. Me rattrape après]

Finalement arrivé à la taverne, le jeune homme n'eut en faite pas besoin d'attendre... Arrivant par la fenêtre, son regard se posa sur la Neko, qui semblait encore sous le choc... Du sang coulait de son cou, sa veste avait été ouverte, sa ceinture retirée. Pas besoin de vraiment chercher pour comprendre, elle n'avait pas fait attention le moins du monde... Et pourtant, comment la blamer ? Elle, encore innocente, ne pouvait pas se défendre instinctivement contre ce type d'approche...
Observant encore un peu son corps, il put voir qu'il était couvert de coup. Mais surtout, que des larmes roulaient sur ces joues...


- Désolé...

Se rapprochant d'elle, il passa ses bras autour du corps de la jeune femme, la tirant contre lui, l'invitant à se blotir dans un lieu où elle n'avait plus besoin de craindre tout ça... D'un coup d'oeil bref, il remarqua que son pantalon était intacte, et fut légèrement réjouit par cette nouvelle.
Glissant sa main dans les cheveux de la Neko, il déposa la tête de celle ci contre lui, cherchant juste à la réconforter sans penser à sa haine des contacts physiques.
Après quelques minutes, dans un souffle, il se permit de lui souffler quelques mots à l'oreille, d'une voix faible mais douce...


- Tu ne sortiras plus sans que je te surveille... Désolé, j'aurais du me douter que ça risquait d'arriver... Ca ne recommencera plus...

Il resta contre elle un instant, avant de lentement se décoller, déposant un baiser sur sa joue. Puis, délicatement, il déposa ses lèvres sur la plaie saignant encore dans le cou de la Neko. Il la nettoya rapidement, léchant le sang sans réellement insister, effleurant plus. Puis, il remonta sa manche et déposa son avant bras recouvert de bandage blanc, qui s'imbibèrent de rouge au fur et à mesure que l'hémoragie était stoppée...
Une fois qu'il fut sûr que le sang arrêterait de couler, il observa avec une légère grimace le corps couvert de coup de la jeune femme, tout étant des blessures superficiel... Plus de peur que de mal comme on dit, et encore... Vu l'état de sa veste, ils n'y avaient pas été de main morte...


- Allonge toi. J'arrive. Dormir te fera du bien...

La laissant prendre place dans le lit, l'assassin partit éteindre la lumière, avant de regarder - comme la veille - ce lit où se trouvait déjà une jeune Neko... Soupirant, il essaya de mettre de côté les remords qui le dévoraient déjà et qui n'allaient pas s'arrêter de si tôt, avant de se glisser dans le lit aux côtés de la jeune femme, entourant ses épaules de ses bras, laissant une nouvelle fois ce corps venir contre le sien, venir se perdre entre ses bras réconfortants.

La nuit fut courte pour le jeune homme, qui se réveilla avant l'aurore, faisant face à un ciel sombre tirant cependant vers le gris, preuve que l'astre du jour allait bientôt illuminer les lieux.
Regardant le corps de la jeune femme entre ses bras, un sourire triste se dessina sur ses lèvres. Il se décolla lentement d'elle, se permettant - comme la veille - un très léger baiser sur son front. Baiser dont elle ne saurait jamais rien, et qui lui permettait d'exprimer son affection sans qu'elle ne le sache un jour. Il se doutait bien que la Neko le concidérait juste comme son 'gardien', une personne proche qui ne lui ferait jamais de mal, mais pas un amour. Et pourtant, le jeune homme commençait à devenir possessif et protecteur vis à vis de la Neko...

Redéposant les draps sur ce corps endormit, espérant qu'elle se remettrait bien de la veille, il se glissa vers la fenêtre, profitant que tout soit encore sombre pour se glisser dehors sans risquer de la réveiller à cause de la lumière.
Seul, dans le froid de la nuit, peu de personne devaient être debout à cet heure... Ou en tout cas, pas dans les même conditions que le jeune assassin, qui, de son toit, observait le ciel prendre sa couleur grisée, puis rougeâtre, laissant l'astre dégageant cette lumière dont il était banni venir régner sur le jour. Il avait retiré son masque, observant sans cette couche de protection qui lui servait juste à masquer son corps ce ciel sombre. Dès les premiers rayons de lumière, le masque retrouva sa place sur le visage du jeune homme. Il n'était pas autorisé à s'exposer ainsi à la lumière...
Retournant à l'intérieur, il se contenta d'aller chercher sans bruit un petit déjeuné pour la Neko en bas, prenant tout ce qu'il lui fallait, peut-être un peu trop mais il préférait vu les émotions de la veille. Ca lui servirait lorsqu'elle aurait de l'appétit.

Arrangeant le tout sur un plateau bien garnit qu'il déposa sur la table de chevet qui se trouvait à côté du lit, il allât ensuite chercher des vêtements propres. Enfin... Plutôt une autre tenue à sangle noire. Se glissant dans la salle de bain, il commença à défaire les sangles de son haut, laissant le tissu se retirer de son corps, qui fut parcourut d'un frisson glacé de solitude.
Il était toujours seul, quoiqu'il pense... Et honnêtement... Les aspects de cette solitudes, ainsi que les remords qu'il avait à présent commençaient déjà à le briser.

_________________
My only friend is my pain...
~ Laisse moi mourir dans mon royaume de solitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miss Corbac
.: Fondatrice Barjot:.

.: Fondatrice Barjot:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10558
Age : 23
Date d'inscription : 09/03/2007

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Si tout était à refaire... Le ferais-tu ? [PV L'Ombre]   Mer 17 Juin - 2:12

La voie de l'homme fit tourner les oreilles de la jeune nékos qui releva son visage ruisselant de larme vers lui, elle serrait toujours sa machoire, pleurant en silence comme à son habitude. Jamais, elle ne s'était autorisé à un sanglot en émettant un autre bruit qu'un miaulement de douleur étouffer avec précautions. Ce qu'elle émit doucement, sentant avec un léger plaisir et réconfort les bras de l'homme l'attirer vers elle, se laissant faire, elle se blottit contre lui. Ses bras tremblaient encore, lentement, ils vinrent s'aggriper au haut de l'homme tandis que la jeune femme pleurait en silence contre ce corps si rassurant. Ces bras si réconfortant.

L'homme se décolla lentement à contre-coeur de la Nékos qui serait bien resté indéfiniment comme ça, contre lui, blottis contre son corps froid qui paraissait brûlant. Il laissa un baiser sur la joue d'Alvinykiosa. Ses bras retombèrent le long de son corps, le regard perdu dans le vague fixait machinalement l'homme pendant que son regard était à sa hauteur, puis il glissa sa tête dans son cou, posant ses lèvres sur la plaie, léchant doucement le sang qui avait coulé. Procurant un frisson imperceptible à la jeune femme. Un de ses frissons qui avait parcourut son corps lorsque que ses hommes l'avaient touché, mais cette fois... Ce n'était pas si écoeurant ou désagréable...

Lentement, elle reposa son regard sur l'homme, voulant encore une étreintes, encore sentir ses bras autour d'elle, voulant encore se sentir dans cet endroit rassurant et chaud, dans cet endroit ou elle se sentait en sécurité, cet endroit... Juste là, au creux de ses bras. Alvinykiosa laissa une larme couler le long de sa joue droite, l'essuyant d'un revers de manche. Son corps lui faisait mal, chacun de ses bleux commençaient à prendre forme et à virer lentement vers le violet. Dans un miaulement de douleur, elle hocha légèrement la tête quand l'homme lui demanda d'aller s'allonger. Elle laissa son pantalon glisser le long de ses jambes, de ses mains tremblantes elle referma les boutons de la chemise noir avant de se glisser lentement sous les draps, se recroviller. Le froid des draps la prit au corps rapidement et dans un frisson désagréable elle ferma ses yeux, déglutissant dans une grimace de douleur.

Soudain, elle sentit l'homme venir à ses côtés, comme la veille, ses bras enfermèrent ses épaules, son corps tirer vers le sien. Elle se laissa attirer, se blottissant contre ce corps si chaud et si réconfortant, cette présence si apprécié, cette présence, simplement... Elle. Lentement, le froid des draps laissèrent place à cette douce et tiède chaleur créer au contact de cette personne. Alvinykiosa se blottit un peu plus contre l'homme, laissant ses paupières se fermer après avoir jeter un oeil au visage masquer de l'homme. La même question survint...

Qui est-il sous son masque ?

Une réponse laissa un léger, très léger sourire sur les lèvres de la jeune Nékos.

Un ange surement.

Sur ses quelques pensées, Alvinykiosa s'endormit aussi profondément que la veille, cette seconde nuit passé dans le creux des bras de l'homme fut comme la dernière. Excellente, et malgré ce qui c'était passé, aucun cauchemard ne vient la hanter. De toute la nuit, elle n'avait pas fait un seul rêve, c'était un sommeil sans images.

Cette fois, ce ne fut pas les rayons de soleil qui vinrent réveiller la Nékos recroviller au creux des draps, seul le bout de ses oreilles dépassèrent de ses draps blanc qui la recrouvrait entièrement. Mais la douce odeur du chocolat chaud et du lait qui vint la tirer de son doux et lourd sommeil. Laissant ses oreilles bouger en quête de bruit suspect, elle finit par passer une main sur le haut du draps, le faisant glisser quelque peu pour permettre à ses yeux de voir la pièce et le plâteau ainsi que la tasse d'où venait cette alléchante odeur de lait. Ses yeux gourmand regardèrent tout ce qui était disposé sur le plateau. Tendant une main vers un croissant qu'elle amena à sa bouche, elle l'engloutit sans plus attendre. Sentant une légère douleure au niveau de son bras qui avait servit pour attraper l'aliment, elle le releva en-dehors du lit, laissant la lumière du soleil dévoilé les immenses bleux disposé sur tout son membre. Alvinykiosa, dans un soupire, du se souvenir de la veille avec douleur et une envie de vomir soudaine.

Avalant sa salive quelque peu difficilement, la jeune Nékos s'assit sur le matelas, laissant le drap glisser sur ses jambes plié en tailleur avec quelques grimaces de douleur. Alvinykiosa inspecta ses bras tout d'abord, puis ses épaules, ne voyant pas l'homme dans les parages, elle déboutonna sa chemise lentement et laissa ses yeux de feu parcourir son buste couvert de bleu. Dans un énième soupire, la jeune Nékos referma sa chemise, s'allongeant de nouveau et, dans un mouvement vif, remit les draps au-dessus d'elle.

Ses oreilles bougèrent vivement, entendant un bruit dans la salle de bain, un petit sourire se dessina sur les lèvres de la jeune Nékos, cela devait être l'homme et quand cette conclusion atteignit son cerveau, elle ressentit un froid immense, une douleur interne se réveiller, la même qu'hier, un vide qui avait besoin d'être combler. C'était ce qu'on pouvait appeler un manque affectif soudain.

Alvinykiosa sortit vivement du lit, sautant sur ses jambes et ne faisant pas plus attention que ça à l'état de ses jambes et de sa queue, elle posa une main sur la poignet de la salle de bain, l'ouvrit et dans un rapide coup d'oeil, elle remarqua avec un léger plaisir que l'homme était torse nue. Juste ce qu'il fallait... Si il avait été plus dévêtue la nékos aurait tourné les talons et n'aurait pas quitter les draps tiède du lit de la semaine.

Dans un sourire, Alvinykiosa s'engouffra dans la salle de bain, allant se blottir contre l'homme comme la veille ou elle avait éprouvé ce manque. Ses bras entourèrent la taille de l'homme, sa tête se posèrent contre le torse de l'homme. Elle ferma doucement ses yeux, laissant son esprit sentir cette douce chaleur renaître et réchauffer son être, cette douleur interne disparaître et ce vide se combler. Quand Alvinykiosa rouvrit ses paupières, elle leva les yeux vers l'homme, souriant doucement. Et dans une voie faible, s'exprima.

-Désolée de te sauter dessus dés le matin... Je me sentais seule et... J'avais envie d'être dans tes bras.

Alvinykiosa se décolla lentement de l'homme, n'osant pas déranger plus. Il voulait se laver et pour la deuxième fois elle débarquait dans la salle de bain. La jeune nékos se décolla finalement de l'homme dans un léger sourire de regret, elle aurait bien voulu rester ainsi... Indéfiniment... Contre lui.

-Je te laisse prendre ta douche et... Désolée encore.

Elle baissa les yeux, ce léger sourire de regret sur les lèvres, elle sortit de de la salle de bain lentement, refermant la porte derrière elle. Alvinykiosa retourna sous les draps qui avait légèrement refroidit, elle s'assit, dévora d'une faim de loup le petit-déjeuner que l'homme avait préparé avant de s'allonger de nouveau. Se tournant, se retournant en attendant qu'il sortait de la salle de bain.

Il était, naturellement, hors de question qu'elle ressorte de cette chambre sans sa main logé et enlaçé dans celle de l'homme. Le jeune chaton s'amusait avec les draps, laissant par moment seulement ses oreilles ou sa queue sortir de ce qui recouvrait son corps. Puis... Ses yeux tombèrent sur un objet tout rond fait de laine enrouler sur elle-même. Dans un petit sourire joueur, elle attrapa la pelote de laine, l'amenant sous les draps et tel un jeune chat elle s'amusa avec dans quelques éclats de rire. Son esprit essayant de ne plus penser à ce qui c'était passé la veille.

Dans un mouvement de patte mal dosé, la pelotte de laine quitta les draps et le lit pour tomber sur le sol, roulant sur un tapis. Un miaulement joueur retentit et sortant des draps dans un saut, Alvinykiosa sauta sur cette pelote de laine avec lequelle elle s'amusait en attendant le retour de l'homme dans la chambre. Posant une main dessus et continuant son jeu, la pelotte roula vers les pieds du mercenaire sortit de la salle de bain. Alvinykiosa se retint de sauter dessus, levant les yeux vers l'homme qui l'a fixait. Elle émit un léger rire nerveux et gêner... Ben oui... Au fond, c'était un chaton.

_________________
« Que les dieux vous protège, mes frères dragons. Que les dieux vous pourchasse, adversaire des autres races. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fly-gunnette.skyrock.com/
L'Ombre
.: Jouet de la Fondatrice:.

.: Jouet de la Fondatrice:.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 521
Age : 24
Date d'inscription : 28/08/2008

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Si tout était à refaire... Le ferais-tu ? [PV L'Ombre]   Mer 17 Juin - 2:52

Ce corps chaud contre le sien qui, a peu de temps d'écart, aurait été nu... Elle choisissait vraiment les pire moment pour ses contacts... Enfin, ce n'était pas comme si ça le gênait, loin de là. Passant ses bras autour d'elle, il profitait autant que la jeune Neko de cette chaleur qui réchauffait l'espace de quelques instants son âme gelée par la solitude depuis bien longtemps. Elle finit par se décoller, le jeune homme lâchant un soupire - non pas d'agacement - lorsqu'elle referma la porte. Finissant de retirer ces vêtements, il se laissa glisser sous l'eau chaude qui ruissellait sur son corps fatigué...


~ Au même moment, demeure Datenshi.

- Pourquoi n'avez vous envoyé personne pour lui dire de tuer cet homme...?

- Toutes nos voies sont blo-quées je vous rappelle ! ♥

- De plus, si il le voulait, il aurait déjà tué ce traitre. Autre chose est arrivé... ♫

- Vous avez l'air d'en savoir gros...

- Possible ! Qui sait, j'ai des connaissances qualifiées pour avoir des informations... Héhé... ♪

- De toute façon, il reviendra prochainement. Il peut s'attacher, mais la solitude lui revient toujours... Plus il s'attache, plus il souffre des séparations, c'est tout. Il attire mais est incapable de garder vers lui. De plus, il fait souffrire et est rapidement délaissé. Il va encore être brisé et va gentillement tué ce traitre ♥

- A vous entendre, on dirait qu'il y est condamné sans pouvoir y remédier...

- Exactement ! Il ne peut rien y faire, tout sera toujours ainsi. Il est condamné à la solitude... Héhé, pauvre âme perdue ♫

- Bien... Nous allons attendre qu'il se brise de lui même dans ce cas...

~~~


La porte de la salle de bain s'ouvrie lentement, alors qu'une pelote de laine vint se perdre aux pieds de l'assassin. qui posa son regard sur la boule de laine. Relevant son unique oeil pour observer la jeune Neko, qui laissa échapper un rire léger, le jeune homme laissa un silence planer avant de lui rendre sa pelote d'un mouvement du pied, refermant la porte de la salle de bain, avant de s'approcher puis de se pencher sur la Neko. Il laissa sa main se perdre dans ses cheveux, lui grattant la tête tel un chaton, un sourire amusé et légèrement moqueur au coin des lèvres.
Se redressant, il s'approcha de la table de chevet, attrapant un croissant rescapé qui serait son seul petit déjeuné. il coinça l'angle du croissant entre ses dents, arranchant l'angle comme il avait l'habitude de le faire, machant sans bruit tout en attrapant la gazette qui trainait non plus. Tirant une chaise à lui, il se plaça dos à la jeune Neko, dépliant la gazette d'une main, l'autre trop occupée à lui permettre d'arracher un nouveau bout de croissant entre ses dents.
Son unique oeil parcourait rapidement les lignes, alors qu'il lisait un article bien précis... Celui dont il était l'objet. Les informations sur lui étaient encore ancienne, plus d'actualité. C'était une bonne chose.
Dévorant le croissant sans y faire attention, il était surtout en train de lire en profondeur l'article, chechant le moindre détail gênant sur lui... Au final, son stratagème de changement d'apparence semblait avoir marché, au moins pour le moment.
Il devait bien avouer que cette nouvelle le soulageait un peu… L’idée de mettre la Neko en dangers n’était pas vraiment dans ses intentions… Reprenant la gazette à la première page, il partit chercher un second croissant, cédant pour une fois un peu plus à sa faim. Mordillant dans l’aliment, il laissait distraitement, mangeant lentement son second croissant. Ecoutant les bruits de jeu de la Neko derrière lui, il soupira, et poursuivit sa lecture… Mais, il n’y pensait plus réellement. Au font, il se demandait juste à ce qu’il pouvait faire avec la Neko aujourd’hui… Surement veiller sur elle le temps qu’elle aille mieux. Il verrait la suite le lendemain…

_________________
My only friend is my pain...
~ Laisse moi mourir dans mon royaume de solitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miss Corbac
.: Fondatrice Barjot:.

.: Fondatrice Barjot:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10558
Age : 23
Date d'inscription : 09/03/2007

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Si tout était à refaire... Le ferais-tu ? [PV L'Ombre]   Mer 17 Juin - 19:06

~ Au château Maniak ~



Un bruit de coup retentit, alors que Dracillia, l'aîné des quatres héritiers de la branche principal de la famille Maniak, venait d'abbatre son poing sur la joue de son petit frère : Hydrinus. Cette grande et forte femme tout en gardant un certain aspect attirant jugea son frère avec un sérieux et une froideur sans égal. Elle le laissa se relever, lui jetant dans les mains un extrait de la gazette Nékossiens où il parlait du fameux corbac. Ce mercenaire sanguinaire présumé disparut depuis deux ans qui devait être mort...

-Tu avais des ordres bordel !! Tu devais simplement ordonner à tes hommes d'arracher ses membres en même temps, de la laisser crever en silence et de faire cramer les restes !! Tu avais des ordres, merde !! Tu devais simplement l'éxécuter !!
-Je l'ai fait...
-Mon cul !! Arrête de mentir hydrinus ! Je sais la double identité de notre soeur et je sais aussi que le patriarche connaît ce nom de mercenaire ou s'est caché Dracos. Il est furieux ! Il t'avais demandé de l'éxécuter !
-Qui te dit que c'est elle ? C'est surement quelqu'un qui l'a copié.
-Nos spécialistes sont formel, c'est bel et bien la manière de tuer du corbac, autrement dit de Dracos.
-Le symbole est incertaint, il n'y a aucune preuve que ce soit elle.
-... J'espère pour toi qu'elle est bien morte, sinon tu auras de graves et gros ennuis Hydrinus.
-Je sais.
-Ne te mets pas dans de tel situation, tu sais tout comme moi que nous avons les même particularités de notre soeur. Il ne faudra qu'a peine 5 ou 7 ans pour te forger. Nous avons eut la chance d'échapper au laboratoire, mais ce n'est pas indéfiniment.
-...
-Le patriarche nous attend, il paraît que Nagi est revenu de son voyage.
-Ah oui ?
***



Alvinykiosa sur les genoux les mains disposé juste devant, ferma doucement les yeux quand la main de l'homme se logea dans ses cheveux, grattouillant doucement sa tête comme si elle était un chaton. Lorsqu'il retira sa main de ses cheveux, la jeune nékos sourit doucement, le regardant prendre place et attraper le dernier rescapé - un croissant - de sa faim de loup qui avait frappé. Dans un léger rire, ses yeux se reposèrent sur la pelotte de laine avec laquelle elle se remit à jouer gaiement. Oubliant tout ce qui c'était passé la veille, et jetant de temps à autres un léger regard sur le dos de l'homme qui lisait tranquillement la gazette.

Sans un bruit, la jeune femme s'approcha doucement, passant ses bras autour du cou de l'homme, elle glissa sa tête vers une oreille de celui-ci, ouvrant doucement sa bouche pour mordiller le haut de son oreille, descendant lentement avant de remonter le long de l'oreille dans un coup de langue provocateur. Alvinykiosa, fière de son coup, émit un petit sifflement resserant son emprise sur le cou de l'homme. Elle lâcha un léger ricanement avant de sourire, et d'une voie innocente s'adressa à l'homme.

-Tu lis quoiiiiiiiiiii ? ♥

Sa queue de chat bougeait lentement derrière tandis qu'elle posa son menton sur un de ses bras, laissant sa tête à la hauteur de celle de l'homme. Doucement ses yeux parcourut les lignes de l'article que lisait avec attention l'homme. Un meurtre ? Assassinat ? En effet... Elle continua de lire en sifflotant doucement, émettant un léger ronronnement quasi-inaudible et en restant les bras enserrant le cou de l'homme.

Ses yeux se désintéressant de l'article, elle chercha quelques choses de plus intéressant pour elle, un petit titre dans un encadrer l'attira. Un jeune tué sur un toit d'une maisons au coeur de la ville... Alvinykiosa continua de lire les quelques lignes de l'article, devinant avec les maigres détails qu'il était donné qu'il s'agissait de son acte de l'autre soir. Un léger soupire retentit alors que la Nékos se redressa, ses bras remontant pour laisser juste ses mains sur les épaules de l'homme. Le regard voilé et triste, la Nékos se souvient avec une légère souffrance interne et une envie de vomir qui arriva rapidement. Alvinykiosa fit une grimace, enlevant ses mains des épaules de l'homme, elle attrapa son sac, rangeant la pelotte de laine prés du lit avec un léger coup de pied.

_________________
« Que les dieux vous protège, mes frères dragons. Que les dieux vous pourchasse, adversaire des autres races. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fly-gunnette.skyrock.com/
L'Ombre
.: Jouet de la Fondatrice:.

.: Jouet de la Fondatrice:.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 521
Age : 24
Date d'inscription : 28/08/2008

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Si tout était à refaire... Le ferais-tu ? [PV L'Ombre]   Mer 17 Juin - 22:06

Un long frisson parcourut l'échine du mercenaire, en sentant son oreille se faire mordiller, puis lécher par la Neko... Elle le faisait exprêt ou...?
N'osant plus bouger sur le coup, il laissa les bras de la Neko autour de son cou, incapable de se débattre. Il ne fit pas attention au regard de la jeune femme qui parcourut les lignes, la laissant faire, sans bouger en sentant les fines mains passer sur ses épaules. Lentement, la jeune femme s'éloigna, retournant vers le lit. L'assassin posa la gazette sur la table, la refermant pour éviter la vision de deux certains articles, et se leva lentement.
Se glissant derrière la Neko sans prévenir, ses bras passèrent doucement autour du ventre de la jeune femme. Alors que l'assassin glissait sa tête dans le cou de la Neko, laissant son souffle se perdre sur sa peau, il soupira longuement, ne cherchant pas à expliquer son acte en resserant légèrement sa prise.
Après un moment, il finit par se reculer, laissant la Neko se tourner vers lui. Avant qu'elle ne puisse ouvrire la bouche, le jeune homme lui glissa son reste de croissant entre les lèvres, se retournant.


- Tu devrais penser à aller te laver et te changer. Même si tu aimes mes habits, les tiens t'iront bien mieux.

Passant une main dans ses cheveux, le jeune assassin s'avança vers une armoire où se trouvait ses affaires, fouillant rapidement avant d'en tirer une feuille froissée. Gardant sa feuille en main, il la déplia distraitement avec deux doigts, et s'approcha du frigo. Attrapant un verre et du lait, il se servit avant de ranger la bouteille, et prit place sur une chaise.
Buvant un peu de ce liquide blanchâtre, il laissait ses yeux parcourire les lignes. La liste des contrats qu'il devait faire pendant son séjour ici, selon les jours. Ce jour ci et le lendemain, toujours un seul, par jour, mais le jour suivant, il risquait d'être peu présent... Il allait devoir trouver quelque chose pour occuper la jeune Neko.
Soupirant en commençant à regarder en détail les contracts, il songeait aussi à son tour sur le marcher noir qu'il ferait surement le lendemain avec la Neko, juste le temps de lui trouver une arme.
Il porta encore une fois le verre a ses lèvres, le vidant à moitié, et replia machinalement la petite feuille dans sa main, la fourant dans sa poche.

_________________
My only friend is my pain...
~ Laisse moi mourir dans mon royaume de solitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miss Corbac
.: Fondatrice Barjot:.

.: Fondatrice Barjot:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10558
Age : 23
Date d'inscription : 09/03/2007

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Si tout était à refaire... Le ferais-tu ? [PV L'Ombre]   Mer 17 Juin - 22:36

Légèrement surprise par ce geste affectueux, elle ne le rejette pas non plus. Appréciant sentir les bras de l'homme se refermer sur elle, la tirant contre lui. Dans un léger sourire. Alvinykiosa ferma ses yeux quelques instants, ne bougeant plus et dans un frisson elle rouvrit les yeux, la Nékos sentant les bras se refermer un peu plus sur elle, sans que celle-ci n'apprécit le câlin. Un faible ronronnement retentit pile juste avant que l'homme décide de la libérer de son emprise... Zut, elle aurait bien aimé plus long... Dans un miaulement inaudible, la jeune nékos sortit quelques affaires achetés la veille. S'engouffrant dans la salle de bain après un rapide dernier regard sur l'homme, elle laissa tomber à ses pieds la chemise noir dont elle était vêtue ainsi que ses sous-vêtements.

Son regard fut attiré par la glace, et dans une grimace, elle remarqua les bleux marqué et ceux violet. D'une main légère, elle passa quelques doigts sur les bleux les plus marqué, une faible douleur parcourut son corps et elle se résigna à approfondir cette simple caresse pour savoir si cela faisait réellement mal un bleu.

Alvinykiosa se glissa sous l'eau de la douche après avoir inspecté son dos et cette marque énigmatique en bas de sa nuque. Les robinets tournés dans un mouvement bref, l'eau ne tarda pas à couler et à ruisseler sur le corps de la Nékos. Elle se massa la nuque machinalement, le regard dans le vague, l'eau chaude et brûlante ravivant quelques douleurs. Alvinykiosa resta un long moment sous l'eau brûlante, ses oreilles rabbatue par l'eau, ses cheveux collant son visage et son crâne ainsi que sa nuque, sa queue de chat trempé pendant quelque peu lamentablement. Ses bras entourait sa poitrine et une de ses mains était perdu dans sa nuque, massant cette peau qui lui faisait mal. Dans un soupire, elle bougea quelque peu, attrapant un savon pour se laver cheveux, oreilles, queue, corps tout y passa. Après quelques minutes, elle sortit de la douche dégoulinante, se séchant le corps, la queue et les oreilles et après un rapide coup d'oeil à la glace, et dans un soupire amusé sécha quelque peu ses cheveux. Ils n'étaient pas dégoulinants comme la dernière fois, non, ils étaient tout juste séché, humide, mais séché un minimum.

Alvinykiosa étendit les serviettes sur le repose-serviette, s'habillant rapidement d'un haut normal, manche courte avec un décolleté marqué mais pas indécent. Le pantalon était un jean banal, à l'effet veillis. Elle attrapa un bout de tissu noir, s'attachant les cheveux en laisant deux mèches encadrer son visage. Une fois qu'elle se jugea prête, une douce et irresistible odeur parvint à son nez.

Sortant tel une furie de la salle de bain, elle sauta sur l'homme qui possédait d'énormes moustaches de lait. La Nékos, sur l'homme et la chaise un peu plus loin, se pencha vers lui, et dans son euphorie d'adoration et d'addiction total au lait comme tout bon chat qui se respecte, lécha les moustache de lait avec sa langue. Simplement du bout de la langue, laissant son regard de feu se planté dans celui de l'homme. Après son nettoyage, elle resta un moment ainsi, pencher au-dessus de l'homme, un blocage ? Non... Autre chose... Alvinykiosa ne put s'empêcher de rougir un peu devant la situation, se relevant vivement et bégayant quelques excuses confuses.

-Dé-dé-désolée...

Détournant vivement le regard, la rougeur de ses joues s'agrandissant. Ses yeux de feu tombèrent sur les draps ou elle alla se réfugier sans ajouter mot, complétement dans sa cachette de drap blanc et respirant l'odeur de l'homme, elle restait silencieuse. Se demandant ce qui l'avait fait hésité... Le fait que ses lèvres avaient été aussi proche que celle de l'homme ? Serais-ce ça qui l'avait fait hésité à se relever plus tôt ? Peut-être bien...

Alvinykiosa passa un doigt sur ses lèvres, distraitement, recroviller sous les draps et la queue dépassant d'un coin de ceux-ci, elle resta silencieuse, avant de chercher à taton sa pelotte de laine pour s'occuper, n'osant pas montrer son visage à l'homme après ce qu'il c'était passé.

_________________
« Que les dieux vous protège, mes frères dragons. Que les dieux vous pourchasse, adversaire des autres races. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fly-gunnette.skyrock.com/
L'Ombre
.: Jouet de la Fondatrice:.

.: Jouet de la Fondatrice:.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 521
Age : 24
Date d'inscription : 28/08/2008

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Si tout était à refaire... Le ferais-tu ? [PV L'Ombre]   Jeu 18 Juin - 2:16

Cette langue chaude glissant sur sa peau. Le jeune homme ne l'avait vraiment pas vu venir.
Son unique oeil équarquillé, il était plutôt géné devant cette Neko qui léchait quasiment ses lèvres...
Le visage de la jeune femme s'imobilisa non loin du sien un moment, alors qu'il ne bougeait plus, respirant très faiblement.
Elle commença a rougir, et se redressa, s'excusant rapidement. Il ne comprenait pas vraiment son comportement... Se jeter sur lui pour s'excuser ainsi... Lâchant un soupire, il se releva juste, attrapant la chaise qu'il remit en place.

Ce comportement, tout ça, il ne comprenait pas... Cette manière d'agire ainsi, se comporter comme cela avec lui... Etait-elle ainsi avec tout le monde, ou n'avait-elle pas réalisé que le seul rôle de cet assassin était de jouer l'ange gardien ? Même s'il n'était pas vraiment pour cette idée, il s'y pliait encore une fois, préférant penser à elle avant lui. Il n'était rien, tout sauf important. Une simple ombre qui ne mérite même pas de vivre, alors avant de s'occuper de lui...
Soupirant, il posa son regard sur la fenêtre, regardant le ciel à l'extérieur... Songeur, pensif... Sa solitude remontait amèrement sans qu'il ne se l'explique.
Cette douce solitude qui ne le quittait jamais, qui maintenait en permanance son âme froide...
Refermant son unique oeil capable de voir actuellement, il posa une main sur son visage, par dessuss son masque couleur argent. Solitude... Douce solitude qui refusait de le laisser.

Il s'approcha doucement du lit, allant s'assoir au bord de celui ci, son regard triste perdu dans le vide. Sentant la queue de Neko bouger a côté,sans même détourner son regard du vide qu'il fixait, il attrapa ce membre de chat, le caressant doucement entre ses doigts, jouant avec, sans vraiment y faire attention.



[Rep pourrie, sorry.]

_________________
My only friend is my pain...
~ Laisse moi mourir dans mon royaume de solitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miss Corbac
.: Fondatrice Barjot:.

.: Fondatrice Barjot:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10558
Age : 23
Date d'inscription : 09/03/2007

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Si tout était à refaire... Le ferais-tu ? [PV L'Ombre]   Jeu 18 Juin - 18:26

Ses quelques doigts tendus effleurèrent la pelotte de laine tant désiré qui ne fit que rouler plus loin, quelques centimètres... Juste quelques centimètres. Dans un soupire, Alvinykiosa renonce, ramène son bras vers elle, bouge nerveusement sa queue de chat et remet correctement les draps par-dessus ses oreilles et son être. Tapis dans sa cachette, elle écoutte, attentive. Redoute aussi, son mouvement avait été impulsif, l'odeur du lait, l'envie incontrolable de récupérer les dernières gouttes, l'endroit n'avait pas été prédéfinis. Un nouveau soupire, les oreilles de la jeune Nékos sortent des draps, se tournent en directement de l'homme, sondent les bruits de la chambre avant de retourner sous les draps. Un miaulement étouffer retentit, tandis que sa queue est prise dans des doigts pas si inconnu, Alvinykiosa sourit à moitié, essayant de libérer son membre de chat des mains de l'homme. Peine perdue... Il joue et à peine son membre libéré la main se referme doucement sur sa queue. Alvinykiosa laissa un soupire s'échapper de son être, glissant une main sous les draps, attrapant le poignet de l'homme et le tira doucement vers elle, le forçant à s'allonger sur le côté. Libérant, au passage, sa queue des mains de l'homme.

Ses yeux de feux tombèrent sur le regard triste de l'homme, dans une légère grimace, elle s'enroule dans les draps, et laisse son corps se blottir dans cet endroit, là, contre lui, dans ses bras qui se refermeraient peut-être sur elle comme à chaque fois. Ses parties de chats bougeant nerveusement, elle se mordilla la lèvre inférieur, ne sachant pas quoi faire pour que ce regard remplit de tristesse s'éloigne et s'enlève.

Son corps froid... Gêlé... Prés d'elle... Bizarre et pourtant douce sensation de sentir ce glaçons se réchauffer à la chaleur qu'elle dégage. Elle libére ses bras, pose une main contre le torse de l'homme, soupire de nouveau avant de glisser sa main vers son cou, caressant doucement la partie du masque d'argent qui recouvre sa joue. Un faible sourire se peignit sur ses lèvres tandis qu'elle enleva sa main, la reposant doucement sur le torse de l'homme. Alvinykiosa laissa son front se poser doucement contre l'homme, ses yeux se fermèrent doucement et sa voie affaiblis quelque peu retentit avec douceur.

-Désolée si je t'encombres... Je devrais peut-être pas coller les gens comme ça. Si ça te dérange, dis-le.

Un énième soupire se perdit contre le torse de l'homme tandis que les yeux de feux de la jeune Nékos se rouvrirent. Sa tête se releva doucement, elle lécha doucement un de ses doigts, essuyant le lait aux coins de ses lèvres. Alvinykiosa referma ses yeux partageant un peu du drap qu'elle monopolisait pour recouvrir l'homme. Elle lécha le reste de lait sur son doigt, souriant faiblement.

-Je ne résiste pas au lait... Désolée une nouvelle fois. J'aurais du me contrôler.

Mais comment ? C'était la première fois qu'elle avait réagit autant face à l'odeur du lait. La première fois... La première fois qu'elle avait joué aussi instinctivement avec une pelotte de laine, la première fois... Elle chercha à tâton la main de l'homme pour glisser ses doigts entre les siens. Mais son geste se stoppa à mi-chemin, hésitant...

-Je ne voudrais vous gênez... Si vous voulez aller quelques parts ou faire quelques choses, ne vous occupez pas de moi, je resterais ici et... Je ferais plus attention.

Le vouvoyant de nouveau, il n'avait jamais donné son accord pour qu'elle le fasse, dans un léger soupire, elle hésita longuement à laisser sa main enlacer ses doigts. Alvinykiosa ferma doucement ses yeux de nouveau, laissant sa main là ou elle était. Déglutissant difficilement, la jeune nékos redoutait quelques parts que l'homme lui demande de partir, prendre ses distances ou qu'elle avait été un peu loin par moment. Ce qu'elle reconnaissait avec amertume. Alvinykiosa ne voulait pas s'éloigner de cet homme, il avait été le premier à être amical, le premier à lui offrir un endroit ou se réfugier, le premier à combler le vide creuser par la solitude et le doute d'être ce qu'elle croyait.

Son existence se résumait à un nom... Et ceci, elle ne pouvait pas l'oublier.

Ses yeux de chats regardèrent distraitement le torse de l'homme, elle avait dit son nom, mais lui avait préféré garder le silence. Peut-être n'avait-il jamais voulu avoir la Nékos aussi longtemps sur les bras ? Peut-être... Ou peut-être n'aimait-il pas donné son nom et prénom. Lentement, la Nékos ressentit le froid interne revenir, le vide se creuser, elle se recroviller sur elle-même, instinctivement. Elle avait besoin de chaleur, besoin de se réfugier dans ses bras... Mais s'imposer était hors de question. Elle ne voulait pas devenir un fardeau ni une gêne.

~Château Maniak. ~


Ils sortirent, tous trois, la plus petite des trois personnes, une blonde aux yeux de flammes quitta rapidement le groupe, habiller comme une voleuse, son visage tatoué avec un tatouage tribal. Elle jeta un regard froid aux deux autres personnes. Hydrinus et Dracillia soupièrent en même temps. L'aînée de la famille se tourna vers son petit-frère avant de tapoter son épaule.

-Désolée...
-Ce n'est rien. Je savais le risque que je courrais en agissant sans me préoccuper des ordres. Mais tout de même, faire revenir Nagi de l'îles des pirates juste pour la mettre sur l'abbattage de Dracos... N'est-ce pas trop ?
-... Le patriarche veut Dracos morte, qu'importe les moyens. Tu l'as entendu. Nous sommes tout deux liés à nos sections, moi j'aurais envoyé des hommes de mains et notre oncle veut que ce soit fait par la famille. Toi... N'en parlons pas. Il ne restait que Nagi en option.
-Nagi... The Nightmare Phantom. Cela fait bizarre de la revoir depuis que nous l'avons écarté sur les terres d'Ouessant. Mais tout de même, toi, la lame d'Hifaus n'est pas jalouse de ne pas pouvoir ajouter la bête qu'elle va traquer à ton palmarès ?
-Arrête donc de m'appeller ainsi. J'ai raccroché la lame d'Hifaus depuis des années. Chasseur de prime n'est plus mon métier depuis que mère est morte. Tout comme toi tu as raccroché...

Les deux personnes continuèrent de parler de tout et de rien. Leux voix et leurs bruits de pas s'estompèrent au file de leurs pas.

_________________
« Que les dieux vous protège, mes frères dragons. Que les dieux vous pourchasse, adversaire des autres races. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fly-gunnette.skyrock.com/
L'Ombre
.: Jouet de la Fondatrice:.

.: Jouet de la Fondatrice:.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 521
Age : 24
Date d'inscription : 28/08/2008

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Si tout était à refaire... Le ferais-tu ? [PV L'Ombre]   Jeu 18 Juin - 18:59

Son unique oeil se ferma doucement. Sans se rouvrire sur le moment. Il resta un instant ainsi, de marbre, sentant la froideur et la solitude remonter...
Puis, tendant une main en direction de la Neko, il laissa son membre ce perdre dans les cheveux de celle ci, les ébouriffant gentillement, avant de caresser distraitement une de ses oreilles de chat.


- Si tu me genais, je ne t'aurais pas prit avec moi l'autre soir. Arrête de t'excuser, je peux comprendre. Ce n'était pas volontaire...

Tirant doucement cette tête aux attribut de chat contre son corps, il attendit qu'elle ne puisse plus voir son visage pour rouvrire son oeil.. La même expression fuyante de solitude et de tristesse était présente dans son regard.
Rapprochant sa tête jusqu'a ce qu'elle soit contre celle de la Neko, son souffle se perdit lentement sur la peau de celle ci. Il n'avait pas envi qu'elle parte, de la laisser de côté.
Pourtant, il est vrai que ce geste l'avais quelque peu gêné... Mais rien qui l'aurait poussée à s'éloigner. Il ne voulait pas le faire.
Ou en tout cas... Pour l'instant.


- Et puis, si je te laisse si vite, tu vas te mettre dans des situations pas possible...

Souriant - d'un sourire faussé - il se décolla doucement de la Neko, son oeil ouvert qui ne traissait pas son état qu'il cachait à présent. Il voulait qu'elle voit se sourire et arrête de s'en vouloir.
Puis, la tirant de nouveau contre lui, dans une étreinte plus longue, il put arrêter quelques instants de faire semblant, essayant de se réchauffer avec cette douce présence qui émanait de cette jeune femme...


- J'aurais des contrats prochainement. Selon ce qui va se passer, je les ferais en te laissant ici, t'emmenant avec moi ou je les annulerais. Ils ne sont pas important, je préfére qu'il ne t'arrive rien.

Glissant de nouveau une main dans les cheveux de la jeune femme, il effleura doucement une de ces oreilles félines, la caressant dans le sens du poil, doucement, son regard perdu sur ce membre félin...
Lâchant un soupire, il laissa sa tête retomber contre le matelas, restant un instant le regard perdu dans le vide, avant de reprendre son jeu parfait.
Masquant ces ressentis.
Caressant doucement la joue de la Neko en lui adressant un très léger sourire amusé qui ne pouvait que faire croire qu'il allait parfaitement bien.
Il n'était qu'une Ombre qui n'était pas autorisée a ressentir ou a exprimer autre chose que les actes de son propriétaire. Il devait juste... Jouer son rôle.

_________________
My only friend is my pain...
~ Laisse moi mourir dans mon royaume de solitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miss Corbac
.: Fondatrice Barjot:.

.: Fondatrice Barjot:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10558
Age : 23
Date d'inscription : 09/03/2007

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Si tout était à refaire... Le ferais-tu ? [PV L'Ombre]   Jeu 18 Juin - 23:08

Elle aurait voulut lui répondre quelques choses, ne plus sentir cette tristesse passer de son corps au sien. Fermant simplement ses lèvres entre-ouverte, elle ferma ses paupières doucement, se rapprochant de l'homme un peu plus. Partageant les draps, elle passant une main dans celle de l'homme, enlaçant ses doigts au sien. Et sans un mot, Alvinykiosa s'endormit. Une douce chanson respirant la tristesse dans la tête, faisant bouger de temps à autres ses oreilles. Une douce et triste chanson dans l'esprit, qui rythmait ses pensées. Silencieuse, elle dormait paisiblement. Voulant simplement, ne plus sentir cette tristesse au fond de l'être qui veillait sur elle. C'était normal non ? Vouloir son bien, le sentir aussi brûlant qu'elle. La flamme de son corps se tiédit doucement, contre sa volonté d'une certaine manière, elle aurait voulu être brûlante, réchauffer ce corps prés d'elle.

Ses rêves se mouvèrent doucement, des couleurs, des formes, des visages. Et le relent violent de souvenir désagréable qui passèrent outre les sceaux. Son aura en prenant un sérieux coup. Sa respiration devient de plus en plus saccader, elle ouvrit un peu plus la bouche tandis que sa gorge se serrait. Au fond d'elle, la jeune femme avait l'impression d'étouffer. Revivant, sous ses paupières cette scène ou une personne inconnu enserrait son cou avec ses doigts, abusant d'elle et l'étouffant à moitié. Les larmes ruisselaient sur ses joues et sa voix supppliait les cieux de lui venir en aide. Mais rien... L'image de l'inconnu se mouva changea, et les doigts si ferme devinrent les doigts de l'homme qui avait enserré son cou la veille. Etouffant à moitié dans son sommeil, de la sueur coulant le long de son front, des larmes dévalant ses joues.

Une douleur se ravivèrent, la cause et la raison de cette douleur était inconnu et familier à la fois. Et dans un cri de douleur silencieux, les rêves se tournèrent en cauchemard. Instinctivement, et toujours en dormant, elle se blottis, se recrovilla contre l'homme, tremblante quelques peu. Soufflant, bégeyant silencieusement quelques paroles et essayant de respirer mieux.

Sa marque se réveilla, la brûlant, la tiraillant et ses cauchemards et leurs créatures imaginaires devinrent de plus en plus terrifiant sans qu'elle ne puisse atténuer ceux-ci. Elle étouffait dans son passé qu'elle ne connaissait pas et dans cette vie nouvelle dont elle ne pouvait profiter sans un gardien pour veiller sur elle.

Elle, le corbeau blanc, sentit comme une déchirure, une plaie fermé fermement se réveiller, se rouvrir, et du sang remplaça une larme, faisant un jolie sillage rouge sur les joues pâles de la jeune femme. Glissant le long de cette joue laissant sa traîné rouge foncé, descendant le long de sa gorge avant de se perdre sur son buste.

-Ah...Ha...

Sa respiration devenait de plus en plus difficile, elle haletait, mais pas pour reprendre son souffle, pour essayer d'en avoir justement. Ses cauchemards empiraient et une seconde larme de sang fit une seconde traîné rouge sur sa peau qui pâlissait. Ses tremblements devinrent plus violent, là, au creux des bras d'un homme, elle c'était endormis en laissant la porte ouverte à ces créatures de son passé, profitant de cette soudaine tristesse et mélancolie pour attaquer.

Soudain, elle ouvrit les yeux, effrayer d'abord, se décollant violemmet de l'homme. Sa main poser sur la poitrine de l'homme pour l'écarter d'elle. Elle haletait encore, la tête basse... Des souvenirs... Horribles, affreux, qui ne semblait pas lui appartenir tout en lui étant étrangement familier. Doucement, elle releva doucement la tête, les yeux choqués. Elle déglutit difficilement, restant ainsi immobile.

-Je...

Alvinykiosa, sans pouvoir dire plus, se releva doucement, elle alla dans la salle de bain, essuyant le sang d'un revers de manche, passant de l'eau glaçé sur son visage. Le froid... Son esprit se gêla sur place. La Nékos laissa son dos se coller contre un mur froid, sa queue bougeant faiblement. La jeune femme sortit de la salle de bain après de longues minutes, elle posa un regard sur la fenêtre, puis sur l'homme. Elle se glissa sur le rebord de la fenêtre, passant quelques doigts juste en dessous de ses yeux.

-Désolée... Cauchemard...

Dit-elle simplement, essayant de convaincre l'homme qu'il ne s'était rien passé... Rien... Enfin... Façon de parler. La jeune femme se posta dans l'encadrure de la fenêtre qui donnait juste devant l'auberge, ses yeux glissèrent sur l'horizon, son esprit lourd essayant de se désengourdir et de chasser ses mauvaises images. Des bruits, des jeunes, deux filles, deux hommes. Le regards de feu de la Nékos se posa sur le groupe, elle recula rapidement, posant une main sur sa bouche violemment, se mordant la paume pour ne pas crier. Reculant, par petit pas, avant d'heurter un mur. Le groupe ? Des bruits de pas, pressés... Les yeux du chaton s'affolèrent dangeureusement, scrutant chaque recoin de la porte, posant ses main sur ses épaules, tremblant doucement. Ses pupilles se rétractant...

_________________
« Que les dieux vous protège, mes frères dragons. Que les dieux vous pourchasse, adversaire des autres races. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fly-gunnette.skyrock.com/
L'Ombre
.: Jouet de la Fondatrice:.

.: Jouet de la Fondatrice:.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 521
Age : 24
Date d'inscription : 28/08/2008

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Si tout était à refaire... Le ferais-tu ? [PV L'Ombre]   Sam 20 Juin - 0:48

Un cauchemar, hein...? Ce n'était pas ce qui inquiétait le plus le jeune homme... C'était la réaction de la jeune femme. Se penchant à la fenêtre, il soupira, et partit fouiller dans ses affaires. Trouvant les bandages pour ses bras, il se glissa derrière la Neko, lui bandant les yeux en soupirant longuement. Puis, la soulevant dans ses bras dans un nouveau soupire, il se dirigea vers la salle de bain, où il laissa la Neko retoucher le sol. Déposant un bref baiser sur son front, il se retourna, s'arrêtant dans l'entrbaîllement de la porte.

- Ne bouge pas, je viens te chercher dans un instant.

Fermant la porte à clef, il se retourna, attrapant le plateau sur la table de chevet, pour le déposer sur la table. Puis, tirant une cigarette de sa poche, il soupira longuement. Il ne fumait que quand il s'apprétait à tuer pour le plaisir, pour ne pas succomber à des envies sanguinaires par la suite...
Soufflant un long filet de fumée, il entendit des coups sur la porte, fermant doucement son oeil, baissant la tête en aspirant un peu plus de fumée, qu'il recracha doucement. Des chocs plus fort sur la porte. Elle volat en éclat. Il ne daigna pas regarder ces 'visiteurs'. Il était seul face à eux. Les pauvres...
Après une hésitation, le groupe se décida à fouiller, l'un d'eux venant demander au jeune homme s'il n'avait pas vu une Neko, aux oreilles, la queue, ainsi que les yeux roux feu. Il ne daignat même pas répondre, levant lentement son visage, posant son regard froid et haineux, glacial à souhait sur cet homme, qui préféra bizzarement ne pas insister...
Fouillant sans gène, l'assassin soupira, rejetant doucement sa tête en arrière, clope pendue au bout des lèvres. Il referma ses yeux. Un des jeunes s'approcha de la salle de bain... Approcha sa main de la poignée...

Un bruit de chaire qui se déchire, de sang qui coule. La gorge transpercée par un pieux d'ombre, ce pauvre jeune homme semblait bien moins entousiaste à ses idées... L'assassin se redressa rapidement, plaquant sa main sur la table, enserrant ses doigts sur un couteau qui trainait sur un coin du plateau repas. Tout était calculé. La lame vola dans la pièce, transperçant une nouvelle gorge, alors qu'une lame d'ombre trancha à la verticale un des deux corps restant, l'autre se faisant transpercer le crâne.
Pas un seul cri... Un silence... Les ombres emportèrent les cadavres, alors que le jeune tueurs attrapant de quoi nettoyer, retirant le sang sur la porte de la salle de bain, sur les murs et le sol. Puis, soupirant en passant sa main sur sa nuque, il finit par aller ouvrire la salle de bain, défaisant sans prévenir le bandeau de la Neko.
Passant une main dans les cheveux de la jeune femme, lui caressant la tête, il la traina hors de la salle de bain, en s'étirant lentement. Puis, se tournant vers elle, il la regarda plus sérieusement.


- Désolé, un détail à régler... Hmm, tu pourrais peut-être m'expliquer ton problème de cauchemar maintenant ?

Soupirant, il regarda le couteau impécable sur le plateau, et partit d'ailleurs ranger tous ce qui avait servit au repas de se matin, les plaçant correctement dans un coin de la chambre où ils serraient descendu en bas.

- Ca te gène de sortir aujourd'hui...? Je voulais t'emmener manger quelque part, que tu ne reste pas enfermée ici.

_________________
My only friend is my pain...
~ Laisse moi mourir dans mon royaume de solitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miss Corbac
.: Fondatrice Barjot:.

.: Fondatrice Barjot:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10558
Age : 23
Date d'inscription : 09/03/2007

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Si tout était à refaire... Le ferais-tu ? [PV L'Ombre]   Sam 20 Juin - 21:33

Le noir... Des bruits, la lumière de nouveau. Alvinykiosa n'avait un peu rien compris, mais en s'approchant de la fenêtre, voyant le groupe de jeune s'en aller rapidement, elle comprit. Le groupe était donc parti ? Ou...

-GASP ! La porte !

Les yeux écarquillés, la jeune nékos pointait du doigt la porte défoncer. Qu'est-ce qui c'était passé ? L'homme ? Le groupe ? Un truc en furie qui était foncé dans la porte ? Quelqu'un qui a toqué trop fort ? Dans un soupire désespéré, la jeune femme se redressa, posant les mains sur ses hanches. Elle posa son regard désemparé sur l'homme, avant de poser une question un peu... Hem... Débile sur le moment. Mais fallait la comprendre, plus de porte, ils étaient dans une auberge, donc forcément, c'était à eux de payer et de remplacer non ? D'un autre côté, le patron avait du donner le numéro de leurs chambres... Une idée vint alors et fit doucement sourire la Nékos.

-Ca coûte chère de remplacer une porte ? On fait payer le patron ?!

Un léger ricanement retentit, tandis que la jeune femme inspecta le reste de la chambre, à la recherche d'une preuve que des personnes étaient venu. Mais la chambre étaient impécable, le lit, la table, les chaises bien posé autour, aucune trace de sang sur la moquette ou sur le parquet, ni sur les murs, ni sur le papier peint défraîchis. Rien... Alvinykiosa arqua un sourcil... Ils étaient repartis gentiment après avoir défoncer la porte ? Etrange... Si ils étaient mort, il y avait forcément des marques. Elle ouvrit les lèvres pour poser une nouvelle question, mais elle n'eût pas le temps de la formuler que l'homme prit sa main, l'emmenant à l'extérieur. Ils passèrent dans le couloir de l'auberge, descendirent l'escalier. Dans un soupire, elle décida de ne rien demander, il avait nettoyé ou alors le groupe était reparti bien gentiment, mais la deuxième possibilité semblait... Invraisemblable. Enfin, on peut croire aux miracles non ?

Le mot magique, manger ! L'homme payait le restaurant ? Un large sourire étira les lèvres de la jeune femme qui enserra ses doigts plus fermemment avec ceux de l'homme, se mettant à son niveau et lui offrit un splendide sourire. C'était la première fois qu'on s'occupait autant d'elle, qu'on prenait soin d'elle autant avec autant de précaution. C'était bizarre, étrange comme sensation de savoir qu'on avait un gardien, quelqu'un qui s'occupait et être putôt possessif envers soi. Quelqu'un qui avait un endroit, au creux de ses bras, où on se sentait bien. C'était... Nouveau pour la jeune femme mais elle appréciait beaucoup cette sensation d'avoir quelqu'un derrière soi, ne plus sentir ce fossé, ce froid en elle.

Alvinykiosa reprit son petit jeu, jouant avec les doigts de l'homme en émettant de petit sifflement de temps à autres, ses yeux fixant cette main enlaçant la sienne, sa queue de chat bougeant doucement et jouant toute seule avec l'air. Ses oreilles furetaient chaques bruits nouveau ou qui l'attiraient plus que d'autres. La jeune femme remonta le regard vers le visage masqué de l'homme.

-On va manger où ?

Elle oublait, détournait le sujet de son cauchemard, n'ayant pas forcément envie d'en parler. Ses souvenirs familiers et qui, pourtant, ne semblant pas lui appartenir. Elle avait deux semaines de vie, deux semaines de souvenirs, ceux qui était ressurgit datait de 9 ans à plus de 20 ans... Les personnes qu'elle avait vu ou entrevu, elle semblait les connaître sans pouvoir dire leurs noms, tout comme les lieux, les endroits et pleins d'autres choses.

Un léger frisson la parcourut, elle ressera d'une main les pans de sa veste en cuir noir qu'elle avait attrapé rapidement. Une veste dont elle était toute fière d'avoir eut. Chaude et légère en même temps. La nékos arrêta quelques minutes de jouer avec les doigts de l'homme, remettant correctement le col de sa veste. Le regard dans le vide pendant ce labste de temps, elle lâcha un énième soupire avant de regarder le ciel, continuant à marcher à hauteur de l'homme, suivant la direction qu'il prenait.

Ses yeux rivés vers le ciel, pensive... Après un moment, elle lâcha, résigné, devant bien avoué que depuis que l'homme avait parlé de manger elle avait une envie de poisson incontrôlable.

-... J'ai envie de poisson...

Oui, Alvinykiosa se trouva ridicule sur le moment. Après le coup de la pelotte de laine, du lait et maintenant du poisson, elle était vraiment trait pour trait un jeune chaton qui réagissait selon ses envies ne pouvant se contrôler. Baissant les yeux sur ses pieds, elle recommenca à jouer avec les doigts de l'assassin.

_________________
« Que les dieux vous protège, mes frères dragons. Que les dieux vous pourchasse, adversaire des autres races. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fly-gunnette.skyrock.com/
L'Ombre
.: Jouet de la Fondatrice:.

.: Jouet de la Fondatrice:.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 521
Age : 24
Date d'inscription : 28/08/2008

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Si tout était à refaire... Le ferais-tu ? [PV L'Ombre]   Dim 21 Juin - 12:43

Un léger sourire amusé se dessina aux coins des lèvres de l'assassin, dont le regard glissa doucement sur la Neko. Un vrai chaton... Enserrant un peu plus ses doigts avec celle de la jeune femme, son regard s'attendrit malgré lui, et il dut rapidement détourner son oeil aux teinte pâle.
Plus qu'a trouver un endroit où elle pourrait manger du poisson... Soupirant légèrement, il haussa les épaules distraitement. Vu l'endroit où ils se trouvaient, ça devait courire les rues.
Trainant la Neko dans la ville, cherchant du regard les enseignes qui aurait pu convenir, il lui arrivait de temps à autre de lâcher un soupire ou de se retourner vers la Neko, regardant son visage distraitement.
Arrivant tout de même vers un endroit qui semblait convenir à la perfection, loin d'être mal famé, il adressa un petit sourire à la jeune femme, avant de l'entrainer à sa suite à l'intérieur. Petite allée classique, décorée, où l'odeur de la nourriture diverse - bien que l'odeur de poisson domine - venait allécher les clients. Encore un de ses endroits où il fallait payer un sacré prix, mais bon, il fallait bien ça pour faire plaisir à la Neko.
Gardant sa main enserrée dans la sienne, il s'avança vers le comptoire, demandant une table. Un homme arriva rapidement - un Neko comme on aurait pu s'y attendre - et les guida à une petite table pour deux à peine en retrait par rapport aux autres.
Le jeune homme s'installa, laissant la Neko faire de même, et lui tendit la carte pour qu'elle puisse choisir son repas. Quand à lui, il déposa juste son coude dans sa main gauche, et plaça son poing droite contre sa joue. Regard perdu dans le vide, remontant parfois sur la Neko qui regardait la carte, il laissa échapper un infime soupire. Encore une fois, il se perdait dans ses pensées, songeur...
Beaucoup de chose risquait d'être génante prochainement... Contats, l'assassinat du Roi qui allait revenir rapidement à présent, s'occuper de la jeune femme, trouver ce qu'il pouvait faire ensuite si il voulait rester avec elle...
Sa mâchoire se crispa légèrement, alors qu'il commençait déjà à imaginer des séparations... Il ne voulait pas, mais cela risquait d'être le mieux s'il ne voulait pas l'impliquer dans les histoires des Datenshi... Fermant lentements son oeil, il se détendit un instant, avant de reposer son regard sur la jeune femme, l'air de rien.


- Tu as choisie ?

Oui, l'air de rien, faire semblant... Mais tout se bousculait dans son esprit, même si elle n'en savait rien. Trop de choses... Il soupira de nouveau. N'ayant pas faim, il allait avoir le temps de réfléchir de toute façon...


[Rep pourrie -___-]

_________________
My only friend is my pain...
~ Laisse moi mourir dans mon royaume de solitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miss Corbac
.: Fondatrice Barjot:.

.: Fondatrice Barjot:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10558
Age : 23
Date d'inscription : 09/03/2007

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Si tout était à refaire... Le ferais-tu ? [PV L'Ombre]   Dim 21 Juin - 23:32

Et ils marchaient, tout deux, main dans la main. Les droits entrain de jouer entre eux avant de s'enlaçer fortement. La jeune femme regardait les gens, écoutait les bruits, sentait les odeurs bizarre et inédite, alléchante, écoeurante. A quelques reprises, son regard de feu se posèrent sur quelques personnes qui ne semblaient pas inconnu, ou, à un moment et pendant quelques secondes, ses yeux, attiré par un blason, se stoppèrent. Quelques instants, sur deux dragons enlaçé se mordant respectivement la nuque, un mauve, puissant et dominant, un blanc, frêle et soumis. La jeune femme ouvrit la bouche, voulant interpeller l'homme qui portait se blason à son épaule, mais le mercenaire tira sa main vers lui, montrant d'un léger geste le restaurant ou ils allaient mangés. Alvinykiosa resta la tête tourné vers l'homme au blason qui s'éloignait, vêtue d'une lourde cape brune, quelques mèches de cheveux verts fonçé sortaient de dessous sa capuche rabbattue avec soins sur sa tête camouflant le reste de son visage. La jeune Nékos ouvrit la bouche de nouveau, mais trop tard, l'homme avait disparut dans la foule, ce blason étant un maigre souvenir.

Qu'était-ce ? Ce symbole... Pas si inconnu finalement, fronçant les sourcils et refermant sa machoire, elle était sûre, elle savait, elle l'avait déjà vu. Quelques parts... Oui, mais où ? Dans un soupire, elle se résigna, impossible de s'en souvenir. La nékos devait avoir confondu. Et pourtant, cette impression persistait, elle connaissait ce blason et un frisson désagréablement froid et glaciale lui remonta l'échine, lui faisant refermer sa mâchoire instinctivement, les dents serrés, les oreilles dressés et les yeux rivés vers la foule, elle essayait et espérait apercevoir de nouveau ce symbole sur l'épaulette de ce mytérieux inconnu. En vain, naturellement, l'homme était parti.

Alvinykiosa poussa un léger soupire, baissant la tête tout en continuant de suivre son protecteur. Ils passèrent dans une allée, décoré, remplit d'odeur alléchante et appétissante de poisson frais, cuisiné de diverse façon et avec diverse épices. Son nez frétilla tandis qu'elle passa sa langue sur ses lèvres d'un geste sexy qu'elle ne contrôlait pas vraiment. Affamé, son ventre échappa un léger gargouillis. Elle allait manger et oublier ce blason... C'était surement rien, juste une impression.

~ Deux rues plus loin ~

Deux rues plus loin, dans une petite enseigne d'une taverne mal famé, ce mystérieux inconnu connu sous le nom d'Hydrinus Maniak rendait visite à un ami... Qui allait devoir se payer la lourde tache de retrouver sa jeune soeur pour ensuite lui mettre le grappin dessus et la garder auprés d'elle le temps de sa vie. Le jeune maniak enleva sa capuche une fois dans la taverne, sondant les personnes d'un regard avant de repérer son contact, un homme, un bel homme, bruns, yeux fauve qui étaient en très bonne compagnie, deux dames habillé court et pourtant richement. Le jeune semi-dragon lâcha un léger soupire, souriant doucement avant de s'approcher, prenant place sur la chaise en face de l'homme. Celui-ci, entrain de rire, se stoppa net, laissant ses bras autour des épaules des deux demoiselles qui l'accompagnait.

-Hydrinus... ? Qu'est-ce que tu fous là p'tit con ?
-Toujours aussi aimable Danwy ! J'ai un service à te demander.
-Ah oui ? Mesdemoiselle, désolé ! On se revoit plus tard ! ♫

Dans un clin d'oeil, le dénommé Danwy, second d'un grand dans les réseaux de proxénétisme, enleva ses mains des épaules des deux jeunes filles, qui, dans une grimace, partirent sans demandé leurs restes, murmurant quelques mots "doux" à l'adresse de l'homme qui venait de les lâcher pour la compagnie d'un homme.

Danwy était bruns, yeux fauve, une jolie carrure, habillé d'un simple haut avec les manches déchiré, un haut noir, de cuir, recouvrant son torse bien bâti. Taille plutôt grande, pesant dans les 80 kilos de muscles, il était la caricature même du macho psychologiquement, traitant les femmes comme des objets, des jouets et rien d'autres. Je précise son dieu ou vous vous en doutez ? Scian... Naturellement. Sa voie avait un tintement mélodieux malgré la froideur qu'il prenait pour s'adresser à Hydrinus.

Le Maniak sourit bêtement en voyant les dames partirent, les suivant du regard avant de reposer ses yeux sur l'homme qui avait posé ses bras sur la table, les croisant.

-Quel genre de service ? Tu veux une fille ? J'ai pas mon catalogue ici.
-Non, non. Tu as toujours ton harem personnel ? J'ai peut-être une fille de choix à te donner pour une assurance de protection et de bon soin. Une fille de la famille...
-Ah ouais ? Laisse-moi deviner ! Dracillia ?
-Non ne rêve pas !
-Dracos ?!

Hydrinus hocha simplement la tête. Danwy souriant jusqu'aux oreilles, tel un gamin heureux.

-Par les couilles de scian tu es sérieux ?
-Ai-je l'air de plaisanter ?
-... Nan ! Bon alors elle est où ? Je te la prends tout de suite !
-Hmm... Ca va pas être aussi simple. Elle a changé d'apparence suite à un ordre de l'abbattre que j'ai "contourné". Silvius Gossgi lui a donné une nouvelle apparence, mais à ses dernières descriptions du nouveau corps, tu ne vas pas être déçu. Elle porte toujours sa marque dans son dos.
-Celle du camp d'AshVritt ? Héhé ! T'a pas une photo ?
-Plutôt un dessin.
-Montreuuuuuuuuuuuuh ! *.*

Dans un léger soupire désespéré, le jeune maniak passa une main dans une poche de son uniforme militaire portant les insignes de sa famille. Il sortit un petit papier jaunis plié en quatre. Hydrinus le déplia doucement et glissa le croquis d'Alvinykiosa sous les yeux de Danwy dont le sourire s'élargit de plus belle. Son regard pétillant d'envie... Et pas que son regard.

-Pfiuuuuuuuuuuuuuh ! Silvius est un maître ! Un p'tit chaton rien qu'a moi ! ♥
-Si tu l'as.
-Comment ça ?
-D'après quelques maigres infos, quelqu'un serait avec elle, comme un gardien, un protecteur. Joue en finesse et je te la laisse.
-Je tue la personne qui l'accompagne ?
-Non, tu te joues de lui. Approche Dracos en gentleman charmeur, fais ton petit numéro et arrange-toi pour être de plus en plus présent dans son champ de vision, détache-là de son cher gardien et elle est à toi.
-A moi ? De chez à moi ? x3
-... Je la verrais chaque mois dans ton harem, je la veux en bonne état à chaque fois. Mais la famille ne devrais plus la reprendre si elle "disparaît".
-Ok ! ♪

Hydrinus sourit simplement, terminant la discussion sur ses dernières paroles, il se releva simplement, remettant la capuche sur sa tête de manière à camoufler son visage. Le maniak tourna les talons et disparut simplement, repartant à ses affaires dans le château familial, laissant le croquis d'Alvinykiosa dans les mains de Danwy déjà armé de son regard carnassier.

~ Dans le restaurant ~

Alvinykiosa sifflotait doucement, une bouille de chaton gourmand sur le visage et les yeux tourbillonant dans tout les sens pour lire et relire plusieurs fois les même noms de poissons et de plats, ne sachant quoi choisir, trop de chose délicieuse, trop de choix... La jeune Nékos lâcha un soupire de résignation tandis que le serveur continuait d'attendre, légèrement agaçé par le caractère indécis de la jeune femme. Il devait être intimmider par l'homme qui l'accompagnait puisqu'il n'en montrait rien à part quelques regards agaçés adresser au plafond. Et d'une voie mielleuse il répéta pour la sixième fois.

-Avez-vous choisis mademoiselle ?
-Hmmm...

Un lourd soupire sortit des lèvres du serveur qui n'en pouvait plus... Puis, miracle ! Ses yeux s'illuminèrent quand la jeune Nékos reprit la parole pour annoncer la commande tant attendu et bénis intérieurement par le serveur, nékos, bien entendu.

-Une assiette de friture de poisson en entré, puis un saumon fumé accompagné d'une sole bien grillé, de l'eau et... Du lait ! Merci.
-Parfait, monsieur vous ne prenez rien ?

Le serveur, espérait vraiment un "non" de la part de l'homme... Exaspéré et poussé déjà à bout dans sa patience par le caractère indécis de la femme qui l'accompaganit.

_________________
« Que les dieux vous protège, mes frères dragons. Que les dieux vous pourchasse, adversaire des autres races. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fly-gunnette.skyrock.com/
L'Ombre
.: Jouet de la Fondatrice:.

.: Jouet de la Fondatrice:.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 521
Age : 24
Date d'inscription : 28/08/2008

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Si tout était à refaire... Le ferais-tu ? [PV L'Ombre]   Mer 24 Juin - 0:01

Un simple signe de tête fit comprendre au serveur - qui avait l'air ravi - le refus du jeune homme. Il ne prendrais rien. Rien du tout. Laissant cet homme soulagé d'enfin avoir sa commande, l'assassin soupira, déposant malgré ses manières sont coude sur la table, joue calée dans sa paume. Il était mieux ainsi...
Accordant un regard un peu plus long que les précédents à la Neko, il en profita pour regarder son visage semblant plutôt affamé que traumatisé... Tant mieux. Il préférait la voir ainsi...
Le serveur arriva peu de temps après, un pichet d'eau, dans une main, l'autre prise par le même remplit de lait cette fois ci. L'assiette de friture calée sur son avant bras, il arriva à la table qu'il redoutait tant, déposant les pichets, puis l'assiette sous le nez de la Neko affamée. Cependant, il hésita un instant, essayant surtout de rester hors du champ de vision de la Neko.
En faite, il tenait aussi une bouteille de vin sous le bras, mais avait surement peur de devoir attendre encore des heures et des heures que la Neko choississe de la prendre ou non. Peur inutil puisque l'assassin voulait strictement lui interdire de boir, même s'il ne voulait pas refuser une bouteille offerte. Avoir des manières, c'est aussi ne jamais refuser un alcool de grand cru... Ok, là c'était surtout pour étancher sa soif et ne pas attendre que le temps passe, mais, ça ne l'empêchait pas d'avoir une excuse parfaite.
Faisant signe au serveur de déposer la bouteille, le Neko ne se fit pas prier, retournant vitesse grand V en cuisine. L'assassin attrapa la bouteille avant que la Neko ne puisse commencer à regarder ce que c'était, et s'en servit un verre, laissant le liquide de couleur rouge donner une couleur au verre translucide.
Prenant son temps pour goûter le vin tout en le laissant hors de porté de la Neko, il se contenta d'un verre qu'il but doucement, finissant un peu après que la Neko eut terminée son entrée.
Lorsque le serveur revint, l'assassin se contenta de lui rendre la bouteille, faisant un signe de tête en direction de la Neko. Le serveur ne comprit peut-être pas, mais redoutant la jeune femme indécise, il préféra déposer saumon au sole bien sagement, reprenant la première assiette et le vin, avant de se retirer.
Se servant un verre d'eau cette fois ci, le jeune homme se contenta de rester silencieux, puis, ferma un instant les yeux...


- Ne bouge pas.

Se retirant lentement, il se dirigea vers les toilettes, profitant d'être seul dans ses lieux. Se plaçant face à une glace, au dessus d'un lavabo, il passa une main sous son masque, hésitation, fatigue et doute revenant au grand galop. En plus, il manquait nettement d'énergie...

* N'oublie pas ce que tu es, déchet. *

Des mots qui raisonnaient encore et encore... Tirant une dague de sa manche, il remonta ensuite cette dernière, laissant le métal froid entailler sa peau. Une goutte de sang... Elle coula le long de sa plaie. Passa sur le fil de la lame... Teintant de rouge tout ce sur quoi elle passait... Puis, elle chuta doucement, allant tacher le lavabo blanc. Fermant lentement son oeil, le jeune homme resta un instant immobile... Puis, laissant couler l'eau, il lava sa lame et quitta ses lieux, retournant dans la salle principale où se trouvait la Neko.
Il avait oublié jusqu'à maintenant...
Mais... Il devait malheureusement se rendre à l'évidence. Bien qu'il avait encore la force de la refuser...

_________________
My only friend is my pain...
~ Laisse moi mourir dans mon royaume de solitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miss Corbac
.: Fondatrice Barjot:.

.: Fondatrice Barjot:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10558
Age : 23
Date d'inscription : 09/03/2007

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Si tout était à refaire... Le ferais-tu ? [PV L'Ombre]   Ven 26 Juin - 17:51

[Chanson du post ^.^ http://www.deezer.com/track/979002 ]

~


-Bien…

Un soupire, un simple soupire sortit des lèvres d’Alvinykiosa qui s’affala un peu plus sur sa chaise, finissant son plat rapidement avant de glisser ses mains dans ses poches. Doucement, ses paupières se fermèrent et un énième soupire passa outre ses lèvres tandis qu’elle cherchait, vaguement, d’où elle connaissait ce blason. Ces deux dragons… Impossible. La jeune femme passa une main sur son visage, relevant une mèche de cheveux et posant ses doigts sur son front, elle cherchait, ouvrant doucement les yeux. Sa main tomba brutalement dans le vide tandis qu’elle laissa tomber sa tête en arrière, ses yeux de feux fixant le plafond. Il fallait s’y faire, c’était impossible, entièrement impossible de se souvenir d’où elle connaissait ce blason. Et encore plus impossible de savoir si c’était juste une impression ou un vague souvenir de sa véritable existence. Mais… Non, impossible de ce souvenir.

-Impossible de m’en souvenir…

Le serveur évita soigneusement la table de la jeune femme, tandis qu’elle remit sa tête droite, dans un nouveau et énième soupire. Impossible. Les yeux vagues et mélancolique, elle fixait les restes de boissons dévoré et le pichet de lait entièrement but. D’un mouvement de langue, elle essuya les traces de lait sur ses lèvres. Lentement, elle tourna la tête. Un homme et une femme la fixait en discutant à voie basse, ses sourcils se froncèrent immédiatement. La jeune femme se redressa et se remit correctement sur sa chaise, dressant les oreilles, refermant son visage et cherchant à entendre ce qu’ils disaient. Le bruit du restaurant l’en empêchait bien entendu. Elle lâcha un léger juron entre ses crocs tandis qu’elle tentait vainement de savoir de quoi il parlait. Il ne fallut pas plus de dix minutes pour qu’ils grillent qu’elle les écoutait. Tout deux partirent dans un point mort de la vision de la jeune femme. Alvinykiosa se renforca dans ses doutes, elle se leva doucement, glissant contre un mur prés du bar, les bras croiser, les sourcils fronçé, elle essayait de sonder le restaurant à la recherche des deux personnes suspectes et douteuses.

Pourquoi la cherchait-il ? Pourquoi l’intéressait-il ? Un soupire siffla entre les dents de la jeune nékos tandis qu’elle essayait de capter le reste de la conversation. Son regard sonda la pièce avant de voir un pan de la tenue de son gardien, il fit à peine deux pas qu’il reçut sa protégé sur le dos. Ronronnant faiblement tout enlaçant son torse de ses bras. D’un léger mouvement, elle frotta sa joue contre le dos de l’homme, gardant un œil suspicieux et curieux sur les deux personnes qui partaient de manière pressé. Fronçant légèrement les sourcils, elle reprit une attitude normal, se glissant devant l’homme en souriant, se détachant de lui doucement. Souriant, doucement, cacher ses impression surement fausse. Ah… Si elle savait.

La jeune femme se lécha les doigts sur lequel il restait une légère odeur de poisson, ayant jeté un œil désintéresser à sa place. Il n’y avait plus rien que des arrêtes, des pichets d’eau et de lait vide ainsi qu’une bouteille de vin auquel Alvinykiosa n’avait pas put touché. Légèrement vexé, elle s’était bien gardé de demander de cet alcool douceâtre et comportant une belle robe rouge. Pensant simplement, qu’a la première occasion, elle se ferait ce plaisir de laisser l’alcool réchauffer sa gorge et embrumé son esprit.

Un léger soupire passa outre ses lèvres tandis que le serveur, un autre cette fois, vient vers eux, air pincé et réservé, il se baissa légèrement pour saluer les deux êtres avant de laisser sa voie fluette et mélodieuse percer l’air. Ses yeux noisette fixant tour à tour le mercenaire, la jeune Nékos qui bougeait de manière nerveuse sa queue de chat et, pour finir, la table qu’il allait devoir ordonner de débarrasser.


-Avez-vous finis ? Vous souhaitez un dessert ?

Alvinykiosa fit un léger non de la tête, elle était reput et de toute manière elle ne pourrait plus rien avaler, piqué trop de fois au vif dans sa curiosité pour pouvoir se concentrer sur autre chose. Nervosité et impatience, il fallait quelques choses pour qu’elle se défoule et se relâche, vide son esprit. Oui, mais quoi ? En attendant, elle lâcha un faible soupire, chassant l’idée d’embêter une nouvelle fois son gardien, elle ne fit que joindre leurs mains et enlacé leurs doigts ensemble, jetant un léger regard vers leurs tables. Son regard glissant vers le serveur qui attendait, patiemment, sa réponse.

-Non merci. Elle tourna la tête vers celui qui l’accompagnait jusqu’ici et qui s’était montré aussi amical et chaleureux… Réchauffant son âme froide et comblant le fossé que commençait à creuser la solitude. Tu veux quelques choses ? Tu as rien pris à part un verre de vin offert…
-Nous avons de très bonnes viennoiseries si cela peut vous intéresser. Vous pourrez les emporter.
-Parfait ! Mettez… Hmmm… Deux croissants, deux pains aux chocolats et deux de vos beignets de poisson frit !
-Je vous prépare ceci.

Le serveur se retira après une nouvelle courbette, silencieux. Alvinykiosa le regarda partir silencieuse, battant et fendant l’air de manière lente et rapide en alternant avec sa queue, essayant de rester le plus normal possible alors que l’idée de suivre les deux hommes de tout à l’heure la titillait sérieusement. Elle baissa la tête quelques instants, fixant ses pieds et ceux de son compagnon de voyage. Une question vint à son esprit en retracant l’alimentation de l’homme. Deux ou trois croissants, un verre de lait ainsi qu‘un verre de vin… Un Homme peut-il tenir deux jours avec seulement ça dans l’estomac ? Alvinykiosa releva la tête, inquiète.

-Tu aurais du mangé un peu.

Leurs nouveaux serveurs arriva quelques minutes ensuite, tendant un petit paquet à la jeune femme. Alvinykiosa sortit du restaurant, une main toujours enlaçé dans celle de l’homme qui paya l’addition qu’elle imagina bien salé. Dans un léger soupire, elle sortit du restaurant en saluant rapidement les deux serveurs. L’un bénissant enfin leurs départs et souhaitant qu’il ne revienne jamais, l’autre indifférent, entièrement froid et distant à leurs égards. La nékos se demandait si elle aurait poussé à bout le second serveur il aurait craqué ou serait-il resté de marbre ? Question qui resterait en suspend et sans réponse.

Une fois dehors, les odeurs de nourritures et de poissons laissèrent place à des odeurs d’épices, de métal et autre odeurs qu’on trouve dans les rues. Il y avait un peu moins de monde en ce début d’après-midi, mais une légère foule était au fond d’une rue à droite, aux portes de la ville. Alvinykiosa ne put pas tenir plus longtemps sa curiosité sur sa faim et fila, tirant l’homme dans la foulée, voir ce qui se passait. Sautant de côté pour éviter un homme au sol qui semblait se reposer. Sa queue fouettait l’air violemment quand elle sentit l’odeur d’essence, de moteur et la douce musique de moteur ronronnant. Un sourire apparut sur ses lèvres, tandis qu’elle tourna la tête vers l’homme.


-Des courses de moto !

Enthousiaste à cette idée, elle joua des coudes pour voir un peu mieux, gardant ses doigts enfermé dans ceux de l’homme qui n’eut aucun mal à passer, rien qu’avec son allure, la foule se divisait, des regards curieux, suspicieux lancé sur cette étrange et louche personne.

Alvinykiosa, ne se rendant compte de rien, s’approcha au plus prés, entendant le ronronnement d’un moteur, une moto lui passa devant à quelques mètres, puis une autre et enfin trois autres. La course était entrain de se finir et la foule acclama le vainqueur comme il se doit. C’était un homme, pas dans les goûts de la Nékos, de taille moyenne, brun, yeux verts, cheveux coupé court et relevé en pointe. La jeune femme s’approcha des bolides, les dévorant des yeux sans le savoir. Elle heurta, malencontreusement le vainqueur. Celui-ci se retournant précipitamment, lui lançant un regard froide et haineux avant de lui cracher des paroles à la figure.


-Tu peut pas faire attention ?! Ses yeux verts tombèrent sur la proximité de la main de libre d’Alvinykiosa et sa moto sur lequel il était assis. C’était un petit model, rouge pétant avec des flammes dessus, bref, un jouet. Puis dégage !

Les yeux de feu de la Nékos l’inspecta, puis un sourire narquois apparut sur ses lèvres, un léger rire lui échappa et les quelques traits de caractère du corbac refirent surface… Quelques, seulements. Mais c’était toujours Alvinykiosa.
-Ca fera pas une grande perte.
-Tssss… C’est des conneries, c’est un des derniers meilleurs model du HCM ! Il est répertorié comme bolide de course professionnel, dur à contrôler mais quand on y arrive c’est un bijou du bitume.
-Je savais pas que le Houll City Motors faisait des jouets pour enfants maintenant.

Un sourire, la jeune femme pencha la tête sur le côté, doucement, fermant les yeux simplement. L’homme, piquer au vif, se retourna complétement, se dégageant de sa moto pour faire face à Alvinykiosa qui rouvrit ses yeux doucement. Puis, une elfette intervient rapidement, elle posa une main sur le torse de l’homme pour le tenir à l’écart, ses yeux posé sur la nékos.

-On règle toujours les conflits sur le bitume. T’a une moto ?

Voyant le silence d’Alvinykiosa, l’elfette soupira doucement avant de lancer des clefs dans les mains de la jeune femme. L’elfe tendit un casque à Alvinykiosa, un casque rouge bordeau dans les teintes du sang séché, sur un des côtés, on pouvait voir un début d’un dessins d’un corbeau. La Nékos glissa son paquet dans les mains de l’homme, attrapant le casque et les clefs.

-Je te prête une des miennes. Tu vas courir sur la prochaine course.

Alvinykiosa tourna la tête vers l’homme, le questionnant du regard. Elle n’avait jamais conduis, jamais approché une moto de ses deux semaines de vie, et elle se retrouvait dans une proposition de course pour battre un prétentieux qui devait être expérimenter dans le domaine. D’ailleurs, celui-ci sourit doucement, se foutant ouvertement de le gueule de la jeune Nékos. Il mit son casque soigneusement, chevauchant sa moto et attendit. Les quatres autres participants se préparant aussi.

-Je peut faire un truc pareil ?

Les yeux écarquillés, pas du tout convaincue de sa réussite ou de ses dons en conduites.

Allons, allons… Tu le sais, aux premiers coup d’œil sur le bolide que t’a prêté l’elfette, tu vas retrouver tes sensations, tes réflexes, et ta conduites. Tu le sais, il suffit d’écouter ton corps, le laisser refaire des mouvements et des réflexes qu’il connaît par cœur. Laisse-le s’exprimer et tout se passera bien. Absolument.. Tout.


[Fin pourrave désolée ><]

_________________
« Que les dieux vous protège, mes frères dragons. Que les dieux vous pourchasse, adversaire des autres races. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fly-gunnette.skyrock.com/
L'Ombre
.: Jouet de la Fondatrice:.

.: Jouet de la Fondatrice:.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 521
Age : 24
Date d'inscription : 28/08/2008

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Si tout était à refaire... Le ferais-tu ? [PV L'Ombre]   Lun 29 Juin - 0:16

A croire que le destin existait réellement dans cet univers corrompu...
La remarque de la Neko vis à vis de la qualité médiocre de la moto, malgré son innocence et son ignorence... L'assurance qu'elle avait soudainement prise pour quelque chose qu'elle n'avait surement jamais utilisée... Un soupire s'échappa des lèvres de l'assassin.
Sous ses traits de caractères, cette jeune femme n'était plus sa protégée, mais lui rappellait bel et bien le Corbac, dont cette jeune femme avait apparement marqué le symbole sur un mur...
Encore, juste une réapparition de ce côté sombre de cette facette de la Neko, cela aurait pu être compréhensible... Mais là... En plus, il fallait qu'une autre jeune femme arrive dans le lot... Et cette moto, ce casque... Une réunion du destin, rien d'autre...
Un destin qui allait réstituer au Corbeau blanc ce qui lui appartenait de droit.

Le regard de l'assassin c'était froncé, obscurcit. Il semblait beaucoup plus éloigné que précédement... Plus distant, plus froid. Posant son unique oeil dans le regard de la Neko un peu effarée, il haussa les épaules, et passa distraitement une main dans ces cheveux. Evidement qu'elle le pouvait... Ses instincts connaissaient déjà le fonctionnement de cet engin après tout.


- Tu vas pas refuser maintenant... Ecrase le. Tu verras, ça va venir tout seul...

Malgré tout, sa voix restait calme et rassurante... Enfin, rassurante dans les limites du possible. Laissant la jeune femme aller à sa course sans réelle appréhension - encore moins marquée extérieurement - il la regarda prendre place sur la moto, avant de laisser son regard se refermer sur cette vision... Sur cette vision de sa protégée reprenant la position parfaite du Corbac sur sa moto, cette vision où il confondait aussi bien l'une que l'autre...
Sa protégée, hein...? Mais... Existait-elle réellement ?

Le vrombissement des moteurs. L'oeil du tueur se rouvrit lentement sur la silhouette de la jeune Neko dans laquelle il revoyait parfaitement le Corbac... Un petit soupire, qui masquait difficilement un voile de tristesse.
Le départ fut donné. L'assassin put refermer ses yeux une fois les véhicules lancés dans leurs courses, et son visage prit une mine beaucoup plus sérieuse et soucieuse.

Le Corbac, cette personne qu'il aurait apprécier fréquenter plus et à cause de qui - a la suite d'un contrat - il avait dût subir deux années d'entraînement infernal...
Jerry, cette jeune médecin qui c'était engagée de l'armée, qui avait aussi abandonné le jeune homme sans chercher. C'est à cause de cela qu'il n'avait pas pu finir, et sans client, un contrat n'a plus de sens... Et là, il revoyait clairement ces deux personnes là où il aurait préféré voir uniquement sa protégée... Tch. Pourquoi lutter contre un passé qui refusait de l'abandonner... Apparrement, tenter d'accéder au bonheur lui était interdit.


* Préoccupé...? *

* Possible. *

* Tu sais, ce n'est... *

* N'essaye pas de me réconforter. *

* Ha, au moins il ose affronter en face ! On a du progrès dit moi l'amoureux ! *

* Un ange gardien doit ce contenter de protéger. *

* Tu prends ton rôle trop au sérieux ! *

* ... *

* Tch...! *

Essayant de s'imaginer toutes les fins possibles, il renonça rapidement, préférant ne pas trop réfléchir pour ça. Qu'advienne que pourra, même s'il sentait déjà venir le pire. De toute façon, la course allait surement arriver a son terme dans peu de temps, et il serait fixé...

* Le Corbac... Ma protégée n'existe pas. C'est juste le récéptacle, le reflet du Corbac... *

_________________
My only friend is my pain...
~ Laisse moi mourir dans mon royaume de solitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miss Corbac
.: Fondatrice Barjot:.

.: Fondatrice Barjot:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10558
Age : 23
Date d'inscription : 09/03/2007

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Si tout était à refaire... Le ferais-tu ? [PV L'Ombre]   Lun 29 Juin - 2:14

Vrombissement assourdissant des morteurs ronronnant envahissant l'esprit de la jeune Nékos. Sa main enferma la poignet des gaz, la tournant brutalement, la roue avant s'élevant quelques secondes avant de retoucher terre, partir, vitesse, enivrante sensation et un léger frisson vient chatouiller la peau de la jeune Nékos qui sourit doucement. De nouveau, cette impression, de ne plus être dans son corps, ses yeux s'arrondirent brutalement. Lentement, son corps prit le contrôle, tandis que son esprit s'emporta dans une cascade de question.

Etait-ce possible ? Etait-ce vrai ? Elle ? Etait-il possible de ne pas être dans son corps tout en ayant seulement des souvenirs de celui-ci ?

Un mal de crâne atroce vient couronner le tout, empêchant toute réflexion. Alvinykiosa, sans faire attention à la route et à la course posa une main sur la visière de son casque, quelques vertiges, bénin, mais quand vous êtes lancer sur une moto à pleine vitesse...

Ce qui devait arriver, arriva malheureusement. La moto continua dans son élan, la jeune femme ne lâchant pas la poigné, ayant passé machinalement les vitesses. Les pneux crissèrent dangeureusement, un mur arriva en face, quand Alvinykiosa réussit à reprendre un peu conscience, elle ne put que passer ses bras devant son crâne, essayant de se protéger, vainement.

Le bruit de l'accident fut assourdissant, la moto n'en réchappa pas. Le corps de la jeune Nékos fut quelques peu projeté avec le crash et l'explosion du moteur, du carburant ainsi que de l'huile mêlé au flamme. Les bras d'Alvinykiosa furent brûlés et une désagréable odeur de la chair brûlé envahit la scène. La course avait été arrêté après la victoire d'un des concurrents, et une légère foule s'ameuta vers la scène du crash.

Le corps de la femme gisait plus loin, allongé, une blessure derrière le crâne ouvert, une petite marre de sang s'était formé et ses vêtements était soit brûlé, soit déchiré. Alvinykiosa, inconsciente, avait une respiration difficile, du sang s'écoulant de sa bouche doucement, au compte goutte. Ses paupières closent, elle, dans son esprit, plongeait doucement. Le sifflement de l'air retentissant de nouveau, encore et encore puis l'explosion, le choc et la douleur avant l'inconsciente. Son esprit était happé à l'intérieur d'elle, où elle se laissa entraîner, ne pouvant plus lutter.

Une chute, un nouveau choc, l'esprit de la jeune femme se releva, dans le néant complet, regardant autour d'elle, appellant. Devant elle, un théâtre de marionnette, toute étant immobile, figé, relâché et allongé sur le sol. Au milieu de ce théâtre, un miroir, à côté, une porte. Doucement, Alvinykiosa s'avança, éprouvant un étrange sentiment de bien-être.

Le théâtre, ses lourds rideaux rouge pourpe immobile aux deux extrémités de la scène. Ses interminables rangés de siège de même couleurs que les rideaux, leurs tissus veuillis mais malgrés ça, on avait pas de mal à savoir qu'ils étaient de bonne qualité et surement très confortable. Sur le dossier, en chiffre plaqué or, des nombres, des chiffres, des lettres. Entre ses sièges, de grandes allées avec de grandes marches noirs, quelques petites lumières bleux les éclairant faiblement, montrant un chemin lumineux à suivre pour arriver à la scène.

La salle est immense, grande, plusieurs étages remplis de sièges. Les bruits de pas d'Alvinykiosa résonnent, doucement, elle s'avance, s'arrête, regarde autour d'elle, voudrait appeller, savoir si il y a quelqu'un mais elle le sait au fond d'elle. Il n'y a qu'elle. Et il n'y aura jamais qu'elle.

La jeune Nékos continue d'avancer, repenant son errance, regardant d'un oeil discret les sièges, leurs chiffres doré, leurs tissus délavé, leurs couleurs pourpes. Mais son regard reste attirer par la scène, ses marrionettes, triste, leurs maquillages coulant doucement, leurs files lâches. Des femmes en robes, des hommes distingués. Une petite scène de la vie quotidienne... Arrêté, stopper dans le temps, éternellement.

-Approche...

Souffle une voie, le miroir, elle le sait, c'est lui. Elle accélère sa marche, montre doucement sur le parquet abimé et grinçant de la scène, regarde ses marionnettes qui semblent pleurer, agoniser en silence. Leurs visages de porcelaine fixant un point, un siège. Les yeux de feux de la Nékos cherchent le point que fixe une marionnette d'une femme habillé en robe avec une belle coiffe recouvrant la totalité de ses cheveux. Ses yeux dégoulinant de rimel et de crayon noir, son visage de porcelaine, calme. Toute sa posture étaient envoutante. Ce fut en vain qu'Alvinykiosa chercha ce que fixait cette marionnette, elle s'en approcha, et releva doucement la marionnette, l'adossant aux décors de la scène. Deux doigts passèrent sur la porcelaine froide, essuyant un peu de rimel. Puis des mots passèrent outre ses lèvres sans qu'elle ne puissent les identifier avant.

-Maman...

Alvinykiosa se releva brièvement, elle s'approcha du miroir, posant son regard dedans. Ce fut avec une légère surprise, qu'elle découvrit d'abord quelques choses de noir, de sombre, le néant total. Puis une forme, quelqu'un s'approcha d'elle à travers ce miroir. C'était elle... Avant. Le corbac, cette personne. Là, face à face, les deux facettes se regardèrent en silence. Le corbac silencieux, les bras croisé, et alvinykiosa la bouche entrouverte, les yeux écarquillés. Un soupire s'échappa des lèvres du Corbac qui ferma doucement ses yeux bruns.

-Enfin nous y voilà. Veux-tu vraiment arrêter ce théâtre ? Cette pièce représente ce que tu es. Une pâle marionnette utilisé dans un immense théâtre. As-tu remarqué ? Chaque siège portent le nom d'une personne que tu as tué en étant leur pantin. Pourquoi ne pas te débarassé de moi ? Nous partageons le même corps alors que nous sommes toute deux si différentes. Tu reflètes ce que j'aurais put être... Je suis ce que tu es réellement.
-Ce n'est donc pas...
-Non, c'est le mien.
-Qui es-tu ?
-On m'appelle Corbac. Ma famille me nomme Lucy DX-7 et quelqu'un, un jour, m'a donné un nom : Dracos.
-Quel est cette pièce... Tout est étrangement familier sans que je m'en rappel... Cette impression que ce n'est pas mon corps... Ses souvenirs...
-Ils m'appartiennent. Cette pièce. Ce corps. Ces souvenirs.
-Qui suis-je alors ?
-... Moi.
-Mais...
-Nous sommes si différentes, je le sais. Tu es ce que j'aurais put être et je suis ce que tu es.
-Je n'y comprends rien...
-Je ne te demande pas de comprendre, tu comprendras en temps voulus. Si tu es ici, c'est parce que tu vas mourir.
-Mou... Mourrir ?
-Oui, mourir, n'entends-tu pas les sirènes ? Les cris ? Les bruits ? La douleur interne, la souffrance, l'engourdissement, le froid ? L'accident de moto, va t'être fatale. Nous n'avons pas assez d'énergie vitale pour deux facettes. Dans une telle situation... L'une d'entre nous doit briser le miroir pour multiplier ses chances de survit par 2. J'aimerais que tu le fasses.
-Pourquoi toi ? Tu as ta place... Ton corps...
-Non. Je n'ai rien. Prends ma place, je ne veux plus revoir cette lumière aveuglante, plus sentir cette traque incéssante m'étouffer, le poid sur mes épaules doit s'enlever. Et ce, définitivement.
-Mais...
-Tu as trouvé un gardien, reste avec lui. Apprend le minimum des armes, de la magie, ne t'approche pas d'une certaine famille Maniak et si des gens te paraissent suspect, fuis-les. Retrouve ton gardien et reste avec lui. Silvius a du te laissé mon ancienne épée ainsi que mon ancien fusil à pompe. Ses armes, notre corps sait les utilisé, mais, ne les utilise qu'en cas d'urgence. La violence, le sang, les combats... Ne sont pas fait pour toi. Alvinykiosa. Acceptes-tu de me délivrer ?
-... Une dernière chose... Si je suis toi et que tu es moi. Je devrais m'appeller Dracos, alors pourquoi Alvinykiosa est mon nom ?
-Notre frère avait une gardienne, une douce louve qu'il appréciait beaucoup. Elle se nommait ainsi. Il l'a poussé à briser leur lien. Même si nous sommes la même personne, nous sommes différentes. Je suis le Corbac, une mercenaire. Tu es Alvinykiosa, une jeune Nékos qui doit apprendre beaucoup de la vie.
-...
-Soit une bonne élève.
-Promis.

Un hochement de tête suffit, tandis que la Nékos posa une main sur la parois glacé du miroir. Le corbac fit de même, laissant leurs mains s'effleurer. Puis, Alvinykiosa arma son bras, serra son poing. Dans un dernier adieu soufflé doucement, elle brisa le miroir en son centre. Du verre s'incrusta dans son poing, le faisant doucement saigner.

Ce fut le dernier acte de ce grand théâtre et le néant et l'inconsciente reprit le dessus. Tandis qu'a l'extérieur de l'esprit de cette jeune femme, on devait s'agiter à la soigner. Elle, victime d'un accident de moto, peut-être fatal... Qui s'est ?

A partir de ce moment, l'aura d'Alvinykiosa changea, les derniers restes du corbac s'enlevant doucement, tel une dernière caresse. Il ne restait que la porte, les pantins s'étaient envolés, leurs visages de porcelaines souriant une dernière fois. Le corbac n'existait plus et n'existerait plus.

_________________
« Que les dieux vous protège, mes frères dragons. Que les dieux vous pourchasse, adversaire des autres races. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fly-gunnette.skyrock.com/
L'Ombre
.: Jouet de la Fondatrice:.

.: Jouet de la Fondatrice:.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 521
Age : 24
Date d'inscription : 28/08/2008

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Si tout était à refaire... Le ferais-tu ? [PV L'Ombre]   Lun 29 Juin - 11:47

Ce corps chaud qui respirait difficilement dans ces bras, le sang de cette jeune femme qui coulait le long de son bras... Regard affolé, lèvre pincée jusqu'au sang, remord mais surtout panique et peur l'envahissait.
Il avait été le premier à venir chercher le corps de la jeune femme, avant même que la course ne se termine. Les motos ? Disons que la barrière d'épieux d'ombre sortant du sol les avaient rapidement dissuadées de prendre ce chemin...


* Les plaies sont soignées... Mais tu vas vite te fatiguer si tu utilise mes pouvoirs avec autant de puissance dans un laps de temps trop court pour une quantité trop grande. *

* Les risques internes reste présent ainsi que les autres blessures, j'ai juste soigné son crâne... Dès que je les aurais soigné, je m'occuperais d'un transfert d'énergie vital. Juste de quoi la remettre sur pied plus vite. *

* Quoi ?! Tu déconnes là ! Elle peut très bien s'en sortir sans, et tu vas rien pouvoir faire après ! *

* Un ange gardien est toujours prêt à se sacrifier pour sa protégée, non...? *

* ... *

* Au lieu de me faire des remarques, donne moi la distance du palais, la quantité de personnes présentes, les présences de gardes où non et tout le reste... *

* ...? *

* Un homme utilisant les ombres, et qui n'hésite pas à commettre un acte qui aurait pu prendre la vie de ces motards... Le Roi n'est pas dupe. Il va questionner Alvinykiosa et me traquer. *

* Les ennuis commencent...? *

* Enfin un peu d'action ! *

* Il faut surtout trouver où laisser Alvinykiosa... *

Fermant lentement son oeil, il laissa le pouvoir de soin de sa Nymphe blanche envahir le corps de la jeune Neko, pour soigner les plaies internes, puis commença à s'occuper des brûlures, et autre plaies moins majeur que celle formée sur son crâne.
Une fois chose faite, il lâcha un léger soupire, et plaça sa main au niveau du coeur de la jeune Neko... Il n'osa cependant pas la déposer réellement sur le corps de la jeune Neko, préférant garder une certaine distance... Soupirant, il laissa son énergie découler, pour qu'elle envahisse la Neko... Lui qui maîtrisait les Ombres, il lui offrait l'énergie de ces dernières sous la forme de la douce lumière qu'elle verrait en ouvrant ces doux yeux... Il lui offrait les forces qu'il lui restait, sachant pertinement que cela impliquerait un temps de repos pour aller se débarasser du Roi. Mais qu'importe, elle était bien plus importante...
Pourquoi lui accordait-il autant d'importance ? Car il était son ange gardien...
Un ange gardien est-il vraiment prêt à faire ça pour sa protégée ? Peut-être...
Son coeur battait-il uniquement car il était son ange gardien ? Non...

Rouvrant les yeux, il observa le corps de la jeune femme. Le danger était normalement déjà bien écarté, il lui fallait juste du repos. C'est d'ailleur à ce moment là que les secours arrivèrent enfin, hésitant un peu à prendre le corps de la jeune femme, mais l'assassin leur céda, en leur épargnant la peine au médecin de demander à ce sombre personnage s'il voulait bien lâcher cette jeune femme...
Les suivants sans rien demander, l'assassin était bien décidé à l'accompagner jusqu'au moment où il serait sûre qu'elle serait en sécurité...


- Haha, ta copine a visé trop gros pour elle... Même pas foutu de finir ce petit circuit, hahaha !

Un regard noir, haineux. Il désirait vraiment mourir où...? L'assassin ferma lentement sa paupière, et rouvrit son oeil sur ce jeune homme, un sourire aux coins des lèvres.

- Oh, car vous pensez savoir ce que c'est de courire une vraie course peut-être...? A la tombée de la nuit, devant le palais... Essayez de préparer votre véhicule, je ne voudrais pas que vous me perdiez de vue sans avoir apprit une vraie manière de piloter, et non pas votre grossière habitude de ce mettre sur la selle et de simplement enfoncer l'accelerateur puis d'attendre la suite...

- Hmph ! Grande gueule, on verra se que tu vaux sur une moto !

* Devans le... Palais ? T'es fou ?! *

* Héhé... *

Grimpant aux côtés de la jeune Neko, le jeune homme déposa sa main sur le front de cette dernière... Profitant que les médecins ne soient pas encore arrivé, il déposa un baiser sur le front de la Neko, puis se redressa en observant ses lèvres... Fermant les yeux, Il se recula, observant la jeune femme, une légère grimace triste sur le visage.

- Désolé... C'est de ma faute, tu n'aurais pas du courire... Désolé.

[Si tu veux aller jusqu'au réveil dans une chambre d'hôpital, tu peux, pas de problème ! =3]

_________________
My only friend is my pain...
~ Laisse moi mourir dans mon royaume de solitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miss Corbac
.: Fondatrice Barjot:.

.: Fondatrice Barjot:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10558
Age : 23
Date d'inscription : 09/03/2007

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Si tout était à refaire... Le ferais-tu ? [PV L'Ombre]   Lun 29 Juin - 13:50

L'elfe avait tout vu, chose normal, dans un léger soupire, elle ferma ses yeux, se retournant pour partir à la direction opposer de l'accident. Pourquoi rester ? Elle n'avait pas trouvé ce qu'elle cherchait. Lentement, doucement, la jeune elfe marcha le long des rues, des avenues, elle entra dans une petite taverne, un groupe d'elfe lui fit signe avec un grand sourire en la voyant. La jeune elfe sourit à son tour, allant les rejoindre. Mais avant, elle se stoppa, sentant son gardien qui voulait donner son contre-rendus du corps qu'il avait rapidement inspecté dans l'infime espoir de la retrouver. L'elfette ferma ses yeux doucement, à quelques mètres du groupes d'elfe.

-Alors ?
-Non ce n'est pas elle... J'avais cru pourtant, a quelques parties prés, c'était sa même aura, elle avait la marque du camp d'AshVritt... Mais après l'accident, il n'y avait plus aucun doute, ce n'est pas elle. Désolé, Jerry.
-Pas grave Tylius, ce n'est rien. Je dois m'y résoudre, elle n'est plus de ce monde.
-Jerry...
-Repose-toi.

***

Une lumière clair filtré par des rideaux blanc blafard caressa doucement la joue de la Nékos allongé sous des draps blanc, une perfusion dans le bras gauche. Malgré la porté de l'accident, c'était tout ce que l'hôpital avait mit. La chambre était une petite pièce à un seul lit, il y avait une petite table, deux fauteuils l'encadrant et, derrière la porte, deux médecins discutaient avec une infermière. On entendait faiblement ce qu'ils disaient si on tendait l'oreille.

-Vous êtes bien sûr ? Elle n'a rien ? Pas d'hémmorragie interne ? Les poumons vont bien ? Ses brûlures sont bénines ? Mais...
-Oui docteur, j'en suis sûre. Nous avons fait trois fois les testes de vérifications, elle n'a rien qu'un petit traumatisme cranien.
-Pourtant vu la brutalité de l'accident, elle devrait avoir bien plus. Vous êtes sûr que c'est la conductrice ?
-Affirmatif, nous avons vérifié auprés des témoins. C'est bien elle qui conduisait le véhicule. D'après les témoigniages, elle a foncé dans le mur après avoir accélérer.
-Suicide ?
-Un des motards qui courrait en même temps dit l'avoir vu poser une main sur son casque. Elle a du avoir un malaise.
-Vous avez questionné tout le monde ?
-Les autorités sont formelle, tout les motards présent et les civils ont été intérrogés.
-Il y a donc deux possibilités, soit son corps a une capacité de regénération incroyable, soit elle a eut énormément de chance et elle a put s'éjecter du véhicule avant l'impact.
-Soit... Quelqu'un l'a soigné.
-Dans un lapse de temps aussi court ? Impossible ! Les dégats que nous avons estimés sont si... Graves que même nos équipes les plus qualifiés auraient mis une journée complète en soin intensif.
-Ce n'est pas impossible docteur... Quand on a assez de puissance pour assassiner le roi, on peut aussi bien soigné une jeune Nékos victime d'un grave accident de moto.
-Que... ?

Le médecin qui avait émit cette hypothèse sourit doucement avant de se retiré, allant vers l'acceuil pour passer un coup de fil. Il revint quelques minutes, souriant de son sourire de docteur rassurant avant d'entrer dans la chambre, il regarda rapidement la jeune nékos encore endormit avant de s'exclamer d'une voie rassurante au possible. Ses petit yeux de taupes caché derrière ses lunettes fixant l'homme aux côtés de la jeune femme.

-Tout va bien, elle a besoin de repos. Nous devons la garder quelques jours en observation ici pour s'assurer qu'il n'y a pas de lésion interne. Elle a eut beaucoup de chance vu la brutalité de l'accident, elle s'en sort qu'avec un petit traumatisme cranien et des brûlures bénines aux bras. Eviter, à l'avenir, de la laisser s'approcher des motos, elle risque d'avoir de mauvais réflexes dû à l'accident. Vous êtes un parent ?

Sourire enjôleur, attitude de médecin, il cachait son jeu et ses idées ainsi que ses pensées. Il avait prévenu la garde du roi et ils allaient arrivés dés qu'ils auraient dans les mains les témoignages et son compte rendu de l'affaire et de l'état de santé d'Alvinykiosa. Il pensait déjà avoir attraper ce mystérieux inconnu qui avait, sans aucun doute, assassiner leurs bons rois.

_________________
« Que les dieux vous protège, mes frères dragons. Que les dieux vous pourchasse, adversaire des autres races. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fly-gunnette.skyrock.com/
L'Ombre
.: Jouet de la Fondatrice:.

.: Jouet de la Fondatrice:.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 521
Age : 24
Date d'inscription : 28/08/2008

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Si tout était à refaire... Le ferais-tu ? [PV L'Ombre]   Lun 29 Juin - 15:46

- Un parent...? Non.

* Attends. *
* ? *
* Ne lui raconte pas. Tu ne sens pas ? *
* Sentir quoi...? *
* Ce mec à une aura néfaste... Il te veut du mal, ça se sent. Si tu pouvais l'observer sans éveiller ses soupçons, tu le verrais. *
* Hisoka ne voyait pas. Il avait développé un sixième sens à la place, et pouvait sentir une variante de l'aura chez les individus en fonction de leur intension. Si quelqu'un te veut du mal, son aura va légèrement changer. En plus, il avait de l'instinct... *
* T'es loin de son niveau. On dirait un bleu qui tombe dans le premier piège qu'on lui tends. *
* Je suis formé pour agir seul, pas en fonction des autres... *
* Ca n'empêche pas qu'il te veut toi. Seul ou pas, tu te serais fait avoir. *
* ... *

- En faite, je venais juste de la rencontrer. Elle m'a accosté, nous avons discuté. On a ensuite mangé un morceau, puis on est arrivé là... Elle a voulu courire, et... Voilà le résultat. Mais je ne la connais pas, désolé.
- Oh...
- Je vais d'ailleur vous la laisser, des affaires a régler. Sa famille ira surement la chercher...
- Attendez !
- ...
- Vous... Vous devriez rester, voir une personne que l'on connait est bien mieux lorsqu'on se réveille. Et puis, laisser une pauvre Neko innocente seule comme ça... Vous n'allez quand même pas le faire, si ?

* Tch... *
* Si tu pars, tu vas éveiller ses soupçons... *

- Pourquoi voulez-vous que je reste ?
- Hein ?! Euh... Pour elle voyons, nos patients avant tout.
- Vous êtes censé être apte a les accueillir a leur réveil...

Le regard froid du jeune homme était posé de manière haineuse sur le médecin. Celui ci préféra sortir de la chambre sans trop en rajouter, se doutant bien qu'il avait commit une erreur... Cependant, en restant à l'extérieur, il pouvait tout aussi bien l'empêcher de sortir complètement de l'hôpital...
Attrapant un morceau de papier, il soupira et grifonna rapidement un petit message. Puis, glissant le papier dans la poche de la Neko, il détacha lentement les sangles enlaçant son cou, et décrocha un de ses deux pendentifs. Une croix noires... La glissant aussi dans la poche de la Neko pour qu'elle le remarque un peu plus vite, il rattacha ses sangles, et posant un moment son regard sur la jeune femme... Soupirant, il se retint de déposer un baiser sur sa joue, et fit volte-face, poussant la porte de la chambre.


"Alvinykiosa,
Je ne t'ai pas abandonné. Etant donné que j'ai assassiné le Roi, il semble qu'un médecin m'ait identifié, et la garde risque d'arriver. J'espère que tu t'en sortira sans trop de problème, quoiqu'il arrive, je viendrais te chercher.
Attends moi...

Ton Ange gardien.
"


~


- Le médecin prétendait que vu sa puissance, ça ne pouvait être que lui, l'assassin de notre Roi...
- D'autre preuve ?
- Apparrement, des motards auraient parlé d'épieux d'ombres...
- C'est lui. Vous entendez mon jeune prince ? Dès que cet homme sortira, votre père sera vengé.
- ...
- Qui a-t-il ?
- Pourquoi un assassin l'aurait-il tué ? Ne sont-ils pas censé obéïr à des contrats ?
- Le monde des assassins n'est pas le notre, mon prince...

~


Des pas lents dans le couloir... L'assassin passa devant le médecin, dont le visage était déformé par un sourire ravi. L'oeil du jeune homme se referma, alors qu'il s'avança vers la sortie.
Personne n'osait bouger dans l'hôpital, tous figé par cette scène de cet homme - assassin de leur Roi - qui allait droit en direction de l'armé Nekosienne... N'avait-il pas comprit ? Etait-il résigné ? Personne ne le savait...
Il s'arrêta devant la porte. Son oeil s'ouvrit, alors qu'il repensait a la jeune femme dormant la haut... Dort, dort... A ton réveil, ton gardien sera en train de venir te chercher. Ne t'inquiète pas, il ne t'abandonnera pas... Cependant... L'ange impure doit se purger de ses péchers...
Un long soupire... C'est dans ces moments qu'il regrettait de ne pas avoir d'armes. Son énergie était basse, il ne pouvait pas vraiment s'en tirer ainsi... Fermant les yeux, il s'avança, la porte s'ouvrant doucement... Il leva les yeux. Le visage de son employeur couvert d'un sourire sadique fut la permière chose qu'il apperçut.


- Adieu, mon chers cavalier*...

Les coups de feu se firent entendre, visant tous le jeune homme, qui dressa aussitôt un mur d'ombre devant lui. Les mages entèrent en action, démentelant en un instant se mur. L'assassin ferma lentement son oeil, sachant pertinement qu'il ne pouvait rien faire dans cet endroit dégagé... Une balle fusa. Un léger cri. Un morceau de masque vola en éclat... Puis, rapidement, quelques gouttes de sang tombèrent sur ce masque argenté...

- La partie est terminée pour toi...

...


Ces yeux se rouvrient lentement... D'abord l'obscurité, tout était flou, indisernable... Le contact du sang sur son visage fut la première chose qu'il ressentit nettement. Le liquide coulant encore un peu, le fait qu'il ne soit pas séché prouvé qu'il était ici depuis peu...
Un léger ricannement. Ses yeux ne disernaient toujours rien, mais il savait qu'il était surement dans la cours du château - où sur la place publique allez savoir - et qu'il était sur le point d'être executé... Un léger sourire se peint sur son visage. Son oeil se referma, comme soulagé... La partie droite de son masque avait volé en éclat, son front saignait abondement, mais il n'avait pas était tué... Sans aucun doute au profit d'une execution avec un publique bien choisit...


- Ici même, nous allons pouvoir venger la mémoire de notre Roi en executant cet être impure... Regardez bien mon prince... Capitaine ? Êtes vous prêt à tirer ?
- Je serais toujours prêt à venger notre Roi...
- Bien...

Un coup de feu retentit. Le corps s'écroula au sol, dans une marre de sang qui ne faisait que grandire... La mort arrivait en ses lieux...

??? : - Allons messieurs, vous n'allez pas tuer ce jeune homme pour si peu...
- Ca... Capitaine !

* Hi... *
* Hisoka ?! *

Hisoka : Yo ~


Cavalier* : Cet homme ayant l'habitude de ce comparer au Roi d'un échiquiers, il compare l'assassin a son cavalier.

_________________
My only friend is my pain...
~ Laisse moi mourir dans mon royaume de solitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miss Corbac
.: Fondatrice Barjot:.

.: Fondatrice Barjot:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10558
Age : 23
Date d'inscription : 09/03/2007

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Si tout était à refaire... Le ferais-tu ? [PV L'Ombre]   Lun 29 Juin - 18:50

-Hmmm...

Il faisait humide et froid d'un seul coup. Alvinykiosa bougea légèrement la tête, gémissant de douleur en essayant de bouger un bras. Une douleur, une résistance. Un nouveau gémissement d'inconfort passa outre ses lèvres tandis qu'elle entendait faiblement des bruits de pas vers elle. Ses paupières tréssaillirent avant de s'ouvrirent doucement. Ses yeux de feux, terne, regardèrent une longue forme noir sur son corps. Elle était allongée sur un lit, il y avait des sangles enfermant ses bras et ses jambes. Alvinykiosa, dans le pathé du au somnifère mélangé à sa perfusion écarquilla un peu les yeux avant de sourire bêtement, échappant un petit rire nerveux aux nez de la personne qui la regardait.

-C'est chiant le paradis... Z'êtes quiiiiiiiiii ?

L'homme se tourna vers un autre, pointant d'un doigt Alvinykiosa riant nerveusement, regardant autour d'elle, complétement drogué, shooté, dans le pathé. Les somnifères ne sont jamais bon pour elle...

-Elle est drogué ?
-Le doc' a mit que des somnifères normalement.
-Ben c'est puissant...

Les deux hommes se regardèrent un moment avant de soupirer, ils entendirent l'ordre d'exécuter la jeune femme. Sans broncher, les hommes défit les sangles qui laissa des grosses marques sur les poignets et les chevilles de la jeune Nékos. Un des hommes la prit dans ses bras avant de l'installé sur une chaise ou il lui attacha de nouveau les poignets et les chevilles pour qu'elle ne bouge plus. Un des hommes mit une perfusion dans chacun de ses bras tandis que le second discutait rapidement de la marche à suivre avec un autre, plus en retrait.

Quelques minutes passèrent, l'homme finit d'attacher la jeune nékos avant de se retirer vers son compagnons. Ayant négliger l'attache d'un des poignets. Alvinykiosa riait nerveusement, la tête lâche, fixant ses jambes. Puis, une gêne se fit sentir dans l'une de ses poches, elle tira sur la sangle mal mise pour libérer une de ses mains qui se libéra, glissant en tâtonant vers sa poche. Elle ouvrit la poche maladroitement, sortant une chaîne où pendouillait une crois noir. Ses lèvres s'entrouvit doucement en continuant de la fixer.

-Ani...

Lentement et maladroitement, elle passa le collier autour de son cou. Elle continua de fouiller sa poche en sortant un petit papier, elle le déplia en lisant rapidement le mot qu'elle emprissona dans sa main. Tandis que les deux hommes revenaient. Ils regardèrent la jeune femme, réattachant leurs mains en grommelant des injures. Rapidement, ils approchèrent une seringue des perfusions pour déverser le liquide à l'intérieur. L'un des deux hommes regarda la jeune nékos un peu paniquer qui ne comprenait, pourtant, rien, elle voulait simplement le voir, lui, et pas eux.

-Désolé... Mais les ordres sont les ordres...

Lentement, l'homme approcha la seringue pour déverser le poison dans la perfusion. Allait-elle mourir ainsi ? Sans le revoir une dernière fois ? Déglutissant difficilement, elle murmura encore et encore ce nom qu'elle lui donnait. Ani...

_________________
« Que les dieux vous protège, mes frères dragons. Que les dieux vous pourchasse, adversaire des autres races. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fly-gunnette.skyrock.com/
L'Ombre
.: Jouet de la Fondatrice:.

.: Jouet de la Fondatrice:.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 521
Age : 24
Date d'inscription : 28/08/2008

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Si tout était à refaire... Le ferais-tu ? [PV L'Ombre]   Lun 29 Juin - 21:44

La seringue perfora lentement le ballon de la perfusion, déversant son poison mortel dans ce contenu... La fin... Possible... Etait-il mort, lui aussi ? Possible, sinon, tout ceci ne serait surement pas arrivé... Les deux hommes tournèrent la tête vers un coin sombre de la pièce, d'où un bruit semblait provenir... Se regardant brièvement, l'un d'eux décida de s'approcher... L'autre ne faisant même plus attention a la Neko condamné, il se contentait d'observer, un frisson glacé lui parcourant l'échine.
L'autre homme ? Il s'avançait lentement, aussi peu rassuré... Puis, s'arrêtant pour scruter l'ombre, il lui semblait que tout était normal... Enfin... Au départ. Ce fut seulement lorsque le canon d'un flingue se dressa face à son visage qu'il eut un doute la dessus.
Un coup de feu. Le corps vola en arrière, s'écrasant lourdement alors que son sang se répendait sur le sol... Le second homme était tout aussi peu rassuré... Des bruits de pas se firent entendre, une silhouette sortant lentement des ténèbres... Un masque blanc qui couvrait entièrement le visage de l'inconnu, une tenue noire faite de sangles... Aucun doute, c'était lui qui venait d'executer l'autre homme.


- C'est trop tard pour elle de toute façon !
- Vraiment...?

Avant qu'une réponse puisse se faire entendre, une bonne dizaine d'épieux d'ombre sortir des murs, du sol et du plafond pour perforer le corps de cet homme ayant osé toucher à la protégée du jeune homme... Celui ci n'accorda même pas en regard aux deux cadavres - dont un en miettre - et s'approcha de la jeune femme, parfaitement calme. Arrachant la perfusion, il déposa son doigt sur le tuyau, environ à la moitié de celui ci... Un fin anneau d'ombre pinçait le tuyau, empêchant le poison de se déversait. Il avait trouvé cela plus simple que de risquer que la Neko se face piquer sous un mouvement instinctif d'un des hommes. Une fois que la Neko eut comprit le stratagème, le jeune homme l'attrapa dans ces bras - sans rien lui demander - et sortit de la pièce, avant de laisser son anneau d'ombre trancher le tuyau, noyant le sol de la pièce dans une fine couche de poison.


~ Quelques heures apparavant...

- Yo ~
- Hisoka...?
- Tu devrais faire plus attention à toi, gamin. J'aime pas jouer la nounou.
- ...

Bondissant au sol, cet homme répondant au nom d'Hisoka se retrouva face au jeune homme. Sans prendre le temps de réfléchir, il fit volte face, décochant quelques balles dans les gardes, avant de faire un signe au jeune assassin.

- On se tire.


~ 5 heures plus tôt...

- Ha, je croyais que t'allais te défiler !
- Je suis pressé. J'espère que tu sais conduire...

~ 4 heures plus tôt...

- T'a gagné ? Quel exploit... Bref. Ta copine est plus à l'hôsto.
- Quoi ?!
- Mais, je sais où elle est. Un coin tranquille où les soldats du Roi peuvent faire des trucs discrètement. Tu viens ?

...


Arrivant à l'embranchement d'un couloir, le jeune homme s'arrêta, sentant une nouvelle aura arriver vers eux. N'esquissant pas un seul mouvement, il attendit, observant la silhouette de cette personne assez mystérieuse se dégager de l'intersection, arrivant dans le champ de vision des deux jeunes gens.
Manteau de cuir noir, pantalon de même couleur, bandeau sur les yeux, peau très pâle, armé jusqu'au dent... Trois flingues sous son manteau, deux lames dans son dos, et surement pleins d'autre joujous plus ou moins visible...


- J'ai mes documents, t'a la princesse, on peut y aller.
- T'ouvre la voie ?
- Et tu t'occupe des survivants. Ca marche.

Hisoka - cette personne âgée d'une quarantaine d'année plus ou moins - dégaina un flingue, un sourire aux coins des lèvres. Deux canons placés à l'horizontal, chargeur de neuf balles. Gros calibre, chevrotine à la place des balles classique. Pour faire simple, un dérivé de fusil à pompe. Mit appart le problème d'une perte de distance et de puissance, cette arme était comme un mini fusil à pompe, et avait aussi des avantages plus qu'agréable à avoir sous la main.

- T'inquiète pas, j'te montrerais où trouver des joujoux sympa de ce genre.

Soupirant, le jeune assassin ignora la remarque, préférant avancer dans les couloirs juqu'à présent désert... Ca cachait évidement quelque chose... Hisoka aussi l'avait sentit.
Alors que le petit trio arriva au alentour de la sortie, les deux mercenaires se stopèrent. Le jeune homme tourna lentement la tête vers Hisoka, observant se visage où les yeux étaient invisibles, bandés, et qui pourtant voyait mieux que le jeune assassin.
Dehors, tous les soldats de cette zone les attendaient... Hisoka soupira, jouant avec son flingue, alors que l'assassin ferma lentement son unique oeil visible...


- Prend la. Je m'occupe d'eux.
- Seul ?
- Tu vois une armée avec nous ?
- Bof, tétre un ou deux cafards, sinon on a que un mec qui voit pas, une fille qui a trouvé le moyen de s'faire attrapé alors qu'elle devait juste rester à l'hôsto, et un gars qui veut se suicider... Equipe de bras cassés quoi.
- Tss. Je me débrouillerais mieux seul. Prend là, passe par l'arrière, fait péter le mur ou tout ce que tu veux, et tire toi.
- Oublie pas les cafards hein, c'est redoutable quand c'est dressé ces trucs =O
- ... Dépêche toi de partir.
- Tss. On se retrouve à la montagne de l'éternité. T'a deux semaines maximum, j'attendrais pas plus.
- Tu me reverras avant.
- 'Chier, j'voulais que tu crèves...
- Encourageant...
- Je sais. File. Tes copains t'attendent toi et tes deux cafards.
- Tsss...
- Erf...
- Quoi ?
- Tu viens d'écraser un des cafards =/
- ... Dépêche toi de partir.

Hisoka prit la Neko dans ces bras, et commença à s'éloigner dans le couloir. Puis, s'arrêtant, il se tourna lentement vers le jeune assassin qui attendaient que les deux autres se soient éloignés pour commencer.

- Le moment d'émotion et le bisou, vous le gardez pour les retrouvailles hein, j'veux pas revenir pour ça. Tiens, prend sa a la place. Ivory, tu sais ce que tu as à faire... Toi aussi Ebony.

Ebony : * Tss, heureusement qu'on connait nos rôle... *
Ivory : * Il pourrait nous faire confiance, depuis le temps... *
* Vexées ? *
* Tch ! *
* ... Non non... *

Le jeune assassin regarda le mercenaire dégager son épée de son dos, et lui l'envoyer en soupirant. Le jeune homme s'approcha de l'arme, qu'il calla dans son dos comme Hisoka, et se tourna vers la porte... Que la soirée commence...

Hisoka fila dans le couloir, gardant la Neko contre lui d'un bras, tirant une énorme lame de son dos de l'autre. Puis, l'abattant sur le mur, ce dernier vola en éclat sans sembler opposer la moindre résistance. Il s'arrêta, remplaçant doucement sa lame dans son dos. Les bruits de lame et de coup de feu se faisaient entendre... Les cris aussi. C'était une bonne chose. Ca prouvait qu'il était encore en vie. Ou en train de se faire achever, mais ça c'était différent.
Le mercenaire s'avança vers une moto, qui était relativement bien dissimulée, juste à côté d'un autre modèle. On pouvait deviner que c'était celle du jeune assassin. Montant passant la Neko devant lui le temps qu'elle sorte des effets du somnifère, il démarra l'engin qui vrombit fortement. Du bruit et de la puissance. Le mercenaire aimait bien ce genre d'engin. Partant sans attendre, il avait pour but d'aller le plus loin possible, voir même de rejoindre les montagnes de l'éternité avec une pause pour que la Neko se remette les idées en place.... La journée allait être longue.

Dans son coin, seul, le jeune assassin avait décidé de s'amuser avec les soldats. Comment ? Réponse simple... Un jolie bain de sang. Dans chacune de ses mains, une arme. Dans la droite, un flingue noir ébène. Dans la gauche, un flingue blanc ivoire. Ebony et Ivory, les deux Nymphes du jeune homme... Les coups de feu pleuvaient, les morts s'ajoutaient. L'assassin se glissa derrière la porte, ayant prit du recul maintenant qu'Hisoka avait quitté les lieux. En retrait, il se protégeait derrière le mur et tirait encore et encore... Les balles étant magique, il gagnait un temps fou puisqu'il ne rechargeait pas. Cependant, ça n'empêchait pas la masse de soldat d'avancer un peu... Puis, les coups de feu cessèrent un moment de la part du camps adverse. Accordant un bref regard en leur direction, il eut juste le temps de se jeter de l'autre côté de la porte. Le mur vola en éclat sous l'impacte de l'explosif, et un morceau de mur vola dans les côtes du jeune homme en plus du souffle de l'explosion qui le balaya. Une côte brisée, des brûlures... Il soupira négligement, et laissa ses flingues disparaitre lentement, glissant sa main sur le manche de l'épée dans son dos... Soupirant, il tira l'arme, se préparant... Lame, flingue et ombre... Cette matinée aller être longue...

Ce fut lorsque les rayons du soleil eurent entièrement remplacé la nuit, alors que l'astre du jour approchait du zenith, que le jeune homme enfonça sa lame dans le dernier corps de soldat présent. Couverts de sang et de blessures, il dégoulinait de ce liquide rouge de vie comme de mort... Soupirant, il passa une main dans ces cheveux, les rejetant en arrière, alors qu'ils projetèrent au sang une véritable flaque de sang... S'en était assez eu rassurant...
Un état pitoyable, son visage couvert de sang et de plaie, son masque avait volé en éclat. Sang, mort, fatigue, haine, solitude... Un doux mélange qui allait bien avec l'assassin au fond... Une silhouette sortie du bâtiment, et s'avança lentement vers lui, en sifflotant presque innocement...


- Laisse tomber l'assassinat du roi. Les Datenshi on besoin d'argent, toutes les troupes sauf toi vont être mobilisée pour refaire les fonds de la famille... Tu as quartier libre jusque là. Amuse toi bien... ♫
- ...
- Ton visage est plus sombre qu'avant... Céderais-tu aux ombres ?
- Tait toi.
- Si tu montrais tes yeux, ce serait parfait... Hahaha, à bientôt ♪
- ...

Fermant lentement son oeil, il attendit que le Datenshi parte, et se tourna en direction du côté droit du bâtiment, allant chercher sa moto... Plus qu'a aller à la montagne de l'éterniter maintenant... Et s'occuper de quelques trucs en chemin...


[Rp clos ~]

_________________
My only friend is my pain...
~ Laisse moi mourir dans mon royaume de solitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Si tout était à refaire... Le ferais-tu ? [PV L'Ombre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Si tout était à refaire... Le ferais-tu ? [PV L'Ombre]
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Et si tout était différent?
» Membres du staff
» Et si tout était dans ce journal...
» Tout était dit
» Et si tout n'était qu'un mensonge ? [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Freesby :: Archives du dormeur-
Sauter vers: