AccueilPortailFAQS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 K.

Aller en bas 
AuteurMessage
K.
.: Corrompus:.

.: Corrompus:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 29
Age : 25
Date d'inscription : 06/07/2009

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: K.   Lun 6 Juil - 20:39

Nom : De Westphalie
Prénom : Laurent
Race : Humain, pure souche
Métier : Mercenaire, voleur sinon
Nom de métier* : K.
Titre de noblesse : Duc
Nationalisme** : Corrompu

Caractère : Laurent, ou K. comme il le préfère, est un homme décidé à ne servir que ses propres intérêts. C'est la raison pour laquelle il ne place sa confiance en personne, hormis son compagnon de voyage.
Fin stratège en raison de son éducation, il se fait passer pour un imbécile nonchalant, capable de faire preuve de flegme dans les situations les plus délicates. Ainsi, K. apparaît souvent comme une personne manquant cruellement de connaissances et d'intelligence, joueur dans l'allégresse, et surtout aisément corruptible.
Cependant, sous cette bêtise feinte, destinée à endormir la méfiance d'autrui, se cache une grande intelligence accompagnée d'une vivacité d'esprit peu commune, si chères aux membres de sa lignée. En dépit de l'avenir diplomatique que lui réservait son père, le véritable Laurent est toujours prêt à employer les grands moyens pour obtenir ce qu'il convoite profondément. Paradoxalement, son personnage d'imbécile heureux le contraint au calme et à la servilité. De ce fait, Laurent est parfois tiraillé entre ces deux personnalités, et il est déjà arrivé, par le passé, qu'il se dévoile accidentellement. Les témoins voient alors généralement leurs espérances de vie diminuer significativement...

Physique : Dans le but de rester discret, et principalement de ne pas dévoiler intégralement son visage, K. s'enveloppe d'une grande cape grise, dotée d'une large capuche. Lorsqu'il la retire, c'est-à-dire une fois certain d'être seul ou avec son compagnon, c'est un visage aux traits endurcis qui se dévoile. Sous la dureté de certains de ses traits, on perçoit cependant la noblesse qui occupait autrefois sa figure.
Sa peau, devenue mate à force de voyages à pied ou à cheval, contraste avec la clarté de ses yeux gris perçants. Une épaisse chevelure noire jais, et raide, cache une partie de son front ; négligée, elle est le plus souvent ébouriffée.
Une musculature développée au cours de ses six années de voyage est la cause de la forme rectangulaire de son buste ; des jambes relativement longues, elles aussi musclées -plus discrètement cependant- équilibrent sa forme générale : il atteint environ 1m85.
D'un point de vue vestimentaire, K. reste aussi simple que possible : T-Shirt noir accompagné d'une cuirasse -histoire de se protéger un minimum-, pantalon relativement large, en lin, permettant des mouvements amples, et enfin une paire de bonnes chaussures, dans le genre Caterpillar sans anachronisme.



Histoire : Issu de la branche aînée de la famille au blason si connu en Westphalie, Laurent n'a jamais connu de problèmes pour vivre. En revanche, cadet parmi sept enfants, il était mêlé à toutes les guerres de succession. Menacée d'implosion, la famille du Duc de Westphalie, alors père de Laurent, était sujette à nombre de complots et intrigues, exception faite de la benjamine et de son plus jeune frère, alors âgé de onze ans seulement et donc trop jeune pour s'y intéresser. Aux intrigues internes s'ajoutaient les conspirations de la branche cadette, décidée à prendre le pouvoir en Westphalie.
Dès son plus jeune âge, Laurent baigna dans un univers de littérature, histoire, sciences et arts ; prenant en compte son statut de cadet seulement, le Duc destinait son garçon à un grand avenir dans le monde diplomatique. Néanmoins, à 15 ans déjà, Laurent savait parfaitement qu'un poste d'ambassadeur ou envoyé secret ne lui suffirait et siérait jamais : le pouvoir devint son unique but. C'est ainsi qu'il se trouva, si jeune, mêlé à la bataille qui opposait déjà ses frères aînés. Nobles ou pas, les complots fusaient, destinés à déshonorer ou exiler un des frères : les règles, officieuses de par la nature du conflit, étaient quasi-inexistantes. Comme l'interdiction d'attaquer les yeux dans les sports de combat les plus violents, les assassinats étaient proscrits par une question d'honneur et de fierté.
Il n'était pas rare, en ces temps, d'assister à des duels -parfois à la limite de la folie- entre les frères. Pour un jour, le vainqueur se trouvait estimé et craint ; quelques jours plus tard, les hostilités reprenaient, vainqueur ou pas. Entre promenades dans le domaine avec sa sœur Sophie et correspondance avec des "amis" (car en ce monde, les véritables amitiés étaient bien rares) rencontrés durant ses études dans la capitale, Laurent se trouvait très souvent entraîné dans des courses à cheval ou combat à l'épée. Décidé à l'emporter sur ses frères, son inexpérience le perdit cependant à ses débuts ; au fil des années, il devint plus fort, et le rapport de force vis-à-vis de ses frères s'équilibra. Durant ces années, l'aide la plus précieuse fut celle de son valet de chambre, percepteur, confident et protecteur : Oscar. Lui et Sophie étaient les deux seules personnes auxquelles Laurent vouait une confiance sincère et absolue : celle-ci n'avait jamais été trahie.
La population avoisinante était restée paisible depuis plus de deux siècles. Le Duc s'était arrangé pour : n'augmentant ni ne réduisant les impôts, il restait un seigneur relativement apprécié. Il était évident que de tels dirigeants ne pouvaient jamais être réellement aimés. Néanmoins, lui avait fait en sorte de ne s'attirer les foudres d'aucune catégorie, ou groupe.
Aussi occupés qu'ils l'étaient par leurs querelles familiales, attachés qu'ils l'étaient à des valeurs chevaleresques et nobles, tout aussi intelligents et vifs qu'ils l'étaient, aucun des membres de la branche aînée n'avait vu venir l'attaque de la branche cadette : la démagogie. Ainsi, un des rares matins ensoleillés mais froids de novembre...

Après deux heures d'échecs avec son jeune frère, Nathan, Laurent avait estimé qu'il était temps pour lui de revenir à sa correspondance. Victorieux du défi que lui avait lancé Louis, un de ses frères, Laurent avait pu gonfler encore sa confiance en lui-même. Cependant, une simple victoire cavalière ne lui suffisait pas, de loin : il se sentait si bien lancé, qu'il lui fallait continuer sur cette voie, et définitivement exclure Louis de la course à la succession. Ses contacts de la capitale avaient les moyens de dévoiler certains de ses déboires étudiants : il pourrait ainsi, sans briser la vie de son frère, l'éloigner du trône de Westphalie.
Il déplaça une petite table près de la cheminée de son bureau, prit ce dont il avait besoin dans son secrétaire, et après s'être débarrassé de ses redingote et gilet, s'y installa pour écrire. Ces parties d'échecs avec son frère l'avaient rendu allègre, et c'est dans la bonne humeur qu'il commença la première lettre, adressée à un avoué rencontré lors d'une de ses escapades. L'allégresse rendait sa plume fluide : une demi-heure plus tard, Laurent avait déjà noirci deux pages. Satisfait de sa rapidité, il se replongea dans l'écriture de la lettre. Mais quelques instants plus tard, des clameurs se firent entendre au loin, déconcentrant le jeune homme dans son écriture. L'espace d'un instant, il espéra pouvoir se plonger de nouveau dans sa lettre ; mais les cris devinrent plus forts, semblaient plus proches.

Agacé, Laurent se leva, ne prit pas la peine de se couvrir et se dirigea vers la fenêtre donnant sur l'entrée du château. Ce qu'il vit le laissa d'abord de marbre. Mais rapidement, il reprit ses esprits, et prit conscience de l'ampleur de la situation : une foule noire, excitée, hurlante, et plus important, massée devant les grilles du domaine. Révolution : le mot fatal résonnait dans l'esprit de Laurent. Vivement, il quitta la pièce, et dévala les marches menant au hall d'entrée. Il sentit une main l'agripper : son père l'arrêta.

- Père ...!
- Laurent, mon fils, tu es le plus habile de vous au fusil. Joseph est déjà en route vers l'entrée, je lui ai demandé de les disperser sans les tuer. Mais je n'ai jamais rien vu de tel dans la région, et j'ai bien peur qu'il ne suffise pas, au contraire. Oscar devrait t'avoir sellé un cheval : protège notre famille.


Laurent acquiesça, et reprit son chemin. Les airs solennels de celui qu'il appelait "le Patriarche" l'avaient toujours énervé : il avait beau être l'actuel duc de Westphalie, Laurent ne concevait pas qu'il puisse se donner de si grands airs. Mais son excitation était déjà trop grande pour qu'il en tienne compte. Il irait au-devant de la foule. Néanmoins, ce n'était certainement pas pour protéger leur famille. Ce n'était pas une famille. Ce qu'il protégeait, c'étaient son honneur, Oscar, ses deux benjamins, et avant tout, sa vie. Son pseudo devoir familial avait perdu toute son importance à ses yeux. Il n'aurait et n'avait jamais souhaité la mort de ses frères : ils partageaient, après tout, le même sang. Mais ses illusions s'étaient envolées depuis longtemps : ses frères aînés ne sacrifieraient jamais leur vie pour lui, lui ne sacrifierait jamais la sienne pour eux.

Peu de temps après, Laurent avait rejoint la salle d'armes. D'un pas décidé et rapide, il rejoint la vitrine des fusils. Il n'hésita pas un instant, et saisit le plus court, avec lequel il était le plus adroit. Lorsqu'il se redressa pour quitter l'endroit, il fut arrêté par Oscar, dressé en travers de la porte.

- Monsieur, vous ne pourrez pas vous en sortir ainsi.
- Qu... Pardon ? Tu sais que je suis un excellent tireur. Je ne vois pas pourquoi la situation devrait mal tourner.
- Monsieur, avec tout le respect que je vous dois, vous n'avez aucune idée de la puissance que peut avoir une foule en colère. Ne les sous-estimez pas. Avez-vous regardé ce qu'il se passe ? Joseph est revenu au grand galop, et n'a fait qu'attiser leur haine. Laissez-moi vous sortir de là, monsieur. Je pense savoir comment faire.
- Fuir ? Laisser Sophie et Nathan ici ? N'y pense même pas, Oscar. Je ne m'abaissera pas à une telle...
- C'est de votre vie qu'il s'agit, monsieur !
- Et des leurs, Oscar. J'irai me battre.
- Dans ce cas
, soupira le valet, semblant vaincu par la détermination de son maître, laissez-moi porter votre arme, et allez vous chercher de quoi vous protéger.

Laurent, sans aucune méfiance, lui donna l'arme, et pivota vers les cuirasses entreposées dans un coin de la pièce. Avant même qu'il ait eu le temps de faire deux pas, la crosse du fusil s'abattit sur sa nuque : il s'effondra par terre.

Lorsqu'il se réveilla, Laurent n'était pas dans
son lit ; il n'était même pas chez lui. Une douleur lui transperça le
dos alors qu'il se relevait. Involontairement, il gémit de douleur.

- Monsieur, vous êtes réveillé. Vous êtes en lieu sûr, ne--
- Qu'as... Tu... Fait...
- Aucune barrière ne coupe la forêt du domaine, c'est une chose à laquelle les villageois n'ont pas pensé. Il était aisé de contourner les lieux habités. J'ai pris votre cheval, et je vous ai emmené ici.
- Je t'avais dit... de... de... de me laisser...
- Vous n'avez rien dit de tel, et votre vie est plus importante que vos élans chevaleresques. Vous devriez dormir.
- Que sont-ils... devenus ?


Oscar resta silencieux, et quitta la chambre, si l'on pouvait dénommer la pièce qu'occupait Laurent ainsi. Toujours couché sur le fin matelas, Laurent réalisa que les chances que ses affiliés aient survécu étaient si minces, qu'il pouvait et devait se considérer comme le dernier de la branche. Le dernier. Il resta stoïque quelques instants, mais les larmes furent les plus fortes, et il éclata en sanglots.

Six ans plus tard exactement, K. et Oscar traversaient le désert, en route pour une destination indéterminée. Oscar s'était chargé de former Laurent, de développer les compétences qu'il avait acquises pendant ses entraînements de cavalier. Depuis la révolte, la branche cadette de la famille s'était établie au trône ; il était à présent clair qu'ils avaient fomenté la révolte. Mais à présent, peu lui importait : un peuple n'était pas une base solide. K. pouvait se reposer sur lui-même, et Oscar : cela lui suffisait.


Lieu de vie : Là où on veut bien l'accueillir !

Equipement : Son armement "permanent" est relativement léger : deux holsters, l'un aux épaules, l'autre à la cuisse gauche (oui, Laurent est gaucher) lui permettent de garder poignards et revolvers à portée. Il conserve quelques armes pour voyager, notamment une faux et un fusil.

Technique : Laurent ne possède aucun pouvoir en particulier, si ce ne sont ses compétences en corps-à-corps et assassinat. Il maîtrise parfaitement les armes à feu, que le tir soit à bout portant ou à longue portée avec un fusil : ce fait résulte du long entraînement qu'il s'imposa après la chute de sa famille.
Il peut manier les poignards, avec une facilité moindre cependant : ses lancers sont moins précis, les lames lui servent majoritairement en combat rapproché.
Il se bat convenablement à mains nues, sans être un maître incontesté des arts martiaux ; ses coups relèvent plus de l'instinct que de mouvements réfléchis. Oscar, par un entraînement aussi fréquent que possible, lui permet d'améliorer la coordination de ses mouvements dans ce domaine.
Enfin, la faux lui permet, à l'inverse de la plupart des gens, de trouver un équilibre plus facilement : il s'en sert donc, à l'occasion de certains assassinats plus difficiles que d'autres.

Animaux de Compagnie : Aucun.
PNJ***:
Oscar, son "compagnon de voyage", qui s'avère relever plus du serviteur que du compagnon. Laurent n'a jamais su son âge exact ; il l'estime à environ 40 ans, Oscar ayant encore une certaine vigueur physique. Son lien avec Laurent est explicité dans l'histoire.


Dernière édition par K. le Mer 8 Juil - 13:45, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eneshka

avatar

Féminin
Nombre de messages : 92
Age : 32
Date d'inscription : 02/03/2009

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: K.   Mar 7 Juil - 17:02

Tu as de la chance, je n'ai jamais vraiment aimé le concept de "Deus ex machina".

Alors, premièrement, bienvenue chez nous.

Comme je commence à avoir l'habitude de le dire, je n 'aurais pas craché sur quelques lignes supplémentaire dans tes descriptions (physique et mentale).
Les "techniques" que tu présentes sont correct (même plus que correct), donc je les valident.

Bref, à moins qu'un autre modo rale, je te considère comme validé Smile

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
K.
.: Corrompus:.

.: Corrompus:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 29
Age : 25
Date d'inscription : 06/07/2009

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: K.   Mar 7 Juil - 18:38

Je pensais bien en faire deux parties différentes, l'une pour montrer son quotidien, l'autre pour leur chute, mais sur le coup ça me paraissait bien long *___* J'essaierai de le remanier !
Et puis merci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miss Corbac
.: Fondatrice Barjot:.

.: Fondatrice Barjot:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10558
Age : 23
Date d'inscription : 09/03/2007

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: K.   Mar 7 Juil - 19:13

Bienvenue parmis nous ^^
Tu as pas mal de chance d'être valider aussi rapidement par Nescafé x') t'es le premier que je vois être valider aussi rapidement =P

_________________
« Que les dieux vous protège, mes frères dragons. Que les dieux vous pourchasse, adversaire des autres races. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fly-gunnette.skyrock.com/
K.
.: Corrompus:.

.: Corrompus:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 29
Age : 25
Date d'inscription : 06/07/2009

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: K.   Mar 7 Juil - 19:57

Première... ~___~ En même temps, j'ai choisi de jouer un homme, c'est plus de ma faute. J'ai l'impression d'avoir beaucoup de chance, si non seulement on m'a validée rapidement mais en plus avec l'histoire un peu tordue Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
K.
.: Corrompus:.

.: Corrompus:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 29
Age : 25
Date d'inscription : 06/07/2009

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: K.   Mer 8 Juil - 2:22

Désolée du double-post, juste pour prévenir du remaniement de l'histoire, je pense que la révolte semble moins incongrue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eneshka

avatar

Féminin
Nombre de messages : 92
Age : 32
Date d'inscription : 02/03/2009

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: K.   Mer 8 Juil - 11:09

Hum, le copier/coller à été un peu mal fait, mais ce n'est pas important.
Ah oui, petit détails, si ton personnage est armé d'une faux, d'un fusil et d'une (voir plusieurs) dagues, alors, je ne crois pas que le terme "équipement léger" soit approprier ^^"

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
K.
.: Corrompus:.

.: Corrompus:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 29
Age : 25
Date d'inscription : 06/07/2009

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: K.   Mer 8 Juil - 13:44

Son équipement est "relativement léger" quand il n'a aucun travail en particulier, puisqu'il ne garde pas constamment faux et fusil avec lui, Oscar se charge de les garder au chaud pendant que lui gambade Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eneshka

avatar

Féminin
Nombre de messages : 92
Age : 32
Date d'inscription : 02/03/2009

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: K.   Mer 8 Juil - 17:23

Bref, ce petit détail régler, tu es validé !
*clap clap*

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: K.   

Revenir en haut Aller en bas
 
K.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Freesby :: Le commencement... :: Fiche de présentations validées-
Sauter vers: