AccueilPortailFAQS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Rêve... Cauchemar... Souvenir ? [Pv : Dracounounette, le retour 8D * SBAM*]

Aller en bas 
AuteurMessage
L'Ombre
.: Jouet de la Fondatrice:.

.: Jouet de la Fondatrice:.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 521
Age : 24
Date d'inscription : 28/08/2008

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Rêve... Cauchemar... Souvenir ? [Pv : Dracounounette, le retour 8D * SBAM*]   Jeu 30 Juil - 21:12

Spoiler:
 

Une douce brise souffla sur les portes des cauchemars comme des rêves. Une brise fraiche, offrant un peu de réconfort aux âmes fatiguées errant dans la forêt. Brandissant leurs armes, ils cuisaient dans leurs armures bien trop chaudes par cette journée d’infernale fournaise.
Le léger froissement des feuilles des arbres de la forêt était troublé par des bruits de sabots, et des voix s'interpelant. Toute une troupe était présente en ces lieux. Une chasse ? Apparemment... Mais une chasse à l'homme.
Les montures fatiguées des cavaliers progressaient lentement dans cette forêt dont la plupart des sorties étaient bloquées. Quels que soient ses hommes, ils étaient déterminés, et ne semblaient pas y aller de main morte. Sortant lentement des broussailles, une silhouette se détachait des arbres, ralentissant, arrivant face à la porte des Rêves... Ses pas lents et silencieux faisaient qu'il semblait un fantôme dans ce brouhaha ambiant.
Cheveux noirs corbeau, quelques mèches tombant sur son visage. Les yeux étaient masqués par un bandeau tout aussi sombre que sa chevelure alors que sa peau pâle bougeait lentement, suivant ses pas et sa respiration. Sous l’œil gauche, se trouvait une croix rouge sang. Le seul vêtement sur le haut de son corps était un épais manteau de cuir noir ouvert sur son torse. Une ceinture ornée d'une tête de mort, un pantalon noir... Hormis sa croix, cet être était dépourvu de toute touche de couleur.
Lentement, il s'avançait vers cette porte des rêves... Ses lèvres immobilisées dans une expression sans vie. Tendant sa main, il espérait juste une échappatoire, un moyen de fuir... S'arrêtant juste avant que sa main n'effleure la surface de la porte, son regard scruta le sol. Devait-il vraiment se résigner à commettre ce geste ? La porte des rêves... Pourquoi ce lieu l'avait-il tant attiré ? Il n'en avait aucune idée... Et il ne savait même pas ce qu'il était censé faire ici.

Soupirant doucement, une image apparue alors l'espace d'un instant dans l'esprit de cet homme bien étrange... La silhouette d'une femme. Une femme qu'il avait l'impression de connaitre sans l'avoir rencontrée. C'était... Etrange, vraiment. Sans qu'il s'en aperçoive, quelques mots sortirent lentement de ses lèvres, quelques mots qu'il n'entendit qu’à peine lui même, prit par cette image qui hantait son esprit fatigué et éreinté. Un souffle, un murmure. Que l'entende qui le souhaite, car personne, pas même cette silhouette mystérieuse n'en comprendrait totalement le sens.


- Un rêve... Mon... Rêve ?

Alerté par le sixième sens qu'il avait développé privé de sa vue, le jeune homme d'une vingtaine d'année se retourna vivement, tirant de son dos une lame effroyablement longue. Une arme massive, composée d'une lame courbée dans un léger arc de cercle à l'avant puis, un peu plus en arrière, le manche. Une arme dont les ajouts de carbones mêlés à un fil d’alliage la rendait indescriptible comme effroyable, destinée à la destruction et la force brute. Fondant entre les arbres de cette forêt, la lame broya l'armure d'un des poursuivants du jeune homme, broyant son armure, déchirant sa chaire. Son sang alla se perdre sur le sol et les arbres, le corps allant se fracasser contre un tronc.

- Là !

Se tournant sur la droite, le jeune homme reprit sa course, abandonnant ainsi les deux portes derrières lui... Les soldats étaient trop nombreux, il ne pouvait tous les vaincre. Mis à part en les tuant un part un, mais... Cela prendrait une éternité. De plus, ils étaient entraînés, la tache aurait été ardue. Plus qu'à ruser pour se débarrasser d'eux. Se faufilant dans la forêt, cherchant à rester dans l'ombre et l'obscurité, et non pas de s'exposer aux zones où les dragons volants au dessus de la forêt pourraient le repérer. La moindre faute, et tout était fini. Ses actions devaient être parfaites, sans la moindre faille... Pour échapper à ses hommes, il devait faire ce qu’ils lui avaient appris à faire... Répugnant d'ironie, cela laissait pourtant de marbre le jeune homme. Plus il avançait, plus il sentait la lisière de la forêt proche... Il pouvait fuir. Dans son esprit, cela ne faisait de toute façon aucun doute. Il était le troisième... Et, comme ces deux prédécesseurs, il avait les capacités pour échapper à ses poursuivants. Sombre histoire ? Sans doute, puisque trop d’événements restent encore inconnus…

La lisière de la forêt était proche. Cependant, quelque chose n'allait pas. Le jeune évadé ne ressentait pas la chaleur de la lumière... Non, au contraire, il ressentait le froid de l'obscurité. Sortait-il vraiment de la forêt ? Ce n'était pas important après tout, l'obscurité allait l'aider. Retraçant brièvement la carte de ce monde dont-il ne connaissait rien tout en connaissant tout dans son esprit, il essayait de se souvenir des différents lieux dont on lui avait parlé, puis dans lesquels il avait été formé à progresser... Non loin de la forêt de lumière... Le Royaume démoniaque et son terrain des Ombres, voilà où il allait. Un sourire se dessina sur son visage. Le lieu parfait pour lui... Cet endroit où la brume opaque et sombre empêchait de voir correctement, un problème qui ne l'affectait nullement. Progressant jusqu'à passer dans cette zone, il savait qu'ici, il serait temporairement hors de danger...

Profitant du répit qui lui était offert, le jeune homme avança lentement dans les Ténèbres, laissant son visage se pencher si et là... Puis, un frisson le parcouru. Son sixième sens s'animant, il se retourna vivement, brandissant son arme dans la brume, dans la direction d'où il sentait venir une présence inconnue... Ennemi ? Sans doute, puisqu'il n'avait pas d'allié à proprement parler...

_________________
My only friend is my pain...
~ Laisse moi mourir dans mon royaume de solitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miss Corbac
.: Fondatrice Barjot:.

.: Fondatrice Barjot:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10558
Age : 23
Date d'inscription : 09/03/2007

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Rêve... Cauchemar... Souvenir ? [Pv : Dracounounette, le retour 8D * SBAM*]   Jeu 20 Aoû - 15:19

L’étendard flottait encore au vent léger et soufflant sur le champ de bataille. L’étendard du cinquième régiment de l’armée Draconienne sous les ordres direct de la princesse qui était, en l’occurrence, sa lieutenante officielle. Le dragon d’or enfermant dans ses anneaux puissants le phœnix du pouvoir, allant lui dévorer ses plumes de feu pour s’approprier son essence. C’était le symbole, d’une longue histoire, où tout avait commencé, par un soir de pluie, un soir où une personne à décider de quitter sa vie, de partir, et de laisser derrière elle, qu’un banal clone. Une copie conforme pour vivre sa vie, quelques instants, quelques moments, et elle, partant vers les terres maudites du comte vampirique Sylvasius pour s’approprier Ecayon, l’épée légendaire ayant fait de Sylvasius une légende vivante dans l’histoire des vampires et même, peut-être, du monde. Une odeur putride de cadavre en décomposition flottait dans l’air, tandis que la brume des assaut et de la puissance dégagée par les deux camps s’affrontant finissait de se dissiper. Le silence régnait, n’annonçant rien de bon pour la suite. Ne pouvant pas dire qui des deux camps avaient gagné, il ne régnait, pour le moment, que désolation et damnation. Partout où l’ont posait le regard, on ne voyait que des cadavres. Des bouts d’armures, d’homme, de blason, de cuir, de cerveau, d’entraille. C’était un champ de bataille gargantuesque que les rapaces bénissaient, dévorant déjà quelques hommes et pauvres bêtes s’étant lancé dans cette boucherie sans nom. Enfin, si, elle en avait un : Ecayon.

Le silence se rompit par quelques bruits de pas irréguliers rythmer par les bruits métallique d’une armure. Une silhouette marchait sur les corps, se tenant le bras droit, des longs cheveux bruns détaché cachait une partie de son visage. Mais à voir la forme que prenait l’armure au niveau du buste de cette silhouette, on pouvait en déduire, sans problème, que c’était une femme. Une femme dont l’armure manquait par endroit, arraché ou compresser contre son corps. La jeune femme avait une chevelure d’un brun profond tirant vers la couleur des braises, ses prunelles mi-close par la fatigue et la douleur était de cette même couleur brune envoutante et profonde. Son visage avait de longues estafilade d’où s’écoulait quelques gouttes de sang. La jeune femme marchait, se tenait le bras droit, une jambe traînant sur le sol. Son souffle irrégulier, le cœur battant la chamade et lui arrachant par moment une grimace de douleur, son organe vital cognait contre sa poitrine tandis que petit à petit, elle caressait l’espoir de se saisir de cette épée magique et légendaire. Ce pourquoi elle était venue, ce pourquoi elle avait tout quittée, faute de trouver une raison à sa vie, elle s’était tournée vers le pouvoir et la puissance. Cette lame légendaire, Ecayon, Ecayon, ce nom l’avait hanté, tant de nuit. Maintenant, ses yeux se posaient sur ce pommeau long et large, cette magnifique et massif épée se plantant dans le sol. Elle faisait facilement la taille de la semi-dragonne. Arrivant au pied de celle-ci, l’arme et elle se regardait un instant, n’osant pas tendre sa main valide vers le pommeau d’Ecayon.

Et si tout ceci n’était qu’un rêve ? Une illusion ?

La jeune femme tourna, un instant, son regard vers le carnage à ses pieds, les cadavres s’étendaient à perte de vue, l’horizon et le chemin vers cette lame, immaculé de sang et d’espoir, de cadavre et de chair. Comment pouvait-elle, encore douter que tout ceci n’était qu’un rêve, une illusion ? Elle avait lancé, aveuglément et pour son propre profit, ses troupes, sans ciller, sans regretter. Et maintenant qu’elle était face à elle, douter ? Futile, inutile. Il suffisait de tendre une main pour enfin l’avoir, l’objet de ses rêves et de ses cauchemars, cette épée.

Les doigts rouge et mauve de coup se tendirent vers le pommeau, caressant son cuir et son tissu, puis, fermement la main se referma sur cette prise. Soudain, une bouffée de chaleur, d’énergie, tout son corps frémit. Ses prunelles se rétractèrent, tandis que, le visage saluant le ciel, elle voyait sentait ses blessures se refermer, son bras brisé - dans une douleur effroyable - se rétablir. Chacune de ses plaies, chaque parcelle de sa peau mutilé où parcourus de bleu et de coup. Une bouffée de chaleur, d’énergie, oui, encore, plus, beaucoup plus.

L’armure tomba en lambeau sur le sol tandis que la femme mit la lourde et légendaire lame dans son dos. Elle était sienne à présent. Son regard brun, froid, et profond se posèrent sur le cadavre de l’ancien propriétaire de cette lame légendaire, le comte Sylvasius, au sol, gorge ouverte, yeux ouverts, et dans son dos, un trou, sa chair et son sang gouttait encore vers le sol, envahissant ce qui était, jadis ses terres. Ysphiir n’était plus, le comte vampirique n’était plus. La semi-dragonne lâcha un léger ricanement, et marchant sur un bras d’un soldat vampire, elle prit la route pour rentrer. Ayant enfin accomplis ce pourquoi elle était venue, elle avait ce qu’elle cherchait, même si toute l’armée l’ayant accompagné avait périt, elle l’avait enfin. Et dans sa tête, dans ses esprits, ce fut la première fois qu’elle entendait la doucereuse voie de l’épée calmer son esprit, lui murmurer quelques mots doux, continuant de soigner ses blessures. Ecayon, lame vampirique forger par les dragons, volés par les démons et désormais retournait dans les mains d’un dragon, retour à la patrie, ma jeune Ecayon, retour au bercail, retour à ta forge où ta lame mystique a vue le jour. Retour, accrocher au dos de cette femme, retour à tes origines et ton passé, désormais, servante d’un natif de ta patrie natal.

Les jours avaient passés, le temps s’était écoulé, et pas après pas, elle avait vu se relever des cadavres quelques-uns de ses soldats encore en vie où dans un état pitoyable. Ils étaient une petite vingtaine, sur les milliers du départ. Juste une vingtaine, voici ce qui restait de la cinquième division de l’armée dragonienne qui avait une belle réputation. La semi-dragonne marchait, inflexible, les yeux regardant l’horizon, derrière elle, le lourd souvenir du champ de bataille, des milliers de visage, de vie, effacer d’un souffle. Tant de sang, de cadavre pour la lame qui ornait désormais son dos. N’avait-elle donc pas de remord ? Avoir sacrifier une chose qui n’était pas sienne pour avoir cette épée. Non, elle n’en n’avait pas. Elle ne ressentait rien vis-à-vis des hommes tombé sous son commandement et ses ordres, ils étaient mort arme à la main, la meilleure mort qui soit, ils avaient eut une mort digne d’eux. Pas après pas, le visage de la jeune femme se refermait, son regard implacable était sans appel, nous quittons sans nous retourner la terre où nous avons verser sang et sueur. Ce fut sur ses pensées et après avoir enterrer bon nombre des hommes tombé aux combats, que la petite vingtaine de soldat et cette étrange femme était repartit des terres d’Yssphir.

Le terrain des ombres, sombre passage sur la route du retour à la maison. La femme marchait devant, à ses côté, deux guerriers en arrière les mages et pour finir les archers couvrant les arrières. Leurs nombres avaient bien été réduis depuis leurs entré sur les territoire démoniaque. Ils avaient passés la vallée des cauchemars avec difficulté et l’armée Démoniaque n’avait pas mis beaucoup de temps avant de comprendre que des intrus étaient sur leurs terres. Ainsi, pourchasser par une garnison de l’armée, la dizaine d’homme mené par cette semi-dragonne s’avançait prudemment dans la brume grisâtre et épaisse des alentours. Les regards ne voyaient rien d’autre que de la poussière et de la brume, les aura étaient masqué par un phénomène étranger aux semi-dragons. La femme avait posé une main sur le pommeau de l’Ecayon, les sens aux aguets, elle tentait de protéger son groupe depuis les premiers pas dans le terrain des ombres. Mais une menace planait, une menace qui semblait être invisible et aussi discrète qu’un souffle. La jeune femme ne paniquait pas, concentrer, les bruits des armures des deux guerriers rythmait leurs marches, les cordes se tendaient et la tension était palpable.

Aucune visibilité, aucune sensation qu’un désagréable frisson remontant son échine, sur le sol, le sang de ses hommes. Leurs corps charcutés, un bras tomba sur le sol, tandis que les cinq créatures faîtes d’ombres relevèrent ce qui semblait avoir la vague forme d’une tête vers la femme. La lame légendaire sortit, le souffle court et le regard emplit de rage, sur son visage, quelques estafilades d’où s’écoulait lentement quelques gouttes de sang. La femme fixait ses créatures, toute d’ombre. Elles étaient apparus comme un souffle et dans la seconde un de ses hommes étaient déjà qu’un vulgaire tas de viande et de tissu. Qu’était-elle ? Même avec la lame légendaire, elles persistaient à exister. Même pire, elles s’étaient multiplier. Les archers étaient tombés et les mages, non plus aucun contact, son cerveau semblait s’engourdir, l’ambiance qui régnait dans le terrain des ombres l’étouffait petit à petit, et la sensation d’être sans défense n’arrangeait pas le tout. Une pensée survint, cela faisait si longtemps qu’elle s’était lancé dans la quête de l’Ecayon, aurait-elle tout oublié des créatures de ce monde ? Impossible. La femme serra les dents, avait-elle réellement oublié ? Quitter l’Yssphir n’avait pas été une si bonne idée finalement, reclus dans ses terres vampiriques, elle aurait pu finir ses jours tranquille.

La semi-dragonne secoua brutalement la tête, qu’avait-elle à penser ceci, elle n’avait rien oublié, ses automatisme était juste gelé dans le temps. Dans ce jour où elle avait créer un clone de chair et de sang pour continuer son existence tandis qu’elle partirait vers l’Yssphir pour avoir cette épée qu’elle brandissait. Elle n’allait aucunement envie de se laisser faire et de mourir ainsi, des mains difforme de créature tout aussi laide.

Quelques battements de cœur rompirent le silence, les créatures et Dracos se regardèrent longuement, puis la jeune femme tendit sa main gauche vers l’extérieur. Sentant le vent s’y concentrer, puis s’embraser. La lame de l’Ecayon pulsa une douce lumière rouge et une douce chaleur agréable, la sphère d’énergie incandescente de la semi-dragonne doubla de volume. Les créatures d’ombre la regardèrent un instant avant de se disperser dans un sifflement. La princesse tourna sur elle-même, envoyant cette boule de feu au-dessus d’elle. Elle éclata dans un lourd bruit d’explosion, dans l’explosion, la lumière dispersa les ténèbres et la brume quelques instants. Dracos arma l’Ecayon et s’élança dans un bond vers la première des créatures fixant la boule de feu qui se dissipait tout comme son éphémère lumière, dans un tournoiement, l’épée siffla dans l’air, avant de trancher les ombres de la créatures. La princesse concentra dans sa main à nouveau une boule de vent qui s’embrasa, elle l’envoya sur le corps qui se reconstituait de la créatures d’ombre, implosant sous l’effet de la lumière et de la chaleur. Un sourire se grava sur les fines lèvres de la femme qui armait à nouveau la lame légendaire. La chaleur et la lumière dévorait leurs corps d’ombres. Il devait avoir une vision thermique puisse que les ombres avaient fixé la sphère d’énergie et non elle qui s’approchait avec son épée. Tout se mettait en place dans sa tête, sur ses gardes, elle sentit une ombre approcher, elle se baisa, se glissa sur le côté et trancha le corps d’un mouvement de lame. Elle sentit néanmoins un doigt d’ombre effleurant la peau de sa nuque, laissant une fine estafilade d’où s’écoulerait un fin filin de sang.

L’Ecayon dans son dos, elle courrait le plus vite possible sans donner l’air d’être essoufler, tournant de temps en temps brutalement à gauche puis à droite, elle fuyait les ombres attirés par la chaleur de ses sorts. Bien trop nombreuses à son goût, elle en avait marre de trancher autre chose que des corps fait de chair et de sang. Dracos vit une forme en face d’elle, incertaine, elle ne chercha pas à savoir si c’était un passager égaré ou encore une ombre, posant une main sur le pommeau de la lame légendaire, elle la sortit dans un large mouvement, tournant sur sa pointe de pied poser, elle envoya la lame au niveau de la nuque de la forme en face d’elle, à porter d’épée.

[S’cuse-moi, c’naze T_T]

_________________
« Que les dieux vous protège, mes frères dragons. Que les dieux vous pourchasse, adversaire des autres races. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fly-gunnette.skyrock.com/
L'Ombre
.: Jouet de la Fondatrice:.

.: Jouet de la Fondatrice:.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 521
Age : 24
Date d'inscription : 28/08/2008

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Rêve... Cauchemar... Souvenir ? [Pv : Dracounounette, le retour 8D * SBAM*]   Dim 23 Aoû - 2:40

- Dire que j'imaginais les femmes de 'dehors' douces et élégantes...

Un filet de sang chaud s'écoulait le long de la lame de l'inconnue. Après avoir réalisé qu'elle ne faisait pas partie de ses poursuivants car elle ne dégageait - du moins, pas avant d'avoir levée sa lame sur lui - pas cette aura mauvaise qui cherchait clairement à le chasser. Enfin, la considérer comme un des soldats qui voulait l'arrêter aurait peut-être été plus approprié.
Son visage aveugle tourné vers son sang s'écoulant doucement au sol, un simple soupire sortit de ses lèvres, alors que son attention passa doucement sur la jeune femme face à lui. S'il n'avait pas atténuer la puissance du coup grâce à l'air humide et ses glaces, ni renforcé son corps magiquement, son bras comme sa gorge n'aurait pas fait long feu. Et cette lame restait anormalement puissante... Il ne dégagea cependant pas son bras qu'on pouvait presque considérer à moitié coupé. Il avait sentit les auras des créatures peuplant les lieux juste derrière la jeune inconnue, et il savait qu'il risquait aussi gros qu'elle. Une attaque massive détruisant toutes auras autres que lui aurait été simple, mais risquer de blesser cette jeune femme n'était pas dans ses intentions... Du moins, pas pour le moment.

Sans même chercher à la prévenir, le jeune homme laissa sa puissance magique découler de son corps. Un doux frisson glacé lui parcourut l'échine, et l'inconnue à l'épée plantée dans son bras l'avait surement ressentie aussi. Avec un peu de chance - bien qu'elle aurait surement comprie la manoeuvre de ce mystérieux personnage aux yeux bandés - ce frisson lui ferait comprendre que bougeait pouvait devenir dangereux... Voir fatal.
Sa puissance découlait, et dans ce lieu emplie d'humidier, geler ce qui se trouvait en contact avec lui était un jeu d'enfant. En moins de quelques secondes, le sol sous leur pieds fut remplacé par une étendue de glace, qui grimpa d'ailleurs légèrement sur les bottes de la jeune femme, mais s'arrêta rapidement. Une zone d'environ 5 mètres de rayon fut formée, ce qui était largement suffisant pour ces créatures. Le temps de légèrement baisser sa tête, et le jeune homme déchaîna sa puissance magique. Laissant déferler la force des glaces hors de son corps, il laissait les glaciers s'exprimer sous la forme de pic gelé sortant du sol devenu glace. Les Ombres avaient beaux être des créatures assez gênantes, il n'en restait pas moins que ces pics gelés les transpercèrent une à une, alors que leurs corps immatériels se gelaient légèrement, avant d'éclater en poussière gelée.

Tournant de nouveau son visage vers l'inconnue, le jeune homme retira sans prévenir son bras, de manière assez froide et violente. Le sang se mit immédiatement à s'écouler de la plaie, en quantité peu rassurante. Notre froid combattant empoigna son bras droit de son autre main, et gela légèrement la plaie, avant de fouiller dans une des poches de son manteau. Ressortant une simple bande de tissu, il l'enroula autour de sa plaie gelée, serrant fortement le tout, avant de lâcher un long soupire fatigué.

- La glace va fondre peu à peu, ce qui permettra à l'hémoragie de reprendre doucement au départ, puis de s'arrêter d'elle même.

Elle n'avait pas demandé d'explication, mais il parlait aussi bien à sa propre personne qu'à cette inconnue à qui il devait cette blessure. Faisant un mouvement de son bras arrangé à la va-vite, il constata l'étendu des dégats, son visage aveugle tourné vers son membre. Logiquement, il mettrait un petit moment à s'en remettre. De plus, une bonne moitié du membre étant intact, la main et la partie inférieur de l'avant bras n'allaient donc pas pourrir par manque de sang. Une chose déjà bien rassurante.

- Si vous n'êtes pas capable de vous débarasser de quelques unes de ses créatures avant de continuer votre chemin, vous ne devriez pas vous attarder ici vous savez, lâcha-t-il sur un ton distrait, même s'il savait que cette femme n'était pas à prendre à la légère.

Enfermant son bras dans sa main doite, sans avoir daigné tourner la tête lorsqu'il c'était adressé à l'inconnue, il en profitait tout de même pour s'assurer que son 'bricolage' tiendrait le temps qu'il faudrait. Voir son bras tomber en plein combat... L'idée ne lui plaisait pas plus que ça.
Attrapant son imposante lame de sa main gauche, il replaça cette dernière dans son dos, préférant éviter de forcer sur son bras en la conservant en main. Lâchant enfin un énième soupire, il se tourna vers l'inconnue, jaugeant son aura. Pour l'instant, le reste n'était pas vraiment important. Comme il l'avait déviné, elle était parfaitement capable de se débarasser de ses Ombres. Alors quoi, elle voulait se dépêcher ? Ses pouvoirs ne lui permettaient pas de faire des attaques de zones comme celle du jeune homme, pour se débarasser de tout ses ennemis en un coup ? Ou avait-elle tout simplement mieux à faire que les affronter ? Bah, de toute façon, ça n'avait aucune importance...

Faisant un signe de la main à la jeune femme pour lui dire de le suivre - quoique rien ne l'obligeait à le faire - le jeune homme se mit simplement en marche, dans la direction opposée à la Forêt de Lumière. S'arrêtant un instant, il envoya des ondes de magie dans différente direction, tout en sachant que cela ne serait qu'un bref contretemps pour ses poursuivants. Malgré cet environnement parfait pour notre mystérieux homme au visage aveugle, les soldats n'allaient pas rentrer les mains vides alors qu'il les avait trainé ici depuis le désert... Oh non, ils ne le lâcheraient pas si vite. C'était d'ailleurs pour cela qu'il commençait sérieusement à douter sur sa capacité à se débarasser d'eux sans faire parler de lui... Autrement dit, il fallait soit que les soldats rentrent, soit que les corps mettent longtemps, ou ne soient jamais trouvé... Mais quelques pistes sur lui finiraient toujours par ressortir, et c'est cela qui le gênait. Peut-être devrait-il juste les exterminer là où il avait l'avantage du terrain... Bien qu'il aurait été vain de les affronter dans la forêt qui n'était pas vraiment son terrain de prédilection, ici, c'était lui qui menait la danse. Soupirant, il passa une main dans ses cheveux, se répétant encore une fois qu'il réfléchissait trop.

Incapable de rester l'esprit vide, l'attention de notre jeune homme se reporta donc sur la jeune inconnue, dont il ne savait strictement rien. Un avantage d'avoir un bandeau sur les yeux, était de pouvoir 'observer' une personne sans avoir le reflexe gênant de tourner son regard vers elle. Ainsi, il put prendre le temps d'essayer de visualiser cette aura, de sentir 'l'odeur' dégagée par son pouvoir, et par son âme. L'espace d'un instant, un sourire s'afficha d'ailleurs sur ses lèvres alors qu'il observait à sa manière cette inconnue, mais, préférant ne rien laisser paraitre, le tout fut de courte durée, et surement assez discret pour passer inaperçut dans cette brume.
Puis, alors qu'il terminait son analyse calmement, un long frisson le parcourut. Pas un frisson dût à la peur ou à ses glaces, non... Une silhouette se dessina un instant dans son esprit, s'estompant aussitôt. C'était assez... Confus. Mais il n'avait plus vraiment de temps à perdre avec cela. Tournant son visage vers la jeune femme, il resta un instant à essayer d'imaginer à quoi elle pouvait ressembler, avant de secouer doucement la tête dans un nouveau soupire inaudible.

- Puis-je espérer des présentations sans que vous m'en demandiez ? Marcher à vos côtés à beau ne pas être déplaisant tant que nous restons au calme, discuter un peu égaillerait surement le tout. Vous pouvez évidement passer les détails qui vous gênes, nous ne nous reverrons sans doute jamais, alors vous faire parler de ce genre de chose serait bien stupide.

A peine eut-il terminé de parler, qu'il se retourna, visage tourné en direction de la Forêt de Lumière. En marchant, même lentement, ils pourraient sans aucun problème faire disparaitre leurs traces auprès des soldats aux trousses du jeune homme. Il était d'ailleurs soulagé d'avoir pensé à envoyer des ondes magiques pour brouiller les pistes, sans quoi une fuite aurait été plus gênante. Il allait devoir se décider avant de partir d'ici... Se débarasser d'eux, ou continuer ainsi ? Bah, il avait encore le temps de réfléchir un peu après tout... Prendre une décision attive ne l'aiderait en rien.


[HRP : C'est nul, je sais. C'est pas assez long, je sais. Désolé uU"
Si ça te va pas, que j'avance trop ou n'importe quoi, tu le dis u.u
Ah, et sorry si l'Ecayon aurait du avoir un effet ou autre x.x"]

_________________
My only friend is my pain...
~ Laisse moi mourir dans mon royaume de solitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rêve... Cauchemar... Souvenir ? [Pv : Dracounounette, le retour 8D * SBAM*]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rêve... Cauchemar... Souvenir ? [Pv : Dracounounette, le retour 8D * SBAM*]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ton pire cauchemar est de retour X (pv Cassie)
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» [TUTO] Peindre un cauchemar ailé par Asmo.
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Freesby :: Terrain des Ombres-
Sauter vers: