AccueilPortailFAQS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Azathoth, Comte déchu

Aller en bas 
AuteurMessage
Azathoth
.: Corrompus:.

.: Corrompus:.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 29
Age : 27
Date d'inscription : 01/05/2009

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Azathoth, Comte déchu   Mar 2 Juin - 23:11

Nom : R'Lyeh
Prénom : Azathoth
Age : C'est arrêté de compter depuis son réveil bien qu'ayant au moins dépassé le millénaire.
Race : Vampire ~ Sang Pur
Métier : ///
Nom de métier* :///
Titre de noblesse : Comte déchu
Nationalisme** : Pur envers l'ancienne société vampirique

Caractère [Nous demandons un minimum de 5 lignes pleines] :
Comment qualifier le vampire sur le plan caractériel ? Pour être simple on peut dire qu'il est quelqu'un de calme, posé, respectueux et calculateur. De façon plus complexe Azathoth est incompréhensible. Pour lui il ne fait aucun doute de la supériorité des vampires purs sur les autres races. Ses erreurs passées le lui ont révélé et il le constate d'autant plus depuis son réveil. Malgrès cela il ne s'en vante pas et ne cherche pas à rabaisser les autres. On peut reprendre les trois autres qualificatifs en un seul, manipulateur. Le regard toujours sans expression, renforcé par ses yeux presque fermés, vous ne pourrez pas savoir s'il ment ou non. Il est toujours à réfléchir aux conséquences de ses actes et ne fait plus de choses inconsidérées. N'importe qui pourra le qualifier de froid et distant, cela est vrai, son cœur étant fermé depuis bien longtemps. Cependant en réussissant à percer cette armure on pourra trouver quelqu'un d'attentionné et de plutôt chaleureux. Il n'est pas du genre dragueur, recherchant plutôt la solitude, avec les hommes aussi d'ailleurs. Dans ce monde actuel qui lui est inconnu il n'a pas encore de but réel, errant sur Freesby avec la seule volontée de connaissance, d'apprentissage de l'état actuel du monde.

Physique [Nous demandons un minimum de 5 lignes pleines] :
Vampire Premier Né, Azathoth en a toutes les caractéristiques dans ses traits physiques. Grand d'un peu plus d'un mètre 90 et plutôt mince, ce deuxième caractère est un peu masqué par le long manteau de cuir noir qui lui descend jusqu'aux genoux et dont il ne se sépare jamais. Sous ce manteau on peut cependant voir dépasser le fourreau d'un katana. Fourreau simple sans le moindre ornement qui touche presque le sol. Lorsqu'il écarte les pans de son manteau on remarque une poignée à une seule main, bien trop petite pour un maniement normal d'une lame si longue. A ces moments on voit également qu'il est vêtu simplement, pantalon et T-shirt noir, ceinture et bottes longues noir. Cependant pour quelqu'un pouvant s'approcher suffisamment il est possible de distinguer de minces filigranes d'un argent très sombre sur sa ceinture. Sous son haut il est également possible de voir la marque d'un bijou autour de son cou, une croix. Sa peau est plutôt pâle même s'il n'est pas livide à la manière des vampires tous simples, démontrant un certain temps passé au soleil. Ses mains délicates et gracieuses sont marquées par la présence de longs ongles, presque des griffes, taillés minutieusement. En remontant sur son visage il y a une chose que l'on ne peut pas manquer. Azathoth a, en permanence, les yeux mi-fermés, et même plus que mi d'ailleurs bien que cela ne le dérange pas pour voir, utilisant cela depuis bien longtemps. On ne les distingue presque pas à part un curieux reflet rouge. Si vous arrivez à vous en souvenir alors qu'il les ouvre grands vers vous, vous verrez un iris d'un violet clair parsemé de multiples points rouges ainsi qu'une pupille non pas noire mais grise claire, tachetée d'une couleur faisant curieusement penser à un bleu-rouge comme si ces deux couleurs se voyaient en même temps sur une même tâche. Le reste de son visage est bien plus banal, gracieux et attirant à la manière des vampires, ses deux canines pointant légèrement leur bout pointu en-dessous de sa lèvre supérieure. Enfin, sa longue et lisse crinière d'un noir de jais lui encadre le visage, pendant devant son visage ainsi que dans le bas de son dos.

Lieu de vie : actuellement en errance bien que possédant un manoir dans l'Empire Vampirique
Equipement : long manteau et vêtements banaux noirs, croix de levant portant son nom gravé, long katana de 1m10 ainsi qu'un autre, aussi long : Wu'zrath, katana ensorcelé presque aussi vieux que lui mais laissé dans son manoir (pour l'instant je ne compte pas l'utiliser, peut être au fil du rp mais cela en le considérant comme une amélioration de technique car je l'estime trop puissant.)

Technique [Pas plus de 5 au commencement, 4 basique et une plus puissante] :

[Je le met dans les techniques bien que ça n'en soit pas vraiment une, juste une caractéristique d'Azathoth avec laquelle il doit vivre.]
Sceau de Sannaiël : L'esprit élémentaire du Sang se trouve scélé au niveau de l'épaule du vampire dans un glyphe signifiant simplement, dans l'ancienne langue de la noblesse vampirique : Sang. Ce sceau utilise les pouvoirs du néant d'Azathoth, l'empêchant ainsi de s'en servir mais lui permet de maitriser la magie du sang à haut niveau. Le sceau en lui-même représante le contrat involontaire passé entre les deux êtres et s'active si le vampire vient à être à l'article de la mort. Si tel devait être le cas, Sannaiël capturerait le corps, s'en servant d'enveloppe charnelle pour laisser libre cours à son envie de destruction. L'esprit d'Azathoth serait alors celui scellé à son tour jusqu'à alternance des états et s'il survit aux blessures blessant mortellement son corps.

*Yeux de R'Lyeh : Technique propre à sa famille, dont les pouvoirs exacts sont inconnus de toute personne étrangère. Concrètement lorsqu'il ouvre grand les yeux, ceux qui les regardent se sentent légèrement vacillant, subissant également quelques légers maux de tête. S'ils maintiennent le regard les légers maux se changeront en importante migraine. Au-delà l'effet dépendra des victimes et de l'état d'Azathoth mais varieront entre les hallucinations et l'évanouissement. A partir du moment où les maux se font plus importants, le vampire perdra la vue, un voile de sang l'aveuglant complètement. Habitué à voir peu pour agir il comble en partie cette lacune bien que ses mouvements mettent un certain temps à s'adapter à cela.

*Régénération par le Sang : La présence de Sannaiël dans son corps lui a conféré de nouveaux pouvoirs n'utilisant non plus le néant mais le sang. La régénération par le Sang en est l'une d'elles. Technique passive, elle permet au vampire de bloquer une hémorragie en quelques instants en faisant coaguler le sang à la surface de sa peau mais lui permet également une régénération totale plus rapide et demandant très peu de sang extérieur. En contrepartie les blessures faite par le feu lui sont très douloureuses et nécessitent beaucoup plus pour se régénérer. Une trop grande blessure pouvant même ne pas être régénérée totalement.

*Armure sanglante : En utilisant son pouvoir sur le sang présent à l'air libre, Azathoth peut le faire venir sur lui, le recouvrant d'une couche visqueuse ne le gênant pas dans ses mouvements et se solidifiant au contact de quelque chose. A un niveau basique celle-ci est moins protectrice alors qu'à un niveau supérieur elle permet d'attaquer en retour, utilisant le sang pour faire des lames ou le projeter en pointes.

*Sang noir (plus puissante) : Seule marque de l'ancienne maitrise du néant d'Azathoth mélée à la force de Sannaiël. Ce pouvoir est véritablement à redouter, la 'fusion' des deux éléments permettant en effet au vampire de changer le sang à l'air libre en sang noir. Ce sang noir n'est rien d'autre qu'un acide rongeant presque toute substance non-organique (je laisse les validateurs determiner la limite) ou brûlant les substances organiques. Dans ce deuxième cas, et sur une blessure par exemple, le sang noir se mêle lentement au sang de la victime, réagissant avec lui en disparaissant lentement mais en entraînant avec lui la même quantité de sang normal, le tout disparaissant purement et simplement.


Animaux de Compagnie : ///
PNJ*** : ///


Dernière édition par Azathoth le Lun 6 Juil - 13:09, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azathoth
.: Corrompus:.

.: Corrompus:.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 29
Age : 27
Date d'inscription : 01/05/2009

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Azathoth, Comte déchu   Mar 2 Juin - 23:12

Histoire [Minimum de 15 lignes.] :
Comment pouvez-vous imaginer connaitre une histoire vieille de plus de mille ans ? Comment osez-vous imaginer vous représenter ces temps immémoriaux ? Seul une personne peut connaitre son passé et, dans certains cas, son avenir. Mais puisque vous insistez je concède à vous révéler tout cela, partageant pour la première fois de ma vie des souvenirs lointains mais parfaitement clairs. Il nous faut remonter au commencement. Il y a plus de mille ans alors que les Dieux créaient le monde de Freesby, ils le peuplèrent de nombreuses races. Les nains obtinrent les cavernes et les elfes les forêts. Ils donnèrent la lave et les cieux aux dragons cracheurs de feu, la terre aux hommes debout. Tous reçurent la lumière du jour pour se repérer. Etions-nous maudits ? Etions-nous voués à être les derniers servis ? Nous n'eûmes ni les arbres pour bondir ni les fleuves pour voguer. Nous n'eûmes ni le feu pour forger ni l'air pour voler. Nous n'eûmes même pas le Soleil pour vivre avec les autres. Peuple voué à la solitude et à l'incompréhension. Les dieux nous donnèrent l'obscurité et la nuit. Errant tels des ombres, dispersés, eurent-ils pitié de nous en nous confiant une terre ? Les dieux sont joueurs, les dieux sont moqueurs. S'agissait-il d'un test lorsqu'ils acceptèrent de traiter avec nous ? Nous avions signé le pacte avec eux. J'ai signé le pacte dans les premiers, désireux d'avoir du pouvoir, désireux de vivre. Cruels joueurs, cruels moqueurs. Ce pouvoir pour vivre nous amena dans une non-mort. L'obscurité était notre domaine, elle devint notre seul lieu de vie possible. Nous avons rejeté les dieux pendant un temps avant de nous rendre compte de notre erreur. Ce fut en voyant les humains belliqueux et mortels que nous comprîmes notre sagesse, notre puissance. Pourquoi les dieux nous pardonnèrent-ils ? Pendant dix ans nous les avions rejetés avant de rencontrer les hommes. Nous eûmes alors une obligation à observer, ou plutôt une interdiction. Nos pouvoirs nous serraient retirés si nous venions à goûter le sang de ceux qui nous avaient montré le don offert par les dieux. Ce qui se passa ensuite à ce propos ne vous regarde plus et je n'en prononcerais plus un mot.

Mon récit reprend à la suite de cela puisqu'à ce moment nous arrangeâmes notre terre, la divisant en comtés pour la diriger au mieux. Je fus l'un de ces comtes, ayant pour mission de guider mes sujets. A cette époque je n'avais plus cette soif de pouvoir et cet esprit faible de volonté. J'avais évolué et étais bien plus sage. Officiellement toute ma maison était à la tête du comté, c'était ce qui sortait de mes frontières. R'lyeh, en ancienne langue vampire cela signifiait Etoiles. Il s'agissait de mon nom lorsque j'étais encore comte, nom provenant des yeux des membres de ma famille, piquetés d'étoiles. Cette caractéristique avait rendu ma maison célèbre dans l'empire. En vérité seul le conseil des nobles savait que j'étais réellement le seul à prendre des décisions. N'insistez pas pour que je vous parle de ce conseil, je ne saurais trahir nos secrets les plus surveillés. C'était en suivant la politique du conseil que les comtes dirigeaient leurs territoires. Certains étaient plus sévères que d'autres. Si je devais me placer moi-même je me serais mit dans cette catégorie. D'après mon peuple j'étais sévère mais juste. Mon autorité ne fut remise en question qu'une seule fois lorsqu'un groupuscule tenta de me renverser en s'en prenant à ma femme. Syrhalanah était la personne la plus merveilleuse qu'il m'ait été donné de rencontrer et les traitres payèrent de leur sang cette tentative. Vous voulez que je vous parle de Syrhalanah ? De sa vie je vous dirais juste qu'elle fut le bijou de mon existence, une âme liée à la mienne. Oh combien j'ai pus l'aimer, la chérir du fond de mon cœur. Et pourtant une erreur de ma part lui valu de mourir, accompagnée de mes deux frères et de mes deux belles-sœurs. Ce fut une histoire qui bouleversa ma vie.

Je me trouvais au poste de comte depuis déjà cent-dix années lorsque se déclencha une grande crise dans le monde des vampires. Commençons donc par le début. Un voyageur était venu jusque dans mon comté, il disait avoir voyagé depuis longtemps et ne demandait que le refuge pour une simple nuit. Pourquoi ne me suis-je pas méfié ? Pourquoi n'ai-je pas observé cet homme de plus près ? J'aurais senti sa puanteur et sa corruption. Le destin est comme les dieux et peut parfois sembler bien cruel. J'accueillais donc le voyageur dans mon manoir, lui donnant chambre et couvert. Il disait qu'il repartirait dès le lendemain en se invisible. Ce fut une semaine après son départ que les évènements se déclenchèrent. Un cadavre de vampire vidé de son sang fut découvert. D'après les restes il était mort par ponction de sang depuis une semaine. Que le voyageur fut un assassin fut la première des hypothèses. Mais personne n'imaginait qu'il serait un danger si grand. Le lendemain à peine, trois autres vampires mourraient, vidés de leur sang. Je ne savais pas comment réagir, je l'avoue à présent, et je fis réunir le conseil de noblesse pour trouver une solution à ce qui ressemblait de plus en plus à une épidémie. Durant les deux jours qui suivirent la demande, seize autres vampires mourraient, toujours de la même manière. Quelles mesures étais-je supposé prendre ? Le conseil ordonna à mon désespoir la quarantaine de mon comté. Personne ne devait entrer et encore moins sortir. S'il s'agissait d'un évènement passager la quarantaine serait levée, dans le cas contraire elle serait maintenue. Cependant tout barrage a des fuites. Est-ce qu'une personne avait put sortir ? Est-ce que la maladie sortie toute seule ? Toujours est-il que l'étrange cause de mortalité se répandit aux comtés alentours. Chaque jour c'était une vingtaine de vampires dans chaque comté qui mourrait. Cela dura deux semaines lorsque l'un des mes sujets m'apprit qu'il avait aperçu le voyageur étranger un peu plus tôt. Cet homme qui était sensé être partie rôdait près de la grotte de sang. La grotte de sang était l'endroit où on estimait que Sannaiël avait le plus d'importance dans l'empire vampirique. J'avais demandé à pouvoir m'occuper de ce lieu et le surveiller. Cet individu avait donc posé les pieds sur cet endroit. Cela ne pouvait rester impuni. De plus les vampires se vidant de leur sang, Sannaiël pouvait être impliqué ou, du moins, pouvait apporter une réponse à la question. Ce fut donc sans se méfier que nous partîmes, mes deux frères et nos femmes, en direction de la grotte de sang, volant tous les six comme seuls savaient le faire les Premiers-nés et leur descendance. Il n'était pas question de nous changer en chauve-souris à la manière des vampires actuels, il nous suffisait d'ailes puissantes pour porter nos corps.

Tous les six nous partîmes, inconscients de ce qui nous attendait. En arrivant à la grotte sanglante nous remarquâmes la présence de l'étranger voyageur. Cet homme était sans doute à l'origine de nombreuses morts et il était impossible de le laisser en vie. J'avais à peine plus d'un siècle et j'apportais la mort sur ma famille. Je sortais Wu'zrath de son fourreau tandis que mes frères sortaient leurs propres katanas. Nos lames ensorcelées par nos propres soins. J'avais instillé dans mon sabre toute la fougue de ma jeunesse ainsi qu'une part de ma puissance actuelle. Une lame possède un nom et une âme. J'avais créé celle qui allait m'épauler longtemps auparavant. Les puissants ensorcellements que je manipulais à l'époque n'avaient rien à voir avec ceux d'aujourd'hui. Wu'zrath signifiait Buveuse en ancien vampire, et c'est ce qu'elle était. La magie du néant qui l'avait ensorcelée lui permettait d'absorber le sang de sa victime tant que la lame restait dans la chair. Les armes de mes frères n'avaient pas grand-chose à lui envier. Quand à nos femmes, jamais nous n'aurions pu dépasser la puissance de leurs sortilèges du néant. Tous les six nous étions face à l'homme lorsque nous nous rendîmes compte de qui nous avions réellement devant nous. Ce corps n'était qu'une enveloppe charnelle dont l'âme avait été dévorée et remplacée par l'essence même du sang, l'esprit élémentaire Sannaiël. Qui d'autre aurait pu vider ainsi mes congénères de leur sang ? Qui d'autre aurait pu prendre plaisir à rependre ainsi le chaos à part un être qui tendait vers le chaos ? J'entends aujourd'hui encore ce rire de mort qu'il fredonnait en nous regardant le défier. Pendant trois jours nous combattîmes, pendant trois nuits nous frappâmes. Nos lames et nos sorts l'inondaient alors qu'il résistait, rendant coup pour coup sans faiblir. Eziath, mon plus jeune frère, maudit soit le Sang qui profita de sa jeunesse pour lui enfoncer une main dans le corps, le vidant de son fluide vital en quelques instants, desséchant son corps, le ramenant à l'état de poussière. Avec lui, Seanniah tomba. Sa femme qui se liquéfia en sang sous la puissance de l'esprit élémentaire. Qui étions-nous pour vouloir lutter contre une telle puissance ? Deux jours de combats supplémentaires furent nécessaires avant que l'on arrive réellement à blesser non pas le corps physique mais l'essence élémentaire. Deux jours durant lesquels Laesshe, la femme de mon second frère, disparut de ce monde lorsque notre adversaire servit d'une petite blessure. Son sang se changea, devenant un terrifiant acide qui lui rongea le corps de l'intérieur. Dans sa mort elle se jeta contre cette enveloppe physique, déversant ce sang acide jusqu'à lui ronger le bras. Rendu fou par cette perte, mon frère, Therenis, porta un coup de son sabre sur cette blessure, faisant sortir une partie de l'essence de l'esprit. Il continua à frapper encore et encore sans prendre garde, subissant de petites mais multiples blessures, autant de points où l'esprit du sang pouvait agir. Ce dont il ne se fit pas prier. Le fluide de mon frère se déversa entièrement depuis ces petites plaies. A deux, nous luttions encore, mon épouse envoyant ses sortilèges et contre-sortilèges les plus puissants tandis que ma lame frappait toujours, ne faiblissant pas. Mais les éléments détruisent en prévision de redétruire. Le sang versé se cristallisa, venant la frapper de toute part, la transperçant. Ce fut la dernière chose que je vis avant qu'un voile rouge ne me brouille la vue. Combien de temps avait passé lorsque je rouvrais les yeux ? A ce moment, le corps physique de notre ennemi était mutilé, lacéré de coups de sabre, blessé à coup de griffes et de crocs. Il était définitivement mort mais la présence de Sannaiël était toujours là. Je sentais son regard sur mon épaule, je le savais près de moi. Comment pouvais-je imaginer ce qui s'était produit ? Comment pouvais-je anticiper ce qui allait se produire. Je dus être de retour au manoir, seul, avant de connaître mon sort. Il était normal que je sente autant la présence du Sang, puisque celui-ci était enfermé en moi. Pas entièrement, non. Quelques bribes de souvenirs me revinrent lorsque je vis la marque de l'esprit sur mon épaule. J'étais devenu fou. Fou de rage, fou de désespoir. Je sentais à nouveau mes ongles lacérer le corps, mes crocs se planter dans son cou. Ma folie avait effrayé l'esprit qui ne possédait pas un corps adapté pour le combat. Alors que cette carcasse allait céder il avait tenté de me dérober mon corps. Ce devait être ma folie plus que ma puissance qui m'avait protégé à ce moment, réussissant à vaincre la volonté de Sannaiël. Il avait envoyé un fragment de son essence dans mon corps mais je lui avais résisté, capturant ainsi cette puissance dans mon corps, la scellant au niveau de mon épaule.

Cette marque, je l'ai toujours vue comme une malédiction et comme un souvenir ironique de mon erreur. De ce qui s'était passé, je ne dis pas un mot au conseil des nobles, me refermant petit à petit sur moi-même. Je n'étais plus le souriant comte qui j'avais pu être auparavant et cela interpela les autres jusqu'à ce que je renonce à mon titre. Pendant 20 ans mes terres furent dirigées par l'un de mes cousins. Je ne l'avais pas choisi, le conseil ayant élu parmi les membres de ma famille. Mais celui-ci se trouva être un bien piètre choix. Officier militaire de talent il n'avait aucune capacité pour gérer sur le long terme une zone en paix. Je revins donc, contre mon gré, cherchant à tourner cette triste page de mon histoire. Je pensais sincèrement que plus rien ne pouvait se produire, le pire étant déjà passé. Naïveté du désespoir. Pendant ces vingt années j'avais observé petit à petit les modifications apportées par l'esprit du Sang. Je devais constater que les arts du Néant m'étaient à présent complètement fermés, ma puissance magique se mêlant apparemment pour maintenir le sceau en place. En contrepartie j'héritais de pouvoirs de Sannaiël, devant passer par une nouvelle phase d'apprentissage, seul. Mon retour au conseil des nobles fut pris étrangement. C'est à ce moment que je m'aperçu véritablement d'un grand changement. Mon regard, les yeux de ma famille, avait changé. Eux qui le reconnaissaient simplement comme une marque distinctive se mettaient à le craindre, détournant légèrement leur propre regard ou clignant des yeux pour briser le contact. Même les plus puissants dont je ne citerais que deux noms : Dracula et Lord Caningält, le premier président du conseil des nobles, ne gardaient pas longtemps leur regard dans le mien. Pourquoi ? Quelle crainte pouvaient-ils avoir de simples pupilles ? La réponse me vint lorsque l'un de ces nobles, en colère contre moi, me foudroya du regard pendant de longues secondes. A ce moment je ne voulais qu'une chose, qu'il s'écrase une bonne fois pour toute. Je fus soudainement aveuglé, ne voyant plus qu'un voile rouge. Lorsque la vue me revint, le comte était posé sur la table, inconscient. Comment avais-je pu faire cela ? Ma victime ne se souvenant de rien, cette histoire n'eut officiellement jamais lieu. Me penchant davantage sur cela pour moi-même je me rendus compte que Sannaiël avait rajouté une petite touche bien à lui dans mes pupilles, leur donnant un pouvoir hypnotique pour quiconque les regardait suffisamment longtemps, une ou deux secondes suffisant pour les personnes avec peu de volonté. Depuis de ce jour je conserve mes yeux en permanence mi-clos pour ne pas déployer ce pouvoir n'importe quand. J'appris à instiller la peur d'un simple regard et à jouer de mon imagination pour non pas assommer mes victimes mais pour les faire halluciner ou autre effets de ce genre.


Dernière édition par Azathoth le Sam 4 Juil - 13:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miss Corbac
.: Fondatrice Barjot:.

.: Fondatrice Barjot:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10558
Age : 23
Date d'inscription : 09/03/2007

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Azathoth, Comte déchu   Mer 3 Juin - 16:07

Salut Azathoth !
Préviens une fois ta fiche finis Wink

_________________
« Que les dieux vous protège, mes frères dragons. Que les dieux vous pourchasse, adversaire des autres races. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fly-gunnette.skyrock.com/
Azathoth
.: Corrompus:.

.: Corrompus:.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 29
Age : 27
Date d'inscription : 01/05/2009

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Azathoth, Comte déchu   Mer 1 Juil - 20:59

Pendant un moment je pensais que c'était la seule chose que je pouvais tirer de ce sceau. Mais des évènements imprévus allaient accélérer mes recherches. Exactement 50 ans après le combat contre l'esprit élémentaire, un autre drame frappa nos terres. L'apparition de rebelles, humains ou vampires qui avaient brisé le pacte, consommant du sang humain. Le nom qu'ils se donnèrent, je ne leur fis jamais ce plaisir de m'en souvenir, l'oubliant définitivement dans un coin de mon cerveau. Pendant 10 années ils frappèrent encore et encore, corrompant davantage de vampires, davantage d'humains. Bien des choses dans leur organisation me perturbaient. Ils connaissaient presque parfaitement nos emplacements, ils ne s'approchaient jamais de nos mouvements de troupes comme s'ils savaient où nous bougions. Au conseil des nobles, tout le monde était un traitre aux yeux des autres. Dracula essayait de calmer les tensions et, bien que ne l'ayant jamais apprécié, j'étais, cette fois-ci, de son côté. La folie gagnait tous les vampires jusqu'à ce terrible évènement. Le président du conseil, Lord Caningält, l'un des Premiers Nés, fut assassiné. Des soupçons apparurent et se confirmèrent lorsque Dracula annonça sa candidature quelques heures après, au poste de président. Il avait des idées clairement établies et, alors que les autres voyaient en lui la providence, je n'arrivais pas à m'ôter une vision de lui comme celle d'un profiteur. Je fus renvoyé du conseil sur la proposition du comte Actaro, dont les terres étaient voisines des miennes et qui apporta des preuves comme quoi des rencontres entre vampires et rebelles avaient eut lieu sur mon domaine, au grand jour. Abandonnant ma place, je ne fus pas surpris de le voir apparaître dans mes recherches sur ces rebelles. Conservant des amis au conseil, j'appris que j'avais été déclaré hors-la-loi. Moi ? Moi qui avais sacrifié ma famille pour sauver mon peuple, moi qui avais laissé mon cœur se briser pour lutter là où le conseil refusait d'agir. J'étais hors-la-loi ?Le reste de ma famille me proposait de me cacher. Je refusais. Ce fut ce jour que je déposais ma lame dans les fondations du manoir. Je n'étais plus digne de Wu'zrath qui m'avait accompagné fidèlement, seul témoin de ma folie. J'abandonnais mon katana sans savoir quand je le reprendrais de nouveau. En guise d'arme je me fis forger un autre sabre. Arme que je brisais et fis reforger 5 fois, m'apportant la haine du métal qui lutterait en permanence contre moi. Je n'étais pas fautif, alors pourquoi m'infliger cette punition ? Je l'ignorais moi-même, sentant simplement que je devais le faire. Je n'éprouvais aucune haine envers les vampires déchus, ayant moi-même été déchu. J'avais une certaine compassion à leurs égards, changés en bêtes assoiffées de sang. Lorsque je le pouvais, je les débarrassais de leurs souffrances, leur transperçant le cœur de ma lame glaciale et sans âme. Cette lame qui par ma faute haïssait ma race était l'arme parfaite pour libérer les vampires déchus. Pendant combien de temps ais-je vécus ainsi ? Combien de temps ais-je passé à errer sur les terres vampiriques ? Oh ce que le temps a pu me sembler long alors que je restais seul. Pendant vingt longues années je restais ainsi, tuant tout vampire corrompu que je pouvais rencontrer, mettant fin à leur vie de bestialité. Je gardais cependant des contacts avec mes anciens compagnons qui m'informaient plus ou moins rapidement des nouvellesdu conseil, ces informations me permettaient de me tenir au courant des machinations du conseil. Dracula avait apparemment viré à la folie. Il finit par accuser son propre fils de traitrise, déclarant qu'il avait participé à la création des rebelles. Le comte Actaro fut également désigné pour gérer mon ancien comté, en profitant pour massacrer le plus de membres possible de ma famille. Pendant combien de temps les vampires allaient-ils continuer dans cette optique de destruction ? Où étaient passées notre noblesse et notre sagesse d'antant ? A ce moment, mon récit touche à sa fin puisque les évènements qui allaient arriver se déroulèrent en peu de temps, à notre echelle, une bonne vingtaine d'années furent nécessaires en réalité. Le fils de Dracula tua son père qui avait été dénoncé pour consommer du sang humain. De mon côté je n'avais qu'un être à abattre pour être satisfait. Actaro reçu ma visite le lendemain de la chute de son maître. Sa mort lamentable ne vaut pas la peine que je prenne le temps de la décrire. Ayant succombé depuis longtemps au sang humain il n'était plus que l'ombre d'un Premier Né et ma fureur lui déchira l'âme avant de lui détruire son corps. J'en avais assez. L'époque de la grandeur de vampires était révolue. Cette race si pure n'avait pas su réfreiner une pulsion qu'elle avait elle-même crée. Quand à moi je m'en allais me reposer, espérant trouver la tranquillité qui avait disparut avec la Chute. La Chute des vampires. Je fermais les yeux après m'être enfoncé dans la terre froide, me retirant de ce monde de conflits...

En effet je suis ici en cette heure pour vous raconter mon histoire. Cela fais à peine un an que je suis de nouveau sur cette terre et non plus en son sein. Un réveil inattendu qui me fut imposé. Après avoir dormi pendant un demi-millénaire je fus réveillé par le goût du sang sur mes lèvres. Pas du sang humain, non, du sang animal, du sang de mouton. La terre qui avait aspiré le sang me l'envoya sur ma bouche, réveillant mon instinct puis ma conscience. Le goût de la peur, de la mort, le tout accentué par un sentiment de désespoir. Cette simple goutte sur mes lèvres m'obligea à me retirer de la terre alors qu'un loup emportait un mouton égorgé dans sa gueule. Ce simple accident avait suffi à me réveiller. Après 500 ans de sommeil un stupide loup m'avait fait revenir de mes songes. Comment pouvais-je savoir le temps que j'avais dormis ? Je ne saurais répondre à cela. La durée m'était venue d'elle-même, réveillé par un accident si puéril. Pour la première fois une seule année me parut si longue dans un monde étranger. J'en finis là mon histoire, une histoire qui n'est ni à plaindre ni à féliciter. Il s'agit de quelques parcelles de mon existence et je ne vous en livrerais pas plus. C'est sur cela que je vous laisse, alors que je m'en retourne à mon errance en souhaitant ne jamais recroiser votre chemin, restant dans ma solitude.


Dernière édition par Azathoth le Lun 6 Juil - 0:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eneshka

avatar

Féminin
Nombre de messages : 92
Age : 33
Date d'inscription : 02/03/2009

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Azathoth, Comte déchu   Sam 4 Juil - 11:20

Une petite question, le sang "à l'air libre", c'est quoi exactement ? Le sang qui coule des plaies ?

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azathoth
.: Corrompus:.

.: Corrompus:.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 29
Age : 27
Date d'inscription : 01/05/2009

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Azathoth, Comte déchu   Sam 4 Juil - 11:41

Ce que j'appelle "sang à l'air libre" c'est le sang qui a coulé, qu'il soit au sol ou sur le corps, mais pas celui directement sur la plaie (sinon j'absorberais tout le sang puisque sur la plaie si il est enlevé il y en a qui reviens immédiatement.)

Vala, j'espère que ma réponse est claire ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eneshka

avatar

Féminin
Nombre de messages : 92
Age : 33
Date d'inscription : 02/03/2009

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Azathoth, Comte déchu   Sam 4 Juil - 11:43

Ouaip, tout à fait claire Smile
Donc, si tu as finit ton histoire, tu peux te considéré comme validé Smile

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azathoth
.: Corrompus:.

.: Corrompus:.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 29
Age : 27
Date d'inscription : 01/05/2009

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Azathoth, Comte déchu   Sam 4 Juil - 11:44

beuh, l'histoire n'est pas encore finie mais là je bloque un peu, et pis je dois finir le mental...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Djynn
.: Neutre:.

.: Neutre:.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 74
Age : 33
Date d'inscription : 04/12/2008

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Azathoth, Comte déchu   Sam 4 Juil - 11:47

Argh, j'avais même pas vu qu'il n'était pas fait ><
*sort en courant*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azathoth
.: Corrompus:.

.: Corrompus:.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 29
Age : 27
Date d'inscription : 01/05/2009

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Azathoth, Comte déchu   Lun 6 Juil - 0:38

Et vala, fiche enfin terminée. J'admets que la fin à un peu baclée mais le manque d'inspiration pour cette partie m'a obligé à faire ainsi.

J'attends donc le jugement impartial de l'administration.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eneshka

avatar

Féminin
Nombre de messages : 92
Age : 33
Date d'inscription : 02/03/2009

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Azathoth, Comte déchu   Lun 6 Juil - 12:50

Et bien, validé, tu auras l'occasion d'éditer ton histoire si besoin Smile

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Azathoth, Comte déchu   

Revenir en haut Aller en bas
 
Azathoth, Comte déchu
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comte Vronski
» Arrivée d'un Comte prétendant à la couronne...
» LE COMTE KEI - Le Maître de l'Ombre (Admin)
» [Comté] La Roche sur Yon
» Merediana

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Freesby :: Le commencement... :: Fiche de présentations validées-
Sauter vers: