AccueilPortailFAQS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Valymir, Main d'Extasia du Projet Arma @Terminé

Aller en bas 
AuteurMessage
Valymir
.: Neutre:.

.: Neutre:.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 40
Age : 30
Date d'inscription : 24/04/2009

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Valymir, Main d'Extasia du Projet Arma @Terminé   Ven 5 Juin - 20:50



Nom : Inconnu
Prénom : Valymir
Surnom : Val, Valy
Âge : Inconnu, la vingtaine d’après son physique.
Race : Humaine.
Titre de Noblesse* : Aucun.
Métier* : Serveur au Sans Retour.
Nationalisme* : Inexistant.

Caractère : Certains érudits disent que le caractère d’un être désigne l’essence de sa propre âme. Si cela était le cas alors Valymir aurait pour symbole l’ignorance, l’esprit candide et l’insensibilité. Pas qu’il soit timide mais simplement il est dans cette vague invisible. C’est quelqu’un d’effacé qui ne fait pas parlé de lui, vous pourriez passer à ses cotés sans le remarquer. Aux premiers abords on peut le définir comme chétif et innocent, pourtant quelque chose peut faire tiquer. Il possède une certaine assurance, il garde la tête haute malgré son regard vide.
Il ne sera jamais prompt à réagir ou tout du moins, les différents spectacles de vie qui se trame autour de lui ne l’affecte pas, il restera indifférent. Certains sont des héros, certains sont des fanfarons, Valy est plutôt du genre à rester sans coin. Il ne cherchera jamais d’ennui, avancera toujours en silence. Il ne posera pas de questions, à vrai dire tout chez lui le fait paraître comme un garçon facilement manipulable et faible.
Il n’aime guère la violence d’ailleurs, il n’a jamais compris pour les êtres tiennent absolument à se donner de l’aventure en se battant mutuellement. Peut être est ce là le jeu des Dieux. Malgré ce qu’il semble montrer, il dispose d’une capacité de réflexion et d’un sang froid peu dans les normes. Jusqu’à présent rien n’a pu le choquer, la seule réaction positive et maximum qu’il est pu donner, c’est un haussement de sourcil. On essaya de l’amener à la panique, à la peur, ou encore à une expression sordide, mais dans la conclusion c’est son absence de réaction qui commença à faire peur. Son sens stratégique et surtout ses sens instinctifs lui permettent de réagir promptement et rapidement. Pour dire vrai son caractère est tellement ambiguë qu’on pourrait croire que même cela est fait pour piéger…Enfin on se perd un peu. Pour revenir à l’idée caractérielle Valymir ne sera pas gentil, mais pas méchant non plus. Il n’agira que peu et paraitra toujours hors du monde dans son insensibilité. Il aura l’allure faible et manipulable mais lorsqu’on le regarde avec attention, il y a quelque chose qui ne colle pas. Au-delà de ça…Et bien je dirais que le meilleur moyen de le décrire est de dire que Valymir est Valymir.

Physique : Valymir est un garçon assez particulier sur le point physique. Possédant une carrure aussi légère que bien taillée, il a affiné sa silhouette au fil des années de service à la taverne du Sans Retour, ses muscles étant été mis à contribution pour les chargements, déplacements et autres de nombreuses fournitures. Les épaules droites et fortes marque une taille bien charnue tout autant que volatile. De grande taille, il y a un très bon rapport sur sa carrure et sa longueur. Il est d’ailleurs fin et agile. Son visage est maculé d’une certaine apparence juvénile malgré des traits muris. Un visage clair et sensuel, son teint halé lui donnait un air croquant d’ailleurs. Ce qui était amusant on aurait pu croire que son physique était le paradoxe de son caractère, son bouche finement taillée, pleine faite pour les baisers les plus brulants, cette légère impression qui vient picoter votre nuque. A vrai dire d’un point de vue purement physique il pouvait attirer, beau n’était pas un terme qui lui allait, c’était autre chose. C’était d’ailleurs un paradoxe assez inouï. Son visage plein de promesses était encadré par une chevelure longue, descendant aux épaules, d’un blanc neigeux. Il possédait une chevelure fine et soyeuse qui parfois attirait les regards curieux par cette couleur virant pratiquement sur la transparence. Au final son regard innocent parfois habité par des flammèches inhabituel n’est pas comparable avec son physique de bien monté et son visage digne de succube. Et c’est d’ailleurs là que se pose son plus grand mystère et ce qui fait qu’il peut attirer les gens…La curiosité est un vilain défaut.



Equipement :
Amulette d’Alvinur

Alvinur est un tailleur très réputé dans le monde de Freesby. Il fabrique nombre de bijoux, talismans, pendentif et autres bibelots du genre. Ceci dit ce qui fait sa réputation aujourd’hui est le gravassions de Rune. L’amulette que possède Valymir lui a été offerte par Hawke qui pu gagner le respect d’Alvinur en sauvant son fils sur le champ de bataille. En remerciement Alvinur offrit au médecin de nombreuses pièces de collections rarissimes. L’amulette en question est un révélateur d’émotion, il offre à celui qui en connait le code de couleur la possibilité de connaître les émotions de la personne qui le porte. Il ne dispose d’aucunes autres fonctions spécifiques. L’amulette ne fait que varier de couleur selon l’état émotionnel de son propriétaire.
Hawke l’a donné à Valymir pour observer ses humeurs mais ce fut un échec à en croire le pendentif…Valy serait insensible.

Note : Depuis qu’il prépare son départ, Valymir fait fabriquer plusieurs objets pour lui permettre d’entreprendre correctement le voyage qui l’attend. La liste sera donc éditée après la finition de son départ en RP.

Lieu de vie principal : Actuellement, il est situé dans les chambres de la Taverne Sans Retour.



PROJET ARMA - PROLOGUE




Chapitre Un – Questionnement

Dans un monde comme le nôtre il suffit de faire appel à la magie ou bien encore d’appuyer sur une gâchette pour posséder un certain pouvoir. Ce pouvoir implique t il une certaine capacité de jugement sur la vie ou la mort d’un être ? Peut être bien. Mais ici ce n’est qu’un détail. Là ou je souhaite aller est plutôt à savoir si ces choses que l’ont utilises pour amener l’essence même du combat ont une âme ? Lorsque votre doigt appuie lentement sur la gâchette afin de relâcher ces balles métalliques et froides, lorsque votre langue claque dans votre bouche et vos membres s’agitent pour imposer votre volonté à votre environnement, vous n’entendez rien n’est ce pas ? Il n’y a pas de cris, pas de pleurs, de rires, une quelconque émotion en soit qui émane de ses armes…

Il est vrai aussi qu’ici bas, ce n’est pas ce genre de question que les plus sages ont tendance à se poser. Si il existe bel et bien une pierre angulaire à la Création, alors l’évolution n’est définit que par le combat, uniquement cet instinct primaire et basique qui va amener à définir chacun de vos actes et de vos souhaits. Sélection naturelle ? Force ? Puissance ? Race ? Différence ? Bien commun ? Mal ? Honneur ? Rage ? Tout ceci disparaît lorsque les lames s’entrechoquent, que la magie se déchaîne ou bien encore quand les canons crachent leurs projectiles. C’est un autre champ qui entre en jeu. Une voix unique qui s’élève par delà chaque élément pour résonner. Hurler d’une même voie…

Souvenez-vous, à l’orée d’un combat, proche de cet état qui vous emplit l’esprit de multiples sentiments. De tous ces détails qui tourbillonnent autour de vous et en vous. Ce maelström profond qui s’empare de votre âme et votre esprit pour ne vous inciter plus qu’à frapper et à vivre, à vous battre. Par delà tout ça, il n’y aura qu’une chose qui va être témoin de ce moment unique et intime, un élément qui va vibrer dans chacune des fibres de votre être…L’instinct.

En soit tout peut servir d’arme, car chaque élément à votre disposition, votre environnement et vous-même n’êtes que le prolongement de cet instinct. Alors imaginez qu’on puisse donner conscience à une arme, deviendrait elle un outil à la solde de son possesseur ou bien deviendrait elle l’égide d’un nouvel instinct ?

Chimère, blasphème, ceci porte plusieurs noms, ce n’est que mon rêve après tout. Mais autant que vous qui avez encore de la volonté à vous battre, j’en ai pour cette chimère…

Extrait du « Récit D’Alyvir » Doyen d’Alyvir*
_______________________________________________________________________________

*Alyvir est une bourgade humaine qui existait, il y a environ plusieurs centaines d’années, dans un coin reculé de Sanglemort, au plus proche frontière de Zuma. Il ne demeure plus que de faibles traces écrites concernant l’existence d’Alyvir.

Chapitre Deux – Premiers Pas

Le chariot est balloté dangereusement par les différents cailloux qui parsèment cette route en décrépitude. Le convoi suit une marche régulière rythmé par les toussotements et les sanglots des humains entassés comme des marchandises. L’odeur de la rosée matinale s’efface au fil des minutes pour laisser place aux relents putrides qui s’élèvent du camp à présent visible. La maladie, la famine étoffent les chariots pour leur donné une lueur plus lugubre encore. Tous sont conduits à une mort certaine. L’espoir à fait place à une réalité dure et profondément affligeante. Il ne demeure que des regards remplis de désespoir, froid et hagard. Il n’y a plus de forces au creux de ces êtres.
Cependant tapit dans les replis de ce tableau noir, se dessine les contours d’un jeune humain, frêle et insignifiant. Pourtant il possède un regard qu’aucun n’a.
Son regard est dur et dans une discipline implacable, il n’aspire qu’à vivre.

Les chariots sont déjà vides et les corps s’entassent rapidement. Les cellules se vident une à une. Les tas de déchets pourrissent et diffusent une odeur insoutenable qui provoque nombres de vomissements et de malaises. Les premiers tests sont un échec. Non résignés, les geôliers continuent dans leur volonté de vouloir dépasser une certaine nature des choses.
De cette affabulation et de cette idée démoniaque nait bientôt un espoir. Alors que tous meurent sous la tutelle de nombreux maux, bientôt la porte sept se distingue du lot.
Il réagit positivement, les changements sont capitaux. Cet espoir amène à l’abomination. L’aura sombre et emplit de tristesse qui émane du camp devient insupportable et immorale.

La chambre sept finit par atteindre le dernier stade préparatoire. C’est un jeune garçon. Il n’a subsisté que par la volonté hors du commun dont il a fait preuve pour survivre. Le dernier stade passé, étrangement le destin finit par agir face au spectacle horrifiant qui se dessine au creux de son monde. Un accident survient et ce camp finit par être totalement effacé de la carte.
Les détails ne sont que de simples détails. Le Projet Arma ne sera jamais reconduit, il n’en demeure pas moins qu’il n’existe qu’un survivant. C’est un jeune garçon, qui possède comme numéro fétiche le sept…

Chapitre Trois – Liaison

Les traces du projet Arma avait totalement disparues, ou tout du moins les preuves d’ordre physique. Lorsque les premières informations furent rendues publiques par des sources cherchant le repenti, il y eut un soulèvement d’ordre moral. Malheureusement cela faisait des années que le Projet Arma n’était plus. Les premiers échanges étaient dus à des rumeurs qui s’amplifièrent rapidement dans un élan de trouver des preuves et de pouvoir accéder à l’exclusivité.
Dans un monde comme le nôtre, l’information capitale est souvent la plus horrifiante, c’est une pointe délicate et harmonieuse de notre équilibre peut être.
En tout cas, il fallut plusieurs mois pour que le mouvement s’amplifie. Fomenté par quelques personnes choquées qui demandaient des comptes, les premières images relatives au projet eurent l’effet d’une réaction en chaîne.

Un projet lié par l’armée sur l’expérimentation de techniques immorales et horribles et surtout de manière largement condamnable. Rapidement les gazettes annonçaient des titres aguicheurs : « Projet Arma : Crime contre la royauté et la Race Humaine »
On demandait des comptes, des responsables. A vrai dire ce que cherchais réellement la Voix du royaume et du peuple se situait plus sur le moyen d’apaiser sa rage et sa haine que de chercher réellement une justification à de tels actes. Une enquête fut montée mais rapidement les véritables informations étaient diffusées par le marché noir devenu au final le marché le plus juteux pour permettre de dévoiler la vérité en toute sécurité. Qui aurait voulu s’attaquer au diffuseur qui amenait la vérité ?
Des images, des informations confidentielles firent leurs apparitions. L’opinion publique se faisait manipuler dans un numéro qui suivait un déroulement longtemps calculé.
Rapidement la royauté donna des responsables, des têtes tombèrent et une partie du grand public fut calmé. L’affaire du Projet Arma ayant en quelques semaines amené à des hurlements enragés avait été étouffée en quelques mois seulement…

Ce que tous pensait comme vérité n’était qu’une faible étincelle d’un brasier bien plus ample et grandiose que laissait admettre les apparences. Le Projet Arma avait derrière lui plusieurs siècles d’existences. Plus d’un siècle et demi avait été utilisé afin d’aboutir au véritable Projet Origine base du Projet Arma. Consacré à la recherche et à l’expansion cellulaire, cela relevait de la démence. Ensuite il fut mise en place la phase d’exécution et c’est véritablement sur les cinquante dernières années qu’eut lieues les premières applications humaines et surtout les résultats qui amenèrent au numéro sept. La première contrainte remarquée se situa au niveau des sujets, ils devaient posséder un corps jeune et non formé dans le processus de stabilisation physionomique. Alors les déportations furent exercées de plus en plus jeune. D’après tous les rapports en circulation, le Projet Arma fut un échec cuisant. Malgré cela il y a eu ces quinze dernières années, à plusieurs reprises, des apparitions régulières d’Arma. Des machines instinctives qui devaient réussir leur mission au péril de tout. Une idée surpuissante de l’arme réelle et de l’instinct.

De manière sincère aujourd’hui, toutes les informations en circulation ne sont plus vérifiables et appartiennent à un passé lointain. Ceci dit la seule preuve physique que relève le Projet Arma est son unique survivant, classé de type Extasia. De loin, l’une des créations les plus dangereuses de l’homme. Ceci étant d’un point de vue écrit ou légal, c’est une autre histoire. Le jeune sujet numéro Sept à finit par en arriver à d’autres choix de vies, mais il n’en demeure pas moins que sa nature, le but de sa création est en opposition avec un quelconque changement. C’est maintenant que se joue le dénouement d’Arma…

_________________


Dernière édition par Valymir le Sam 17 Oct - 19:12, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valymir
.: Neutre:.

.: Neutre:.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 40
Age : 30
Date d'inscription : 24/04/2009

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Valymir, Main d'Extasia du Projet Arma @Terminé   Ven 5 Juin - 20:53

VALYMIR : PRELUDE


Chapitre Un – Rencontre Fortuite

Ses pieds nus martelaient le sol à vive allure, de manière instinctive. Les branchages fouettaient son corps déjà meurtri dans un bruit sourd le sommant de ralentir son allure folle. Malgré la douleur foudroyante qui le parcourait il continuait avançant, sans s’arrêter, sans ralentir. Depuis combien de temps son corps le portait ? Des heures, des jours ?
Sa conscience déjà éteinte avait laissé place à une terreur sans fondements qui le dévorait de plus en plus. Plus il accélérait, plus la nébuleuse qui le poursuivait au fond de son être le quémandait. Il n’y avait au creux de son regard qu’une terreur folle, une flemme imperméable à la souffrance. Ses deux orbites injectées de sangs observaient la scène d’un air fuyant, perdu. Ses poumons en feu n’aspiraient qu’à trouver un peu de répit dans cette cavalcade qui n’avait plus de sens. Un filet de sang perlait au creux de ses lèvres desséchées, il ne toussait pas, il n’avait pas le temps. Sa bouche grande ouverte aspirait l’air de manière chaotique, sa bave avait déjà rejoint le bout de son menton.
Une nouvelle branche frappa son torse arrachant un bout de la faible épaisseur de tissu qu’il avait sur le dos, le morceau de la tunique imbibé de sueur et de sang resta figé sur la branche semblant avoir afin acquis du repos. Une nouvelle marque rougeoyante vint rejoindre les autres.
La course folle continuait, les deux astres feutraient le ciel de couleurs chaudes annonçant le crépuscule. Le bout du plateau sur lequel ce corps frêle et livide évoluait touchait à sa fin. Il n’y avait pas d’hésitation, pas de temps d’arrêt, seul une profonde hardiesse demeurait.
Son regard se posa bientôt sur le sol, il entamait une descente plutôt dangereuse, aucun point d’appui, une chute serait fatale, mais peu importait il devait partir au loin, ne pas s’arrêter.
L’espace de quelques secondes il eu l’impression de planer puis de manière brute ses pieds heurtèrent le sol, il commençait à descendre. Rapidement il prit de la vitesse, à présent la douleur était devenue insupportable quémandant pitié.
La vitesse s’accentuait au fil de la descente, il était à présent clair qu’il finirait par perdre équilibre ceci étant il suffisait de croiser son regard pour se permettre un doute.
Tout être à ses limites, certains sentiments comme la souffrance ou bien la peur vous poussent à l’arrêt. Mais au creux de ses yeux, face à cet instinct dévorant et magnifiant, il n’y a que de l’ignorance…
Il allait tomber, un arbuste vint titiller sa joue avec l’une de ses longues branches comme pour le prévenir. Ses yeux ne s’écarquillèrent pas lorsqu’il aperçut le chariot lui faisant face, son corps ne s’arrêta pas, il n’eut au final aucun mouvement de recul. Un fétu de paille balayé par le vent et aimé de celui-ci peut être.
Il enjamba dans un saut agile le ravin qui le séparait de la route, sa tête heurta avec violence le bois du chariot, ses dents se plantèrent avec fermeté dans celui-ci imprimant un gout âpre dans sa gorge mêlé au sang. Le chariot ballota l’espace d’une seconde et sous l’impact du choc se courba pour se renverser à même le sol. Un important nuage de poussière prit forme entourant la scène plutôt insolite. Le garçon fut rapidement soulevé comme un vulgaire linge et projeté sur le bas coté, s’écrasant dans la boue. Plusieurs bouts de bois était fiché dans sa peau et sa mâchoire était surement cassé, ses paupières clignèrent…

Les deux bêtes de traits qui tirait le chariot s’affolèrent sous l’impact, elles hennirent sans fin et sans cambrèrent. Hendricks fut projeté sur le sol dans un bruit sourd. Son épaule encaissa le plus gros, reprenant ces esprits avec difficulté il s’appuya sur le coude et pu voir le chariot se balloter et tombé avec fracas.

Marie !

Un cri perçant, sa fille était à l’arrière. Il n’y eut pas de réponse, il tenta de se relever, une douleur sifflante parcourut son corps. La route de Valymir qu’il avait emprunté quelques heures auparavant devait être sûre. Les rencontres fortuites n’étaient qu’itinérants et marchands ambulants, les Falys avait déserté la région, ces bêtes sauvages n’étaient plus. Alors qu’est ce que c’était. Il poussa un juron et se releva, titubant il fit quelques enjambées et rejoignit le chariot retournée. Les bêtes tenues par le poids de la carriole commençaient à peine à se calmer et l’ensemble était agité de leurs soubresauts. D’une main ferme il tira le tissu qui obstruait sa vue sur l’intérieur, il y avait sa fille là, inconsciente, les yeux fermés. Il plongea sa main sur la serpette qui trainait au milieu de l’étal totalement dérangé. Il se hissa hors du chariot et fit volte face. Il avait déjà reprit de l’aplomb mais faire face à un Falys dans son état était…
Ses yeux s’écarquillèrent, ce n’était pas un anime ni une bête sauvage, c’était un garçon qui était à l’origine du choc. Il était grièvement blessé et se mouvait avec difficulté, appuyé sur ses avants bras il était entrain de ramper sur le sol laissant derrière lui une trainée de sang frais.
Il mit quelques secondes pour prendre conscience de la situation. L’ancien capitaine s’approcha du garçon et plaqua sa main sur son épaule, il croisa son regard. Il n’avait jamais rien vu de tel. Le garçon s’agita puis sa vision se brouilla, les quelques brins de sa conscience encore actifs furent happé par le voile noir qui l’envahissait. Il sombra dans l’inconscience ne pouvant en supporter d’avantage.

Chapitre Deux – Reconnaissance

Hendricks Konarts, ancien capitaine de section de l’Inquisitors avait quitté le service depuis des années à présent. Il arborait la cinquantaine avec une fière allure. Un corps taillé en bloc et les yeux vivaces d’une couleur grisonnante assortis à des cheveux longs en bataille et un bouc taillé tirant sur le blanc. Il c’était marié vingt ans plutôt avec une jeune femme, belle et enchanteresse. Leur union avait donné naissance à Marie, une jeune fille au tempérament ardent, elle avait un beau visage innocent, des traits fins et gracieux, des yeux en amande d’un vert pétillant, des lèvres pulpeuses et légères, un nez fin et agréable. Le tout était encadré par une tignasse brune coiffée et brossée plutôt longues.
Hendricks avait renoncé à l’armée pour elle, il avait acheté avec sa solde un établissement de boissons dans la rase campagne. Une taverne au creux d’un carrefour de passage et de passeurs. Le « Sans-Retour » était assez connu dans les environs pour ses services. Une flopée de chambre, un service continu et un établi de boissons assez larges. Cependant il était surtout connu pour ses actions peu légales, contrebandes d’armes et de médicaments. Ça n’en faisait pas pour autant une tête de pont mais plutôt un rouage du réseau. L’ancien capitaine avait rapidement acquis une certaine notoriété et avait, à force de coups et de justice, sut se faire respecter. La Taverne est située proche de la frontière avec Zuma. Cherchant un certain recueil et une certaine quiétude, il s’établit loin de la ville et de la populace. Ce n’est un repaire de brigands ou de repus de la société, c’est un passage d’indifférence ou tout peut être dit.

Marie avait reprit ses esprits quelques heures après l’incident. Elle allait avoir une belle bosse sur la tête et avait rapidement harcelée son père de question. Il y avait un jeune homme à ses cotés allongé sur un lit de fortune, les vêtements tachetés de sang et en lambeaux, il paraissait frêle et fragile. Son père ne pu lui apprendre que les détails de l’accident et comment il avait procédé avec difficulté à remettre en état la carriole et à s’occuper de sa fille et de l’inconnu. De toute évidence c’était une histoire à problème diront nous. Ils arrivèrent en fin de matinée, son père fermait de manière mensuel la taverne pour se réapprovisionner. Il n’y avait jamais eu de problèmes ou de rencontres difficiles sauf cette fois-ci.
La région était plutôt déserte faire venir un médecin ou un Rêveur allait prendre des semaines. D’ici là il s’occuperait du garçon. C’était un adolescent à première vue, les cheveux longs d’un blanc neigeux, une corpulence plutôt taillée pour son âge, les traits fins. Ceci dit vu son état il était plutôt difficile de le voir entier. C’est sa fille qui lui prodigua les premiers soins. L’inconscience du garçon dura des jours durant lesquels seuls des questions demeurait. Hendricks gardait ça pour lui pour le moment. Rien ne filtrait et sa fille s’occupait d’observer l’évolution de l’état du garçon.
Son réveil n’était qu’une phase délirante qui dura. Fièvre, délire, il ne prononçait aucun mot, muré dans un silence timbré de ses cris. Le contact était impossible à établir, il restait là, s’agitant au fil des heures. Hendricks avait fait appel à son médecin personnel.
Le Professeur Hawke, un homme fin et trapu, consacrant toute sa vie à la médecine. Héritage familiale, il apprit de toutes les formes de médecine validées ou non. Il fit partit lui aussi de la section médicale des Inquisitors, ayant une foule d’examens et de compétences, il est reconnut comme un grand spécialiste dans son domaine. Hendricks et Hawke avaient vécus un nombre important de conflit, ayant gardé contact à la suite de leur cessation d’activité militaire, ils gardèrent de bon contact et lorsqu’un souci d’ordre physique ou mental survient, la première personne à qui Hendricks fait appel est son vieil ami.

Hawke était posé depuis quelques minutes sur le bois usé de la table. Il nettoyait ses lunettes d’une main agile en fixant le sol d’un regard absent. Hendricks connaissait assez bien le médecin pour se douter qu’il n’y avait pas que des bonnes nouvelles. Il était resté pas moins de deux heures dans la chambre avec le garçon, l’ayant analysé sous toutes les coutures, il le connaissait à présent mieux que personne. Ceci dit c’était des idées sombres qui s’étiolaient au sein de la conscience du médecin.
Finalement il posa ses lunettes sur la table et se racla la gorge.

Ou as-tu trouvé ce garçon Hendricks ?

Le tavernier se laissa glisser sur la chaise qui agrémentait l’ensemble de la table ou se situait son ami. Le Sans Retour n’était pas encore ouvert, à l’aube qui s’approchait le glas serait sonné. Ils seraient tranquilles pour quelques heures au moins.

Je ne sais rien de lui, il a causé un accident quand je redescendais de la frontière. Mets-toi à table, qu’est ce qui se passe au juste ? Ça fait longtemps que je ne t’avais pas vu avec cette tête grisante.
Pour couper court à l’entrain de l’ancien capitaine, le médecin lui jeta un regard froid. Le demi-sourire d’Hendricks s’effaça immédiatement. C’était plus grave qu’il le pensait…

Tu dois le livrer à la Capitale.

Hawke avait parlé d’un ton sans appel. Lui qui croyait loin des conflits et des histoires à demi-mots. Il était nécessaire qu’Hendricks agisse vite. Ça dépassait de loin ce qu’il avait pu imaginer lorsque son ami l’avait appelé.
L’ancien capitaine se figea lorsqu’il entendu ça. Il trépigna sur sa chaise.

Mais qu’est ce que tu me racontes là Hawke, tu as perdu la tête, c’est un garçon qui à l’âge de ma fille. Il est sans dang…

Ecoute Hendy, ce garçon n’est pas ce que tu crois. –le médecin semblait exaspérer, il souffla bruyamment- Tu te souviens de ses enfants que nous avons pu apercevoir lors de certains conflits, ils venaient de nulle part et on nous disait de ne pas nous en occuper et de ne pas les approcher ?-l’interlocuteur hocha la tête d’un air grave- Ils appartenaient au projet Arma, j’en ai entendu parler lors d’un forum sur le bio-cellulaire lié à des pathologies psychologiques. Ce garçon fait partie de ses enfants…Il est une arme Hendy…Tu entends ?! Une arme ! Tu ne peux pas…Le capitaine fixait son ami avec gravité, il savait ce que cela impliquait. Il connaissait déjà ses propos et sa décision était déjà prise. Tout était allé si vite, peut être top mais peu importait.

Ma décision est prise Hawke et elle est irrévocable…Tu n’as pas oublié ce pourquoi on se battait ?

Le médecin fixait son ami d’une mine résignée, il connaissait trop bien le capitaine pour avoir ne serait-ce qu’un brin d’espoir.
La discussion dura encore jusqu’à l’aube et les deux amis convinrent de certaines règles. Hawke allait rester quelques semaines encore pour voir comment aller évoluer la situation.
De toute façon ce n’était que le début d’une histoire bien plus ample que les deux amis auraient pu s’imaginer.

Chapitre Trois – Apprentissage

Hawke était irrémédiablement embarqué dans une histoire aux aspects sombres à présent, ils avaient longuement discutés avec le capitaine et celui-ci était bien implacable dans sa décision. Il ne voulait pas livrer qui que ce soit, Hendricks avait décidé de s’occuper de l’enfant. Pour quelles raisons ? Il avait vu trop d’horreur et d’humains utilisés pour renouer avec ses anciens démons. Après tout si ce garçon était vraiment lié au Projet Arma, il était fondamentalement hors de question de cautionner un tel projet. Les deux amis de longues dates seraient, chacun de leurs cotés, garants de ce secret. Ils se mirent d’accords sur le déroulement des prochains mois, voir des prochaines années de vie du garçon. Hawke lui apprendrait les rudiments d’érudits, Hendricks lui offrirait un gîte, un couvert, un travail. Le médecin n’était pas forcément d’accords avec Hendy, malgré cela au fond de lui, lui-aussi ne pouvait cautionner le Projet Arma. Hendricks lui donna le nom de Valymir, l’ayant rencontré sur la route de Valymir. Un nom qu’on pourrait croire remplit de prétention, mais le capitaine, sans pouvoir l’expliquer était emplit d’un sentiment assez étrange, Valymir avait quelque chose, ce petit quelque chose de…Magique.

_________________


Dernière édition par Valymir le Ven 5 Juin - 21:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valymir
.: Neutre:.

.: Neutre:.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 40
Age : 30
Date d'inscription : 24/04/2009

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Valymir, Main d'Extasia du Projet Arma @Terminé   Ven 5 Juin - 20:54

Rapidement cela se montra plus difficile que ce qu’avait prévu Hawke. Le contact avec le garçon était irrémédiablement bloqué. Lorsque sa fièvre était retombée et que sa conscience semblait plus sereine, il se figea dans une certaine catatonie. Ce n’était pas une catatonie physique mais psychique. Le médecin connaissait bien ce genre de comportement ou encore les applications des traumas dans une époque comme la nôtre. Les guerres et les sentiments qui y sont liés peuvent souvent rendre fou voir réduire le mental du sujet en miettes. Il n’y avait que trois jours, qu’Hawke avait établit ces quartiers et il commença par établir un certain contact. Il restait présent avec Valymir entrain de l’observer, de parler afin de l’acclimaté à sa présence. Pour le moment et de manière précise, il fallait le dire il ne savait rien. Malgré cela, il identifiait certains symptômes. La plupart des cas comme celui-ci paraisse inerte, des coquilles vides, mais malgré cela leur conscience continue de percevoir malgré une interaction inexistante.
L’auberge avait de nouveau ouvert et la clientèle de passage ou régulière continuait à se rendre dans cet endroit pour le moins chaleureux. Le Sans Retour était situé en bordure de route dans un coin pour le moins reculé, il était le seul lieu viable pour un bon lit et une bonne choppe à des kilomètres à la ronde. Bien entendu, personne ne pouvait savoir ce qu’il se tramait au-delà des murs.
Hawke tenta plusieurs percé pour obtenir une réaction, les moyens légers et conventionnels ne donnèrent rien. Valymir passait le plus clair de son temps devant la fenêtre en ogive encastré dans un bois massif couleur d’ébène. Il fixait l’horizon, le regard vide et inerte. Il pouvait rester ainsi pendant des heures. Son corps semblait subvenir à ses besoins de manière primaire, tels que le repos, la nourriture et la déjection.
Le médecin décida donc de pousser son analyse, il n’avait entendu du Projet Arma que part des bruits de couloirs, depuis qu’il avait été rendu publique, c’était un sujet tabou. Ceci étant, il connaissait les signes distinctifs et surtout il y avait trois éléments physiques qui ne trompaient pas. Le premier était aucunes marques physiques quel qu’elles soient. Les tâches de naissance, blessures, déformations, à vrai dire tout ce qui pouvait toucher le corps de manière négatif dans son code génome était balayé par les modifications génétiques. Valymir avait un corps parfait dans un certain sens, il n’y avait que le numéro sept tatoué sur le torse au niveau des pectoraux, précisément le pectoral gauche. Mise à part cela, il n’y avait rien du tout.
Le deuxième était une réflexologie plus importante que la moyenne. L’influx nerveux que possédait le jeune garçon était plutôt déroutant. Son temps de réaction était hors contexte et classification. On choisissait des jeunes pour leur malléabilité.
Les réflexes sont liés à plusieurs récepteurs de base, hors ceux liés à des réponses automatique de l’organisme, tel que la dilatation des pupilles selon la lumière, les émotions et l’environnement peuvent amener un être humain à dépasser certains seuils. Les jeunes qui possèdent une certaine innocence fasse à des situations déterminées sont plus facilement exposés. Leur psyché est plus manipulable et donc on peut délibérément crée des tensions afin d’augmenter leurs réflexes de manière considérable. Dans le cas de Valymir, sa capacité latente de réflexe était assez surprenante. On passait facilement la barre du zéro huit comme il disait dans le jargon médical.
Quant au troisième et dernier signe qui était la respiration et la pression sanguine, Valymir exposait aussi certains éléments. La respiration influence sur l’afflux sanguin et sur la quantité d’oxygène que l’on peut absorbe. Au cours d’une inspiration normale, les poumons gonflent et font ainsi entrer en eux environ un demi-litre d’air. Le rythme respiratoire est assez variable quant à lui, mais il est rare de voir des rythmes respiratoires descendre à dix pour la minute. Au final sa pression sanguine et sa respiration aurait du le tuer.
Il y avait encore des doutes mais tout cela amenait à des conclusions inévitables. Hawke avait vu beaucoup de spécimens dans le genre, mais pas aussi poussé dans l’excès comme Valymir.
Il n’eut aucune opposition de la part du garçon pour une prise de sang, sûrement habituée sa conscience ne réagissait pas. Marie se tenait régulièrement au courant, Hawke avait interdit tout contact et malgré ce qu’elle se disait, elle trouvait la présence de Valymir aussi étrange qu’amusante.
Le médecin mit quelques jours à analyser de manière correcte le sang de Val. Pour dire vrai au fil des jours et de ses observations qu’il prenait soin de noter dans un calepin assez volumineux, il commençait à se montrer assez excité, chercheur de renom, il aimait ce genre de situation. Il n’oubliait d’ailleurs pas de se rappeler le contexte continuellement afin de ne pas s’emballer. Ce qui fit naître une lueur incomparable dans ses yeux furent les résultats de l’analyse menée à bien.
Il avait fait amener ses affaires et c’était installé pleinement, pour dire vrai sa chambre ressemblait plus à un labo d’apprenti chimiste qu’à un seul passeur…Ou médecin de campagne d’ailleurs. Son sang était de l’or. Tout portait à croire qu’au final il n’était pas un support pour une arme quelconque, magique ou conventionnelle, il incarnait l’arme. Sa résolution physique, sa physionomie, son génome tout étaient amalgamés pour lui permettre de faire face à des situations armée. La suite se faisait bien plus sombre. Pour en arriver à de tels résultats non seulement l’âge de Valymir était plus large qu’on le supposait mais surtout que les traitements qu’on a pu lui infliger pour en arriver à de tels résultats sont assimilables à une cruauté et monstruosité sans égales.
Hawke avait perdu le fil du temps, il était plongé dans ses recherches et il peinait à croire ses suppositions. L’humanité avait toujours avancé dans une idéologie de dépassement et c’était d’une bonne chose, mais de là à dépasser la chimie corporelle ou encore à jouer aux jeux des Dieux, c’était autre chose. Les semaines passaient, Hendricks s’inquiétait tout de même. Son vieil ami lui répétait qu’il avait besoin de temps, la première chose est de connaître une situation dans sa profondeur pour pouvoir l’affronter sans danger. Hendricks se résignait devant l’enjouement de son ami, après tout cela faisait longtemps qu’il ne l’avait pas vu comme ça et de toute façon Valymir était entre les meilleures mains qu’il puisse connaître.
Les mois se suivirent sans incidents, Hawke achevait ses recherches dans des zones de plus en plus sombres. Il prit la décision de dissimiler nombres de ses résultats. Non seulement pour Valymir auquel il c’était énormément attaché mais aussi pour le bien commun. Il y avait des choses que devait demeurer dans l’ignorance.

Après un mois et demi, il avait potentiellement trouvé un moyen, certes pas agréable, de ramener Valymir à la réalité. Son psyché avait subit de tels traumas qu’il était dans une réalité fictive, refuge face aux lamentations et horreurs qu’il avait pu subir.
Hawke demanda assistance à Hendricks et ils s’installèrent rapidement dans la cave, Marie assurait le service. Pour dire vrai elle fut rapidement tirée de son entrain par plusieurs cris perçants absolument affreux. Elle descendu les marches d’escalier quatre par quatre et fit volé la petite porte qui ouvrait sur la cave. Hawke et son père étaient à terre regardant avec des yeux incrédules Valymir qui était debout. Marie croisa le regard du garçon et pour la première fois de sa vie, elle dut faire face à un sentiment qu’elle ne connaissait pas. Puis la lueur tapie au creux des yeux du garçon s’estompa et il sombra dans l’inconscience. Son père fut le premier debout et aida Hawke à se relever. Marie resta figée quelque seconde et puis se ressaisit.

Qu’est ce qui c’est passé ?

Son père jeta un regard en coin au médecin qui secoua négativement la tête.

Rien Marie, ne t’inquiètes. Remonte s’il te plait.

La fille hésita puis se résigna. Elle remonta à contre cœur, elle ne sut jamais ce qui c’était passé, si ce n’est que Valymir allait se réveiller et réagir pour la première fois d’ici quelques heures.

Le mal de tête que possédait Valymir en ouvrant les yeux le cloua sur le matelas bas de gamme plus qu’il ne l’était déjà. La lumière était insupportable, il dut plisser plusieurs fois les yeux avant de s’accoutumer. Tout son corps était lourd et anesthésié. Il examina la pièce rapidement, sommaire et rustique. Il n’y avait qu’un lit, une table de nuit, un fauteuil, une armoire et une fenêtre en ogive qui diffusait une lumière légère par des carreaux jaunis par le temps. Il y avait un homme dans le fauteuil, âgé à première vue, sa vision trouble lui interdisait de le détailler. Il se racla la gorge et tenta de parler, la douleur lui vrilla les entrailles, mais il réussit à articuler un faible murmure après quelques minutes.

Ou suis-je ?

Hawke sauta de son siège…Ca avait marché. Il s’affola et mit un moment avant de regagner son calme. Ce qui suivit fut une longue succession de présentations et de discussions. Hendricks et Hawke décidèrent de ne rien lui révéler. Marie fut mise dans la confidence même si elle n’aimait pas ça et surtout qu’elle ne savait pas tout. Donc l’histoire était assez simple, Valymir avait été adopté par le biais d’un centre de recensement, il était amnésique. Une base capable d’être remaniée à toutes les hypothèses possible. Hawke avait simplement une peur, celle que la mémoire de Valymir puisse revenir rapidement, il prit le risque quand même.
Récemment il aurait fait une chute sur la tête qui l’aurait plongé dans l’inconscience. Au final il suffisait de simples phrases pour masquer une noirceur profonde qui s’étendait au-delà des mots. La seule certitude que possédaient les deux amis de longues dates se situait sur une conclusion inévitable, tôt ou tard la vérité referait surface.
Rapidement on prôna le repos au garçon et on ne donna pas plus de détails. Le médecin ne savait pas comment allait réagir Valymir, à ce stade ses connaissances n’étaient plus de mise. Il savait ce qu’il en était du Projet Arma, mais le reste demeurait un mystère, l’arme que représentait Valymir réussirait-elle à entrer en phase avec un monde dénudé de combats et d’aventures ? C’était en soit là que demeurait toute la question.
Dans les jours qui suivirent tout s’accéléra, Hawke fut subjugué autant qu’émerveillé par la vitesse de récupération de Valymir, elle dépassait ses estimations, à peine une nuit et un jour passés il était déjà en pleine forme. Marie commençait à s’occuper avec plus d’aisance de Valymir, il ne parlait pas et ne semblait pas vraiment remarquer sa présence mais elle pouvait au moins sentir qu’il était bien là et pas ailleurs, elle lui servait le repas et répondait à ses demandes même si il n’y en avait aucune. A vrai dire ceux qui étonna le plus les cautionnaires de la vie du garçon fut qu’il ne posa aucune question. Il n’avait aucune interrogation et semblait totalement habitué à son environnement. Le médecin ne pouvait l’expliquer, mais il trouva rapidement sa réponse au fil des jours. Valymir ne savait que peu de choses si ce n’est rien, il avait un langage rudimentaire et ne savait ni lire ni écrire. A vrai dire, il n’agissait pratiquement pas, il semblait attendre quelque chose. Hawke comprit rapidement que sa conscience était conditionnée pour ne répondre qu’à des ordres stricts. En soit le choix qu’avait fait Hendricks impliquait que tous se mettre en œuvre pour apprendre la vie et la définition réel du verbe vivre à un garçon qui à leurs yeux paraissaient si frêle, si innocent que Hawke eut du mal à accepter qu’il fût titulaire du Projet Arma.
Valymir se mit à agir comme un automate dans les premiers mois de sa nouvelle vie. Hendricks lui avait expliqué qu’il le logeait, nourrirait et pourrait le payer seulement si il travaillait pour la taverne, il opina simplement et se présentait comme une main d’œuvre infaillible. Ca déroutait l’ancien capitaine, habitué certes à être entendu et écouter mais pas dans un tel excès. Valymir agissait comme outil programmé, il suffisait qu’Hendy ouvre la bouche pour être exaucé. Marie fut assez surprise et s’amusait à le tanner sur ce comportement, mais elle fut rapidement bridée par l’absence de réaction de cet nouvel hôte plus qu’étrange, cela ne l’a changeait pas vraiment de d’habitude se disait-elle, il était resté ainsi tous le temps depuis sa rencontre avec lui, la seule différence c’est qu’il bougeait maintenant.
Hawke pensait que le seul moyen que Valymir change c’est qu’il soit exposé à une expérience de viabilité sociale plus ample. Hendricks et Marie s’occuperaient de le harceler et Hawke de lui enseigner. L’emploi du temps du garçon fut rapidement remplit dans l’excès. Hendricks s’amusait de voir sa fille poussé Valymir dans ses retranchements, lentement mais sûrement, elle finissait par obtenir des semblants de réponses. Hawke apprenait à Valymir l’histoire, la politique, la géo-stratification, la sociologie, les lettres, à vrai dire il martelait son esprit de son propre savoir. Valymir avait une mémoire incroyable et surtout c’était le fait qu’il était plus attentif que n’importe qui. Il buvait les paroles du médecin sans broncher un cil. Et se révélait particulièrement habile quant à la théorie.
Pour dire vrai, au fil des jours, tous oubliait ce qui c’était passé au préalable, Valymir était Valymir et sa présence était devenu ce petit quelque chose qui embellit les vies. L’ombre qui planait derrière sa venue devenait lumière et il faisait bientôt partit d’une certaine routine. Un dénouement assez inattendu, d’ailleurs…


Dernière édition par Valymir le Ven 5 Juin - 21:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valymir
.: Neutre:.

.: Neutre:.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 40
Age : 30
Date d'inscription : 24/04/2009

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Valymir, Main d'Extasia du Projet Arma @Terminé   Ven 5 Juin - 20:56

Chapitre Quatre – Prédication

Huit mois plus tard Valymir était devenu légèrement plus enjoué. Il avait perdu cet air candide et avait un regard légèrement plus assuré. Malgré cela il n’avait pas changé d’un poil quant à la condescendance excessive de l’ignorance d’émotions. Il paraissait inatteignable, au sein d’un autre monde. Marie s’exaspérait lorsque ces blagues tombaient à l’eau ou encore quant au fil de plusieurs heures ayant expliqué à Valymir ce que ces boutades le concernant devait crée chez lui, elle avait le droit à un haussement de sourcil. Il paraissait totalement insouciant à première vue, mais dés qu’on le connaissait un peu c’était simplement lui, il était parfaitement responsable et profond mais n’exprimait jamais rien ou très peu. Ses formes d’expression se résumait la plupart du temps à des haussements d’épaules, de sourcils ou bien encore à cet air interrogatif plus que visible sur son visage. Il ne souriait jamais, ne riait jamais, ne pleurait pas et véritablement semblait complètement neutre vis-à-vis des choses de la vie. Hawke parachevait son enseignement et pour dire vrai, sa technicité quant à l’application de ses études déstabilisait grandement le médecin. Il semblait d’ailleurs parfois plus habile que lui.
La vie avait depuis longtemps reprit un cours normal, la taverne c’était totalement habitué à la présence de Valymir que se relevait un allié de taille pour le service et les corvées, en ce qui concernait la communication c’était par contre une catastrophe ambulante. Il ne comprenait pas les états émotifs qu’il voyait ne les ressentaient pas lui-même. Même Hawke ne pouvait lui apprendre ce que voulait dire vivre. Valymir quant à lui c’était totalement fondu dans cette vie. Il était plutôt agile et rapide donc reconnut pour ses talents de serveur, ceci dit quant aux contacts il demeurait plutôt éloigné de ces choses là.
L’année c’était écoulé de manière paisible et Valymir avait sa place dans cette nouvelle vie.
Un soir Hendricks et Hawke se disputèrent pour savoir s’il serait bon d’apprendre les arts militaires à Valymir. Selon Hawke cela serait une bonne chose et surtout ça lui permettrait peut être de devenir plus actif et réceptif émotionnellement parlant. Hendricks redoutait non seulement qu’il retrouve la mémoire mais en plus qu’il puisse retomber dans l’état ou il l’avait trouvé, et surtout aucun des deux hommes ne connaissait vraiment les implications et le passé de Val. Ceci dit après des arguments bien pensés et préparés, l’ancien capitaine céda. Si il voulait laisser une chance à Valymir d’appréhender le monde par se seuls moyens, il devait le faire.
Valymir commença alors à apprendre les arts militaires. Valymir était insomniaque, il lui suffisait de quelques heures de sommeil, voir de veille pour être en forme, Hendricks au caractère robuste en profita. La belle vie qui s’était profilée cachait des ténèbres beaucoup vivaces et profonds que pouvait redouter la famille de l’auberge Sans Retour.
Dans les premiers jours tout se passa bien, Hendricks lui apprenait de la stratégie de base, de la survie en soit. Puis cela se fit plus ample, rapprochement avec les conflits, les champs de batailles, les guerres. Hendricks voyait que quelque chose clochait et ce fut lorsqu’il opta pour le combat que Valymir fit quelque chose qui dérouta complètement celui qu’il considérait comme père. Il posa une question, depuis maintenant plus d’un et demi, il demanda pourquoi il devait apprendre ça. Inconsciemment le jeune garçon ne voulait pas affronter certaines choses. Hendricks en fut subjugé et en parlant à Hawke qui désigna que son idée était réelle. C'est-à-dire que Valymir crée dans un sens pour combattre était à présent mis au pied de quelque chose, qu’il commençait à faire face à lui-même et peut être bien que Hendricks arriverait à lui faire enfin découvrir l’émotion réelle. Ce qui fit encore plus vriller l’ancien capitaine fut réellement le génie que possédait Valymir, si l’on considère des êtres comme apte au combat de part leur naissance, Valymir était sans doute un choix de première classe. Hendricks avait répondu à sa question de manière simple et franche, c’était pour son bien. Il prétexta tout de même que c’était face au monde qu’il le préparait, il n’avait d’ailleurs pas tout à fait tord.
Valymir était totalement instinctif et Hendricks malgré son expérience des combats et de la guerre avoua rapidement sa défaite. Il semblait que son garçon soit au final prêt à tout de manière…Instinctive. L’incident se passa quelques mois par la suite.
Marie et Valymir étaient devenu complice dans une certaine mesure, Marie partageait tout avec lui et il avait finalement apprit à lui répondre lorsqu’il répondait par des phrases ou exposait sa pensée c’était un miracle. Il c’était installé entre les deux jeunes un lien indéfectible.
Il faut dire que Marie avait parfois du mal à se faire respecter dans un endroit comme le Sans Retour mais Hendricks veillait tout de même. Valymir n’y prêtait pas attention. Elle était la star de certains, une étoile dans un monde sombre et faisait parfois l’objet de certaines remarques déplaisantes, elle avait d’ailleurs acquis une répartie foudroyante qui faisait rire nombre des clients. Lors d’une soirée bien arrosée pour de nouveaux arrivants plutôt rustre, il se passa quelque chose. Un accident en soit. Mais cela marquait le début d’un engrenage implacable. Marie avait été exposée à plusieurs reprises d’incitations mais Hendricks avait rapidement remballé la fougue des occupants de la taverne qui veillaient. Il du s’absenter pour aller ranger la cave et Marie se retrouva rapidement dans une situation inconfortable.

C’était un homme bedonnant, large d’épaule, les traits rustres encadrés par des mèches blondes mal-coiffées qui avait attrapé Marie par la taille, il avait bu et empestait l’alcool.

Alors ma jolie, tu vas faire des heures supplémentaires pour moi ce soir, non…Dans mon lit par exemple.

Il hurlait presque et sa raillerie de bas étalage ses amis au nombre de cinq rirent comme des porcs, Marie répondue du tac au tac tout en essayant de se dégager de la poigne de fer exerçait l’homme qui la tenait.

Franchement avec une sale gueule comme la tienne j’en connais pas une qui voudrait passer ne serait ce qu’une minute en face de toi.

Elle avait parlé fermement et ses mots firent de l’effet instantanément alors que les amis du rustre rigolaient à s’en rompre le cou, lui avait les traits qui se durcissaient et il finit par jeté un œil en coin pour voir si son père était toujours là, ne le voyant pas, il se leva et la plaqua fermement contre le mur. Il était massif, une musculature formée par le combat, c’était sûrement des mercenaires d’ailleurs. Il dépassait Marie de deux bonnes têtes et semblait prêt à tout. Marie sentant le danger arrivé à grand pas elle voulut hurlée mais elle n’en eut pas le temps, une main ferme se plaque sur sa bouche alors qu’un poids écrasant la tenait contre le mur.

Sale putain !

La main large vint s’écraser sur la joue de Marie de manière si forte et sèche qu’elle fut propulsée sur le coté avec fracas. Une douleur foudroyante s’empara de sa mâchoire alors qu’elle peinait à reprendre ses esprits. Il allait s’approcher d’elle lorsqu’elle vu Valymir s’interposé. Son agresseur prit un sourire carnassier en voyant un jeune garçon s’interposé pour jouer les chevaliers héroïques sûrement. Elle pu voir la tête de Valymir se penchée sur le coté et se tourner légèrement dans sa direction. A cet instant Marie fut plongé dans ses souvenirs par une puissante force, le regard qu’arborait Valymir…C’était le même que cette fois là…Elle susurra quelque chose qui ne s’entendait pas, couvert par les rires hilares des hommes qui observaient le spectacle étreints par l’alcool.

Valy…

Valymir détourna son regard qu’il reporta sur l’homme. L’agresseur prit un air de surprise toujours animé par son sourire carnassier. Il entama une phrase qu’il ne pu jamais finir…

Oh, mais c’est quoi ce regard garçon ? Dégages de là avant que…

La paume de main droite de Valymir s’élança dans l’espace qui le séparait de son interlocuteur avec une force insoupçonnée, avec rapidité, force et précision la paume ouverte s’écrasa sous le menton de son adversaire et le souleva comme un fétu de paille, sa tête plongea en arrière sous le choc et ses pieds décollèrent de quelques centimètres du parquet. Le bruit violent et sec qui secoua la salle partiellement vide cloua le bec aux spectateurs hilares devenus blême.
Son poing gauche était déjà amorcé et lancé dans un coup féroce et impitoyable, il l’abattit sur le plexus de l’homme suspendu dans les airs. Nouveau craquement sinistre et bruit sourd, la masse qui faisait face à Valymir qui devait peser pas loin d’une centaine de kilos fut projetée avec une violence inouïe contre le mur situé à quelques pas du garçon. Dans un bruit de fracas sourd et agressif la masse heurta le mur qui le retenait et s’effondra sur le sol sans un bruit. Valymir jeta un regard en coin aux acolytes de l’homme à terre qui détalèrent sans demander leurs restes. Un lourd silence s’en suivit.
Marie se releva péniblement, Valymir fixait l’homme avachi, un rictus de douleur imprimé sur le visage, sans bouger. Hendricks remonta en trombe et écarquilla les yeux face à la scène qui lui faisait face. Marie évacua Valymir rapidement et Hendricks appela Hawke.
L’homme qui c’était battu avec Valymir n’était pas mort. Ceci dit il avait six cotes cassées et plusieurs jointures de la mâchoire brisée, il sera marqué à vie.

Valymir n’expliqua jamais ce qui c’était passé, il ne s’en souvenait pas, il avait regagné son profil habituel. Marie impressionnée n’avait pas peur, c’était autre chose …Elle devait admettre que le regard qu’elle vue à deux reprises lui inspirait de la terreur mais ce n’était pas le Valymir qu’elle connaissait. Il y eut le soir même une violente confrontation entre Hawke et Hendricks. L’ancien capitaine s’inquiétait pour la sécurité de sa fille et même si il ne le disait pas Valymir lui faisait peur, ce garçon qu’il avait apprit à aimer comme son fils avait un coté sombre qui était terrifiant. Ce soir là, les ténèbres avaient prit assez d’importance pour se préparer à happer ce que Valymir considérait comme sa place.

Les jours qui suivirent furent tendus. Hawke comprenait la réaction du garçon sa conscience avait irrémédiablement placé des entraves psychiques face aux instincts qui habitaient le garçon afin de rester intègre. Malgré cette explication tout à fait plausible, Hendricks ne demeurait pas plus rassurer. Personne ne parla de ce qui c’était passé même si tous le monde le savait. Valymir voyait bien les regards en quoi des clients présents ce soir là, des murmures, du comportement distant d’Hendricks. Valymir bien que dénudé d’émotions n’était pas dénudé de réflexion.

Tout se déroula très vite, il prit Hendricks à part et lui annonça qu’il allait partir. Ce fut un choc véloce qui s’empara de l’ancien capitaine. C’était la fin 1 d’une histoire dans un sens, mais le début d’une autre aussi.

______________________________________________________________________________________________

1. Cela signfie simplement l'introduction du premier RP. Il exposera la discussion entre Valymir et Hendriks ainsi que son départ afin de priviligier les intéractions entre joueurs et de mettre au point un départ dans les régles et qui suit l'histoire ci-dessus.

_________________


Dernière édition par Valymir le Ven 5 Juin - 21:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valymir
.: Neutre:.

.: Neutre:.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 40
Age : 30
Date d'inscription : 24/04/2009

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Valymir, Main d'Extasia du Projet Arma @Terminé   Ven 5 Juin - 20:57

Style de combat & Technique :


Nota Bene : Autant être clair et direct d’entrer de jeu. Mon personnage peut être perçu comme GB. A mes yeux tous personnage est GB si l’on sait bien le manipuler ou si on le connait bien. Au final le Gros Bill se définit par le joueur avec ses intentions de conquérir le monde et d’être un super héros. Valymir est certes puissant de part son appartenance au Projet Arma, mais sa constitution émotionnelle et son intégrité mentale en fait un personnage bridé au maximum. Donc je tiens simplement à mettre en avant le fait de considérer le joueur, les capacités et restrictions du personnage avant de clamer à l’hérésie du GB. Merci d’avance.

Technique Intra :

Les techniques dites Intra sont liées à des capacités résiduelles, c'est-à-dire qu’elles ne servent ni à l’attaque ni à la défense et n’affectent en aucun l’environnement ou se trouve Valymir. Elles n’affectent donc que Valymir. Toujours actives de part leurs natures, elles demeurent opérationnelles de part les modifications physiques, psychiques et l’entraînement draconien qu’à suivit Valy au sein du Projet Arma.

Kinesthésie/Proprioception Franche :
Citation, Source Wikipédia :
« En physiologie, la proprioception désigne l'ensemble des récepteurs, voies et centres nerveux impliqués dans la perception, consciente ou non, de la position relative des parties du corps (Sherrington, 1906 ; Delmas, 1981). »
« Kinesthésie est un autre terme souvent utilisé à la place de proprioception, bien que « kinesthésie » mette plus l'accent sur le mouvement. »
« Certains différencient les sens kinesthésiques de la proprioception en excluant le sens de l'équilibre de la kinesthésie. Une infection de l'oreille interne, par exemple, peut dégrader le sens de l'équilibre. Ceci dégradera le sens proprioceptif, mais pas le sens kinesthésique. La personne atteinte sera capable de marcher en utilisant son sens de la vue pour maintenir son équilibre, mais en sera incapable les yeux fermés (plus de perception de son corps dans l'espace).
Proprioception et kinesthésie sont considérées comme étroitement liés et il existe un désaccord majeur concernant la définition de ces termes. Une partie de ce désaccord provient de la description originale de Sherrington de la capacité à déterminer où une partie du corps se situe exactement dans l'espace, la proprioception, et la sensation que telle ou telle articulation a bougé, la kinesthésie, donnant à la proprioception un sens plus général et à la kinesthésie un sens plus spécifique.
Les aspects cliniques de la proprioception sont mesurés dans des tests qui déterminent la capacité d'un sujet à détecter un mouvement passif extérieur imposé, ou la capacité à se repositionner dans une position prédéterminée. Généralement, il est supposé que la capacité de l'un de ces aspects est lié à l'autre, mais l'expérimentation suggère il n'y a pas de relation forte entre ces deux aspects. Elle suggère que, bien que liés sur un plan cognitif, ces deux aspects sont séparés sur un plan physiologique.
Une grande partie de ce qui précède dépend de la notion que la proprioception est, en substance, un mécanisme de rétroaction : Le corps se déplace (ou est déplacé), puis les informations à ce sujet sont renvoyées au cerveau, à la suite de quoi des ajustements peuvent être apportés. Plus récemment, des travaux sur les mécanismes de l'entorse de la cheville suggèrent que le rôle des réflexes pourrait être, dans les faits, plus limité à cause de leur long temps de latence (au niveau de la moelle épinière), alors que l'entorse de la cheville survient en 100 millisecondes ou moins. En application, un modèle incluant une « préaction » (par opposition à la rétroaction) de la proprioception a été proposé. Ce modèle suggère que le sujet aurait également une information centralisée sur la position de son corps avant même d'atteindre cette dernière.
La kinesthésie est un élément clé de la mémoire musculaire (processus de mémorisation du système neuro-moteur) et de la coordination main-œil, et l'entraînement peut améliorer ce sens (par exemple, le dessin de contours en aveugle).
La capacité à balancer avec précision un club de golf ou de rattraper une balle demande un sens de la position des articulations finement ajustable. Ce sens doit devenir automatique (réflexe conditionné) par l'entraînement afin de permettre à la personne de se concentrer sur d'autres aspects de la performance, comme la motivation ou de savoir où se trouvent les autres personnes. »
Valymir dispose d’un sens kinésique ou bien un sens dit de proprioception très développé. Sa réflexologie, l’enchaînement de ses mouvements et très spécifiques et médités de manière instinctive. Tout ce qui touche à ses deux grands thèmes physique sont chez Valymir sur développé pour permettre à ses capacités de guerres de prendre toute leur ampleur. A première vue bien qu’active, aucun indice ou action précise permet de définir ce sens inné chez Valymir, cela sera plus démonstratif pendant une situation dite critique.
Concernant le reste de ses techniques. Je les exposerais au fil de leurs utilisations dans les RPs, si cela est possible bien entendu.


Avez-vous pris connaissance des nouvelles règles concernant le Rp ? : Oui.

_________________


Dernière édition par Valymir le Ven 5 Juin - 21:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valymir
.: Neutre:.

.: Neutre:.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 40
Age : 30
Date d'inscription : 24/04/2009

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Valymir, Main d'Extasia du Projet Arma @Terminé   Ven 5 Juin - 20:57

Post réservé - On ne sait jamais ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miss Corbac
.: Fondatrice Barjot:.

.: Fondatrice Barjot:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10558
Age : 23
Date d'inscription : 09/03/2007

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Valymir, Main d'Extasia du Projet Arma @Terminé   Ven 5 Juin - 21:02

Boudiou... O___o'
Bref, j'lis tout ça ce soir... Et j'te donne ma sentence.

_________________
« Que les dieux vous protège, mes frères dragons. Que les dieux vous pourchasse, adversaire des autres races. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fly-gunnette.skyrock.com/
Valymir
.: Neutre:.

.: Neutre:.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 40
Age : 30
Date d'inscription : 24/04/2009

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Valymir, Main d'Extasia du Projet Arma @Terminé   Ven 5 Juin - 21:18

C'est trés solannel comme parole : o Il manque juste l'indexe et la mise en forme, d'ici que je mette en place tout ça, tu auras surêment le temps de lire. A juste titre, il se peut qu'il y a des erreurs de frappes et des fautes d'orthographes flagrantes. Je fais le maximum pour corriger ça mais vu la longueur, je te demande un brin de compassion.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miss Corbac
.: Fondatrice Barjot:.

.: Fondatrice Barjot:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10558
Age : 23
Date d'inscription : 09/03/2007

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Valymir, Main d'Extasia du Projet Arma @Terminé   Ven 5 Juin - 21:19

Pas de souci pour la compassion, je vais m'attaquer à l'histoire avant de me coucher, ça me fera de la lecture.

_________________
« Que les dieux vous protège, mes frères dragons. Que les dieux vous pourchasse, adversaire des autres races. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fly-gunnette.skyrock.com/
Eneshka

avatar

Féminin
Nombre de messages : 92
Age : 32
Date d'inscription : 02/03/2009

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Valymir, Main d'Extasia du Projet Arma @Terminé   Ven 19 Juin - 18:18

A relire :p
Sinon, je pense que c'est bon cotés technique et description. Je connais déjà les grande lignes de l'histoire mais je la lirais dès que j'aurais le temps xD

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miss Corbac
.: Fondatrice Barjot:.

.: Fondatrice Barjot:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 10558
Age : 23
Date d'inscription : 09/03/2007

FICHE PERSONNAGE
Relations :
Equipement:
Techniques:

MessageSujet: Re: Valymir, Main d'Extasia du Projet Arma @Terminé   Mer 8 Juil - 18:32

Booooon... Estime-toi heureux, j'ai eut le courage d'entamer et pas le courage de quitter le récit très prenant. J'ai A-DO-RE tout bêtement, j'étais vraiment dedans à même frissonner de douleur lorsque Valymir se prend la carriole... Le pauvre...

Bref, Nescafé et moi-même décidons que ta fiche est validé ! =D

*Voix Off version Naheulbeuk*
Félicitation, vous venez d'être valider !

_________________
« Que les dieux vous protège, mes frères dragons. Que les dieux vous pourchasse, adversaire des autres races. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fly-gunnette.skyrock.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Valymir, Main d'Extasia du Projet Arma @Terminé   

Revenir en haut Aller en bas
 
Valymir, Main d'Extasia du Projet Arma @Terminé
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Plus sur le projet d’usine d’assemblage de téléphones
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens
» projet de diorama
» Constitution 1987: Réceptacle et promotrice du projet nation
» Projet de loi qui limiterait le nombre de partis politiques a 4 ou 5

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Freesby :: Le commencement... :: Fiche de présentations validées-
Sauter vers: